• « La troisième nuit vit disparaître les dernières communications électriques : les piles donnaient des courants dérisoires, l'induction dynamique semblait abolie, aucun appareil ne produisait plus d'ondes hertziennes. Au matin, les hommes se trouvèrent privés de ce système nerveux qui les unissait innombrablement à travers la planète. Le soir, ils s'avérèrent inférieurs aux peuples des vieux âges : la vapeur les abandonnait à son tour. Les alcools, les pétroles et plus encore le bois ou le charbon étaient devenus inertes. Pour produire un peu de feu, il fallait recourir à des produits rares, qui, on en avait la certitude, ne tarderaient pas à sombrer dans la mort chimique. »

    **********

    Un roman de science-fiction catastrophe rare dans lequel la science, le thriller et la réflexion font bon ménage.

    Deux scientifiques s'aperçoivent que le spectres lumineux se modifie, tandis que des troubles d'une grande violence éclatent un peu partout dans le monde. les deux phénomènes sont-ils liés ? On va intéresser à cette modification du spectre et à ses effets. Pourquoi cette modification et cette violence ? Les héros de cette histoire nous donnent plusieurs hypothèses mais Rosny ainé s'attarde sur les conséquence de cette modification du spectres et de la montée de l'agressivité sur l'humanité et notre monde dans une analyse jouissive.

    Un roman bien moderne quoique publié en 1913. J. H. Rosny ainé fut le premier et le plus grand auteur de science-fiction en France et " La force mystérieuse " restera un oeuvre majeure.

    J. H. Rosny ainé - La force mystérieuse

    Notons au passage une similitude entre deux textes fort connu des amateurs :
    " La force mystérieuse " de J. H. Rosny Ainé et " Le ciel empoisonné " de Sir Arthur Conan Doyle. Les deux romans datent tout deux de 1913. Toutefois celui de Rosny Ainé étant antérieur, on peut aisément se poser quelques questions quant aux fortes ressemblance qui existent entre les deux romans.

    Voici l'avertissement de Rosny Ainé en préface de " La Force mystérieuse "

    Le 11 mars 1913, un ami américain m’adressait le billet suivant :

    « Avez-vous cédé à un écrivain anglais – et des plus célèbres – le droit de refaire votre roman qui paraît actuellement dans Je sais tout ; lui avez-vous donné le droit de prendre la thèse et les détails, comme le trouble des lignes du spectre, l’excitation des populations, les discussions sur une anomalie possible de l’éther, l’empoisonnement de l’humanité – tout ?

    « Le célèbre écrivain anglais publie cela en ce moment sans vous nommer, sans aucune  référence à Rosny Aîné, en plaçant la scène en Angleterre. »

    À la suite de cette lettre, je parcourus le numéro du Strand Magazine, où mon confrère britannique, M. Conan Doyle, commençait la publication d’un roman intitulé : The Poison Belt. Effectivement, il y avait entre le thème de son récit et le thème du mien des coïncidences fâcheuses, entre autres le trouble de la lumière, les phases d’exaltation et de dépression des hommes, etc. – coïncidences qui apparaîtront clairement à tout lecteur des deux œuvres.

    J’avoue que je ne pus, vu l’extrême particularité de la thèse, refréner quelques soupçons, d’autant plus que, en Angleterre, il arrive assez fréquemment que des écrivains achètent une idée, qu’ils exploitent ensuite à leur guise : quelqu’un avait pu proposer mon sujet à M. Conan Doyle. Certes, une coïncidence est toujours possible et, pour  mon compte, je suis enclin à une large confiance. Ainsi, j’ai toujours été persuadé que Wells n’avait pas lu mes Xipéhuz, ma Légende sceptique, mon Cataclysme, qui parurent bien avant ses beaux récits. C’est qu’il y a dans Wells je ne sais quel sceau personnel, qui manque à M. Conan Doyle. N’importe, mon but n’est pas de réclamer. Je tiens pour possible une rencontre d’idées entre M. Conan Doyle et moi ; mais comme je sais, par une expérience déjà longue, qu’on est souvent accusé de suivre ceux qui vous suivent, j’estime utile de prendre date et de faire remarquer que Je saistout avait fait paraître les deux premières parties de La Force mystérieuse quand The Poison Belt commença à paraître dans le Strand Magazine.

     

    Et si vous vous fassiez votre propre idée en lisant ces deux romans ?

     


    votre commentaire
  •  

    Écrit dans la plus pure tradition des « romans de mondes perdus », l'auteur de La Guerre du feu invite le lecteur à explorer une terre vierge en Afrique en compagnie de Hareton Ironcastle. Hareton est intrigué par le contenu d'une lettre qu'il reçoit de son ami Samuel Darney qui affirme avoir découvert une terre unique où les plantes et les animaux n'ont rien à voir avec ce que l'on connait. En compagnie de sa fille et de quelques personnes, Ironcastle part en expédition pour rejoindre son ami, mais jamais il n'aurait pensé que ce voyage lui réserverait autant de surprises aussi merveilleuses qu'angoissantes, voire particulièrement dangereuses...

     

    **********

    L'expédition que conduit Haréton Ironcastle s'enfonce avec précaution dans un territoire semblant tout droit surgi des rêves les plus fantasmagoriques. Et pourtant, il s'agit bien d'une terre inexplorée, peuplée de créatures étranges qui n'ont que peu de rapport avec l'espèce humaine. Cet autre monde, inquiétant et fantastique, serait-il issus d'un rameau divergent de l'évolution ?

    Présenté comme un roman d'aventure, l'Etonnant voyage de Harenton Ironcastle est le seul ouvrage qui opère une synthèse de tous les genres abordés par Rosny, des thèmes essentiels qui constituent son univers littéraire car il ressortit à la fois de la science-fiction, au récit préhistorique et, d'une certaine manière, au roman de mœurs. Ainsi pour la première fois, Rosny met en scène ensemble et sur le même plan, des hommes civilisés originaire d'Europe et d'Amérique du Nord, des créatures primitives et des êtres dont les structure biologiques n'ont que de très lointains rapports avec l'espèce humaine telle que nous la connaissons. 

    Avec Rosny Aîné il faut accepter l'idée d'hommes bleus, ou à la tête triangulaire, ou carrée, mais qu'importe, puisqu'il nous balade dans des paysages - imaginaires bien sûr - superbement décrits et qu'on se laisse porter par son verbe et son imagination.

    Un chef-d'oeuvre unique dans la littérature mi-fantasy, mi-fantastique et mi-science-fiction dont l'unique caractère flamboyant garde, soixante ans après sa publication, une saveur inimitable.

     


    votre commentaire
  • Arnould Galopin

    1. Arnould Galopin - Bio
    2. Le Bacille

     


    votre commentaire
  • Arnould Galopin

    Arnould Galopin est né en Normandie un 9 février 1863.  Auteur prolifique, il obtient en 1918 le prix de l'Académie française pour Sur le front de mer, un roman sur la marine marchande acclamé par la critique. 

    Arnould alopin est également l'auteur de roman de science fiction dans le style de H. G. Wells ou Jules Verne avec notamment Docteur Oméga dont nous suivons les aventures avec ses amis à bord de son engin spatial : Cosmos. Notons au passage la grande ressemblance avec l'acteur  William Hartnell qui fut la première incarnation du Docteur Who à la télévision et les illustrations du Docteur Omega dans la publication originale. On peut citer aussi La Révolution de demain et le Bacille ; une histoire étrangement prophétique sue un scientifique fou qui utilise la guerre biologique pour se venger.

    Arnould Galopin

    Autres personnages créés par Arnould Galopin : Ténébras, un bandit fantôme rival de
    fantômas - le détective privé Allan Dickson qui oscille entre le héros mythique de jean Ray : Harry Dickson et sherlock Holmes dont il est le pastiche évident. Autre pastiche particulièrement réussi, celui de Edgar Pipe ; une sorte d'avatar d'Arsène Lupin 
    qui apparaît dans trois aventures


    votre commentaire
  • William Hope Hodgson

    1. William Hope Hodgson - Bio

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique