•  

    " Comment être certain que mes interlocuteurs étaient bien les représentants de la fraternité galactique à laquelle ils prétendaient appartenir ? "

    C'est ce que se demanda Howard Mengler, ce jour de 1956 où il rencontra tout un groupe de "gens de l'espace". Rencontre d'ailleurs des plus intéressantes : initiation à la musique spatiale, dégustation d'une pomme de terre de l'espace contenant cinq fois plus de protéines que son homologue terrestre, et ainsi de suite ! Mais, plus important encore, il apprit que Vénus, et non la Terre, était sa véritable "patrie". Les êtres qui lui parlaient venaient eux-même de différentes planètes, de Vénus, de Mars, de Jupiter et de Saturne.

    On lui recommande aussi d'être très  vigilant : les extraterrestres n'ont, parait-il, pas de bonnes intentions.

    "Un des hommes, a-t-il raconté, me regarda tristement : "Mon ami, la Terre est le champs de bataille d'Armageddon. Les âmes des hommes sont en jeu. Il n'y a qu'un moyen de se protéger : la prière, les pensées pures et la plus extrême prudence. "

    "Ces recommandations me troublèrent au plus haut point. L'idée que des êtres venus de l'espace pouvaient nous vouloir du mal ne m'avait jamais effleuré.

    "Puis une jeune femme prit la parole : "Il faut que vous sachiez, Howard, qu'il existe sur votre planète un groupe de gens très puissants. Ils font des expériences scientifiques très poussées, notamment en ce qui concerne le cerveau. Certaines personnalités politiques de premier plan sont sous leur coupe. Ce groupe agit contre Dieu. Ils sont les instruments de celui que vous appelez "Satan". Ils exploitent la crédulité des gens pour arriver à leurs fins "... " 

    Pour la première fois, sa voix exprimait une certaine colère. 

    La recrudescence des apparitions d'ovnis pourrait indiquer l'approche d'une crise morale.
    Dans Dieux, démons et ovnis, Eric Norman cite un physicien de Stanford : " Tout indique que les ovnis sont des engins d'origine extra-terrestre pilotés par des êtres intelligents. La fréquence croissante des apparitions annonce le prochain retour du Christ sur terre... "

    Ce qui serait conforme aux Écritures. Toutefois, il est dit que Satan livrera auparavant une terrible bataille. Précision importante : ol ne s'agira nullement d'une guerre symbolique. Le bruit des armes retentira et le sang coulera. Pour le docteur Cliford Wilson, les forces sataniques vont bientôt battre le rappel de leur troupes et la bataille d'Armageddon ne saurait tarder. Il pense qu'en ce moment même les humains sont soumis à des lavages de cerveau pour que, " lorsque le signal retentira, ils se mettent à l'entière disposition de leurs maîtres ". Ces derniers auront pis forme humaines ". Ces derniers auront pris forme humaine, précise-t-il. Pour que les hommes puissent les voir, ces esprits doivent utiliser les atomes de notre monde et prendre le sang des animaux et des hommes. Ce n'est qu'en s'incarnant qu'ils peuvent s'infiltrer parmi nous et mener à bien leur tâche. "

    Jean Robin défend un point de vue plus subtil. Il voit dans les ovnis la dernière manifestation d'une longue suite d'apparitions inexpliquées. Or, il a remarqué que nombre de ces apparitions semblent imiter les idées humaines. Il prend l'exemple du Voilier des nuages, un immense hélicoptère que Jules Verne décrit dans Robur le Conquérant, écrit en 1886.

    Une dizaine d'année après la parution de ce roman, on enregistra en Amérique une vague d'apparition d'objets non identifiés qui ressemblaient fortement à des hélicoptères. Or à cette époque, ce genre de locomotion n'était encore qu'au stade expérimental, et en France seulement.

    " La grande parodie " est le sous-titre du livre de Robin. Il fait remarquer que tous les objets non identifiés ont précédé de quelques années un progrès technologique. Sa théorie relève du raisonnement que l'on assiste à la projection d'un système de fausse croyances par-delà les croyances existantes.

    Quel est le but recherché ? Certaines personnes y voient le signe annonciateur de la fin de notre temps et de la venue d'un nouveau Messie.Robin est loin d'être aussi optimiste : " Préparons-nous à des temps troublés, la vie sera bien difficile lorsque régneront des robots et des golems animés artificiellement de l'esprit satanique... Nul  ne peut dire à quoi ressemblera l'Antéchrist, ni comment il se manifestera. Toutefois, on peut supposer en toute logique qu'il arrivera en soucoupe volante... " 

    On peut ne pas être d'accord avec Jean Robin. Mais un fait est certain : trop d'apparitions d'ovnis sentent la mise en scène ; trop de rencontres sonnent faux ; trop de messages sont sans queue ni tête et il y a trop de pseudo-examens médicaux. Comme le fait remarquer John Keel : " Ce ne sont pas les témoins qui mentent, mais ceux qui les contactent. Ils mentent délibérément pour cacher leurs véritables objectifs.

    Les extra-terrestres chercheraient ainsi à nous nuire. Cela ne fait aucun doute d'après lui. C'est en ce sens qu'il conseille aux parents de tenir leurs enfants à l'écart. Il n'est pas le seul de cet avis.

    Ivar Mackay, ancien président de BUFORA, le plus important groupe britannique de recherches sur les ovnis, déclare : " Une forme inconnue d'intelligence ou d'énergie s'apprête à envahir nos esprits. " Ivar Mackay pense qu'il faudrait absolument plusieurs années d'étude des sciences occultes avant de s'attaquer au problème des ovnis. Robert Stanway, un autre président de BUFORA, déclarait en novembre 1976 qu'il était rrivé à la conclusion que les soucoupes volantes étaient d'origine satanique et que, par conséquent, il préférait ne pas pousser plus avant ses recherches. 

    Eric Inglesby, auteur de UFOs and the Christian (Le Chrétin et les ovnis), admettait : " Les soucoupes volantes et le nazisme sont deux aspects du même problème. " " Les ovnis ne sont pas seulement dangereux, ajoute-t-il, ils constituent un danger mortel. C'est un domaine que tout chrétien devrait laisser de côté. "

    Le Gallois Randall Jones Pugh partage l'inquiétude d'Inglesby. La lettre qu'il fit paraître en 1979 dans le journal de BUFORA ne laisse aucun doute à ce sujet :

    " Force nous est d'admettre la présence potentielle et probable d'entités dont le seul but est de détruire la foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ... Ces entités ont pris forme humaine... J'aimerai, avant de conclure, recommander la plus extrême prudence à tous ceux qui s’intéressent au paranormal. Tous ceux qui font des recherches sur les ovnis, même avec les intentions les plus pures, devraient se mettre sous la protection de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Les ovnis sont beaucoup plus dangereux qu'on ne le pense communément. "

    Moins de 18 mois plus tard, Pugh décida d'abandonner ses recherches. Voici comment il expliqua sa décision : " Les ovnis sont dangereux. Ils visent à nous désorienter les esprits humains et à jeter le trouble. Ils cherchent à nous détruire. J'avais un ami qui s’intéressait aux soucoupes volantes d'un point de vue scientifique. Il avait lui-même été témoin d'une apparition. Quatorze mois de recherches suffirent à le convaincre que le phénomène ovni était lié à l'occulte. Il décida alors à brûler ses livres. Lorsqu'il jeta ses ouvrages dans le feu qu'il avait fait dans le jardin, la chaleur fut insupportable. La fumée prit forme humaine, et il vit nettement deux mains se tendre vers lui. très marqué par cette aventure, il me supplia de détruire tout mes documents, en me précisant bien de ne pas les brûler. Je suivis son conseil. Sauf pour une série de diapositives que je jetai étourdiment dans le feu qui brûlait dans la cheminée du salon. J'ai vraiment cru que tout allait exploser ! Il y eu des craquements violents et le feu dégagea une chaleur intense. Je suis persuadé que les diapositives étaient diaboliques... "

    Ce qui arriva en 1954 à John Stuart et à Barbara Turner, tous deux membres d'une équipe de recherche sur les ovnis de Nouvelle-Zélande, peut parfaitement illustrer les propos d'Inglesby et de Pugh. John et Barbara se retrouvaient tous les soirs pour discuter d'ovnis. Sans qu'apparemment le femme de John n'y vit d'inconvénient. Un soir qu'ils discutaient de l'éventuelle origine diabolique des soucoupes volantes, " la douce et pure Barbara " se transforma brusquement en femme fatale. John resta médusé lorsqu'au milieu de la conversation elle lui déclara soudain : " Que je suis contente d'être une femme. J'adore qu'on m'embrasse. J'adore taquiner les hommes. " Puis elle s'approcha de lui et lui murmura d'une voix caressante : " J'ai envie de me mettre nue. Ce serait bien, non ? "

    Danger : extra-terrestre

     

    Pour Stuart, cela ne fit aucun doute : Barbara était momentanément possédée du démon. Quelques jours plus tard, une horrible créature poilue, aux pieds palmés vint interrompre  leur conversation et leur intima l'ordre d'arrêter leurs recherches. Ils ne tinrent pas compte de ces avertissements répétés. Mal leur en prit, car une nuit, treize entités envahirent la chambre de Barbara. Dix de ces créatures firent le guet pendant que les autres violaient la jeune femme, lui laissant d'horrible marques qu'elle montra à Stuart le lendemain matin. Lui-même avait subi les assauts d'une étrange créature dont le corps, à partir de la taille, changeait de sexe. Après cette nuit tragique, Stuart et Barbara abandonnèrent totalement leurs recherches !

    Que penser de tel témoignages ? On peut en sourire. Toutefois, certains chercheurs sérieux, comme Gordon Craighton, admettent l'éventuelle origine diabolique des ovnis : " Le temps nous est compté, déclare t-il. Tout porte à croire qu'avant la fin de ce siècle des cataclysmes dévasteront la planète. Les vagues de violence irrationnelle qui s'élèvent de plus en plus haut sur terre et le déclin des valeurs morales et spirituelles indiquent que certaines " entités ovnis " attisent cette marmite nauséabonde. "

    Une dernière constatation pour se rassurer : il ne tient sans doute qu'à nous de ne pas succomber à l'emprise " diabolique " de ces ovnis... Entre le crépuscule des idoles et le matin des magiciens, le temps est compté !

     


    votre commentaire
  •  

    Il semblerai que l'être humain possède, au plus profond de lui-même, une formidable énergie psychique, capable de véritables miracles.

    Guérison de maladies graves, suppression de toxicomanies galopantes du potentiel tant physique que mental, éducation générale du comportement, etc.., elle est à même de tout entreprendre. Mais il faut pour cela apprendre à la découvrir, puis à la canaliser dans la bonne direction. L'auto-hypnose, le training autogène et quelques autres techniques de même nature se sont à cet égard montrés des plus efficaces.

    La presse américaine publia un incroyable témoignage. Un homme assurait s'être guéri tout seul d'un cancer du système osseux, rien qu'en visualisant des ours polaires !

    " ... J'ai imaginé pendant des mois, tous les jours et à heures fixes dans une même journée, qu'une meute d'ours blancs s'attaquaient à ma terrible maladie. Ils ressemblaient à celui que j'avais, en peluche, quand j'étais enfant. Durant tout ce temps, ils m'ont aidé à lutter. Ils ont détruit mon mal. Aujourd'hui, ils en sont complètement venus à bout... "

    Une telle déclaration aurait normalement dû susciter l'hilarité des commentateurs et le dépit attristé des spécialistes face à un délire de cette sorte. Rien de tout cela. Le patient avait bel et bien guéri son cancer de cette manière. Plusieurs médecins, qui l'on examiné avant et après la " visualisation d'ours polaires ", sont formels. Le malade, condamné à court terme, moins d'un an auparavant, est définitivement guéri et en parfaite santé.

    Il a pour cela utilisé l'autosuggestion. Ainsi que lui avait conseillé un thérapeute qualifié, il s'est aidé en choisissant l'image de l'ours polaire, chez lui essentiellement sécurisante puisque rattachée à un souvenir d'enfance très agréable. Et tout a remarquablement marché.  

    Comme le remarque Carl et Stéphanie Simonton ou le docteur australien Ainslie Mearses, ce n'est bien sûr pas toujours spectaculaire. 

    " ... L'autosuggestion, qu'elle obéisse aux techniques de l'auto-hypnose proprement dite ou du training autogène, écrit le docteur Mearses, donne des résultats très variables. Il importe en premier lieu qu'elle soit bien conduite, et l'assistance d'un spécialiste est pour cela pratiquement indispensable. Il faut ensuite que le patient effectue un entrainement très strict de ses facultés imaginatives, qu'il apprenne à soumettre sa volonté propre et consciente à la volition profonde de tout son être. Ce n'est pas facile dans la mesure ou le résultat dépend beaucoup plus d'un instinct obscur de réussir que d'un effort spécifiquement volontaire... "

    Derrière ces termes un peu spécialisés se cache une réalité toute simple : il faut apprendre à éveiller en soi la formidable énergie dont nous parlions au début et la mettre correctement en oeuvre.

    C'est un français, le docteur Emile Coué, qui s'est le premier aviser d'étudier scientifiquement cette " énergie du miracle " au début du XXè siècle. Fasciné par les travaux de Bernheim et de Liebeault sur l'hypnose, il s'est demandé très tôt si les prodiges réalisés par le Christ, Mahomet, Bouddha ou leur saints hommes n'avaient pas quelque chose à voir avec les étranges mécanismes psychologiques que révélaient les hypnotiseurs sérieux. 

     En prononçant la rituelle parole " Lève-toi et marche ! " au chevet des paralytiques, tous ces personnages ne faisaient après tout que libérer chez le grabataire une force qui le remettait sur pied. Ils galvanisaient une foi viscérale dans la guérison. L'impact de leur intervention psychique était tel, dans le tréfonds des inconscients concernés que l'effet était la plupart du temps spectaculaire et immédiat...

    Que faisait d'autre un Liébeault ou un Bernheim quand ils persuadaient un patient qu'il allait boire une potion médicamenteuse et complexe alors qu'ils administraient simplement de l'eau colorée ? Sous hypnose, le malade s'autosuggestionnait tellement bien qu'il prenait cette dernière pour ce qu'elle aurait dû être et ressentait tous les effets du médicament pourtant imaginaire...

    Face à la personnalité de Jésus-Christ ou, dans une moindre mesure évidemment, aux inductions de Bernheim, l'énergie mystérieuse se libère instantanément et joue son rôle. Mais pourquoi chacun d'entre nous, quel qu'il soit, ne pourrait-il apprendre lui-même à la maîtriser au moins partiellement et à l'utiliser pour son plus grand bien ?

    Emile Coué multiplia les expériences et finit par mettre au point une méthode qui est demeurée célèbre.

    N'importe qui est, théoriquement du moins, en mesure de l'appliquer sur soi-même. Il s'agit de s'autosuggestionner positivement jusqu'à ce que le désire profond devienne réalité sous l'impulsion de cette énergie irrésistible que l'on est enfin parvenu à susciter.

    En fait, la technique Coué est beaucoup plus complexe que n'ont voulu le laisser entendre ses détracteurs ou simplement ceux qui, par la suite, s'en sont un peu hâtivement moqués. Il ne suffit pas de répéter à longueur de journée : " Je suis le plus fort, donc je vais obtenir ce que je mérite ", ou encore : " J'ai en moi toute la puissance psychique nécessaire pour guérit, donc je guérirai... " pour que le miracle s'accomplisse.

    La répétitivité n'est qu'un élément, nous allions presque dire secondaire, du processus. Coué propose, pour qu'elle devienne efficace, toute une rééducation de l'imagination et de la volonté.

    Il s'agit de préparer le terrain par toute une série d’exercice de développement personnel. Le subconscient doit être littéralement " remodelé " afin que les inductions et suggestions que l'on s'impose créent le potentiel d'énergie psi nécessaire à la réalisation du projet mis en train, qu'il s'agisse de guérison personnelle, de réussite ou simplement d'une réaction du comportement contre une toxicomanie par exemple.

    Quoique astreignante, la méthode n'en demeure pas moins accessible à n'importe qui, dans la mesure ou l'o, dispose d'un bon manuel de base auquel se référer. 

    Elle mérite d'ailleurs d'être pratiquée, ne serait-ce que pour accroître la portée, avec une technique parallèle, comme le training autogène de Schultz, par exemple.

    Cette fois, on est précisément en face d'une méthode d'auto-hypnose puisque l'on reproduit directement sur soi-même les états induits par les suggestions de l'opérateur. 

    Selon la transe obtenue, on pourra entreprendre telle ou telle série de programmes autosuggestifs : désintoxication, guérison physique, développement de la mémoire ou de la concentration, etc...

    Comme dans la méthode Coué, il n'y a pas de miracle, du moins pas pendant la période d'entrainement !

    Schultz, qui travaillait au début du siècle, a soigneusement mis au point, à partir des acquis de l'hypnose dans les décennies précédentes, une démarche progressive vers la maîtrise de certains états seconds au cours desquels il est facile de réaliser les objectifs de Coué.

     Le sujet doit commencer par une prise de conscience corporelle. il lui faut apprendre à relâcher complètement ses muscles, à en contrôler la chaleur et le poids. Ensuite, il doit aborder la régulation cardiaque. Il lui sera possible, après quelques semaines d'entrainement quotidien, de ralentir ou d'accélérer son pouls à volonté. Puis ce sera le tour de l’abdomen, de la respiration, et enfin des zones cervicales. 

    Certains spécialistes affirment qu'il n'est pas tout à fait prudent de mettre en pratique les conseils de Schultz sans un opérateur qualifié. Certes, jouer avec son cœur ou avec ses encéphales droits et gauche suppose des dangers. Mais il n'est pas toujours nécessaire d'aller aussi loin et de s'adonner non plus à l'auto-hypnose légère, mais au fakirisme pur et simple.

     On peut donc soi-même s'auto-induire jusqu'à un certain degré, au niveau du contrôle respiratoire par exemple, et à ce stade imprimer fortement en son subconscient les suggestions de Coué ou d'un autre.

    S'il est déconseillé de soigner seul de cette manière des maladies graves, la méthode est remarquable pour le traitement des petits inconvénients quotidiens : migraines, maux dentaires ou névralgiques, relaxation avant une démarche importante...  Elle donne de même un très bon résultat lorsqu'on l'utilise pour se débarrasser de l'usage du tabac ou de toute autre forme de toxicomanie n'exigeant pas véritablement une intervention médicale. 

    Les sportifs en usent fréquemment avant d'entreprendre une compétition. Et on serait bien avisé de l'apprendre aux étudiants qui se présente à un examen, ainsi qu'aux jeune cadres à la recherche d'un emploi dans cette période difficile !

    Lorsqu'il songeait aux miracles des grands thaumaturges en pratiquant ses expériences, Emile Coué était absolument dans le vrai. Beaucoup de systèmes religieux ne fonctionnent pas autrement - par le biais de la prière, de la méditation et de la foi en général - que sur les bases d'une stimulation de cette énergie inexploitée qui sommeille dans notre subconscient imaginatif. 

    C'est encore plus vrai pour les sectes actuelles que pour les grandes religions révélées, où du moins un profond message théologique, la plupart du temps inédit à leur époque, sous-tendait ce que l'on pourrait appeler les " exercices pratiques " autrement dit le rituel.

    Dans son livre Science et santé, Mary Baker Eddy, la fondatrice de la Christian Science, qui compte des centaines de milliers d'adeptes à travers le monde, montre qu'elle a eu, à la base, exactement la même idée que Coué. Lui en a fait une science, elle, une religion, ou du moins une école de pensée théogonique. 

    Il suffit, selon elle, de se convaincre que l'esprit divin est tout-puissant en même temps infiniment bon. Dans ce cas, la maladie et la souffrance ne peuvent être dues qu'au péché. Se repentir, faire amende honorable et se réconcilier avec cet esprit divin par la prière et le rite apportent donc la santé, tant physique que mentale et spirituelle...

      Dans le  cas de la Christian Science, il est indubitable que ce contrôle auto-hypnotique de millions de personnes sur une base inductives identique vise les objectifs les plus louables : améliorer l'homme  et la société. On ne peut peut-être pas en dire autant de toutes les sectes qui prolifèrent en Occident.

    C'est justement de manipulation trompeuse des esprits par l'application des principes essentiels de Coué et des spécialistes de l'auto-suggestion que l'on a accusé les scientologues, les disciples de Moon ou les adeptes de Krishna.

    Comme toutes les sciences, surtout lorsqu'elles concernent le mystère de l'esprit humain et qu'elles ne sont pas encore complètement explorées, on voit qu'on peut les utiliser aussi bien dans un but maléfique que pour une amélioration efficace de l'être humain.

    En ce qui concerne l'hypnose, l'auto-suggestion et les techniques qui en découlent, certaines recherches démontrent que l'on est seulement sur le seuil de fantastiques univers inexpliqués...

     

     

      

     


    votre commentaire
  • Les clavicules de Salomon (Clavicula Salomonis ), sont attribuées selon les auteurs à Agrippa, Salomon ou Albert. Le terme de Clavicula signifie "petite clé" et est utilisé comme un passeport obligatoire pour accéder à la science secrète, à la connaissance et aux richesses. 

    La Grande Clavicule de Salomon était le grimoire que tous les sorciers et magiciens se devaient d'avoir et fit sa première apparition vers le XIè et XIIè siècle. On le disait écrit par Salomon lui-même et était censé contenir tous les secrets des égyptiens.

    L'Ancien Testament nous présente Salomon comme un grand bâtisseur et un sage, auteur de proverbes et de chansons grand connaisseur les plantes et des animaux mais pas comme magicien. Une réputation d'astrologue lui sera faite dès le IIè siècle avant J-C.
    Au Ier siècle, l'historien Flavius Josèphe le présente comme ayant écrit 3000 livres d'exorcismes et d'incantations contre les maladies engendrées par les démons.  

    Le premier de ces livres est "Le Testament de Salomon" écrit entre le Iè et Vè siècle probablement à Babylone ou en Egypte et ne fut traduit en arabe que plusieurs siècles après.
    L'Islam et le coran le décrivent comme étant un prophète et roi d'Israël, il avait le don de parler à certains animaux, étant très connu pour sa sagesse, Dieu lui donna le don de maîtriser les vents, puis lui offrit l'anneau connu sous le nom du " sceau de Salomon " qui lui permit de commander les génies ainsi que les démons. Ce sont justement ces créatures qui lui enseignèrent les sciences occultes, magies et sorcellerie, architecture et autre, et bâtirent son temple connu sous le nom de " Temple de Salomon "

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique