• Mary Shelley - Frankenstein

    Mary Shelley - Frankenstein

     Pour mémoire, rappelons que Frankenstein n'est pas le monstre, mais le créateur du monstre. Le jeune Victor Frankenstein a une vingtaine d'année quand il quitte Genève et sa famille pour suivre des études scientifiques dans une université. Ce n'est pas un vieux savant fou mais un jeune étudiant sain d'esprit qui décide d'essayer de donner vie à une créature de forme humaine, pensant avoir découvert le secret de la mort, secret qui ne sera pas dévoilé au lecteur, car ce serait une révélation bien trop dangereuse. Notre jeune Frankenstein a en effet vêcu une existence bien malheureuse à cause de sa création…

    Une fois la créature vivante, Frankenstein réalise l'horreur de son acte et s'enfuit, ne pouvant supporter la responsabilité de sa création. La créature disparaît. Mais quand des proches de Frankenstein sont tués, le savant comprend que la créature le provoque, et il recherche le monstre pour se mettre en contact avec lui. Lors d'un face à face, le monstre raconte son histoire à son créateur. Il le supplie de lui donner une compagne, et en contrepartie, le monstre arrêtera de tuer. Frankenstein hésite, puis refuse. La créature continue alors à tuer les proches du savant. Ce dernier passera donc le reste de sa vie à traquer sa créature pour la détruire, et se détruire lui-même.

    Du point de vue du savant, sa création est un monstre horrible, à l'âme perverse, foncièrement mauvaise. Mais l'est-il vraiment ? On est certes touché par la destinée de ce savant malheureux, mais plus encore par celle du monstre, incompris, et qui, à cause de sa différence, est rejeté de tous.

    Ce roman , d'une poésie de toute beauté, illustre parfaitement le sujet :
    " Au commencement était la vie " dans lequel nous voyons qu'un des rêves de l'homme est de créer la vie.
    Mary Shelley réussi ce pari osé : se substituer à Dieu et créer une vie a partir de morceau de cadavres.

    A propos de ce livre, Sheridan Le Fanu écrira :

     « C’est un récit où s’ouvrent des portes qui auraient dû rester fermées et où le mortel et l’immortel font prématurément connaissance. »

    Le film : " La fiancée de Frankenstein " de James Whales sorti en 1935 avec le grand Boris Karloff  est certainement une des meilleures adaptation de cette histoire. Un pur chef d'oeuvre.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :