• La rencontre de Valensole

    Le 1 juillet 1965, Maurice Masse, un cultivateur de 45 ans  arriva vers 5 heures du matin dans son champs de lavande  situé dans le plateau de Valensole, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Une demi-heure plus tard, il s'apprêtait à allumer une cigarette lorsqu'il entendit un sifflement vers la butte, s'attendant à voir un hélicoptère.

    A son grand étonnement, il vit un objet de couleur neutre, de la taille d'une petite voiture. L'engin, allongé comme un ballon de rugby et surmonté d'une coupole, se tenait sur six pieds métalliques et sur un support central qui s'enfonçait dans le sol. Près de la "machine", Masse aperçut deux  "enfants" d'une dizaine d'années, fort occupés à examiner un pied de lavande.

    Son sang ne fit qu'un tour : " Petits voyous ! cria-t-il. Attendez un peu que je vous attrape ! ". Et il se mit à courir vers eux, pensant enfin tenir ceux qui lui avaient volé des jeunes plants de lavande la semaine précédente. Mais après plusieurs enjambées, il s'aperçut qu'il s'était trompé. Il ne s'agissait pas d'enfant, mais de deux créatures de petite taille qui avaient une grosse tête chauve...

    Il était environ 5 m de ces créatures lorsque l'une d'elle se retourna et pointa vers lui un instrument qui ressemblait à un crayon. Masse se retrouva soudain immobilisé en pleine course, totalement incapable de faire le moindre mouvement.

    Voici comment le témoin décrivit ces êtres inconnus : très petits, moins de 1,20 m, habillés de combinaisons gris-vert très ajustées, des têtes disproportionnées en forme de citrouille, pas de cheveux, mais une peau blanche et lisse.

    Ils avaient le visage découvert, les joues larges et charnues, un menton très pointu et de grand yeux en amande. Une fente très étroite leur servait de bouche. Ils semblaient communiquer par des sons inarticulés qui venaient de leur ventre ou de l'intérieur de leur corps.

    On ne possède aucune information sur ce qui arriva à l'infortuné cultivateur, car il n'a jamais voulu révéler ce qui s'était passé pendant ces quelques minutes. Il précisa seulement qu'à aucun moment il n'avait eu l'impression d'être à la merci des monstres.

    Peu de temps après l'avoir immobilisé, ces êtres retournèrent vers leur machine en se déplaçant d'une manière extraordinaire : " Ils montaient et descendaient dans l'espace comme des bulles dans une bouteille, sans support visible, a raconté le cultivateur. Ils glissaient le long des bandes de lumière. "

    Ils entrèrent dans leur vaisseau par une porte coulissante. De l'intérieur, ils continuèrent à observer Masse. Puis soudain, le pied central se rétracta avec un bruit sourd et les six autres pieds entamèrent un mouvement de rotation ascendant. Quand tous les pieds furent remontés, le vaisseau décolla dans un sifflement strident. On retrouva pourtant des traces de son passage sur des pieds de lavande pendant 90 m en direction de Manosque. Ces plantes se desséchèrent, puis repoussèrent plus hautes et plus belles que les plantes voisines.

    Masse mit plus d'un quart d'heure avant de retrouver l'usage de ses membres. Une fois libéré, il examina les traces autour de lui. Il trouva des marques laissées par les pieds du vaisseau ainsi qu'une flaque de boue dans le trou creusé par le pied central : la présence de cette boue était anormale, car il n'avait pas plu depuis plusieurs semaines. 

    Le cultivateur retourna précipitamment à Valensol. En arrivant au village, il s'arrêta au café des Sport. Malgré les conseils du patron du café, qui était un de ses amis, il refusa d'aller faire une déclaration à la gendarmerie, convaincu que personne ne voudrait le croire. Le propriétaire du café décida alors d'aller voir lui-même : il trouva des trace de l'ovni là ou Masse les  lui avait indiquées. Persuadé que son ami avait bien assisté à un événement extraordinaire, il commença à raconter l'histoire à tout le monde.

    Le soir même, Masse emmena sa fille de 18 ans sur les lieux de l'apparition : quatre pieds seulement avaient laissé des traces, et la boue autour du trou central s'était solidifiée. 

    Dans les jours qui suivirent, le chef de la gendarmerie lui fit subir un interrogatoire. Son rapport mentionne que Masse avait interdit à sa fille de s'approcher trop près du trou principal. Il s'inquiétait beaucoup des éventuelles conséquences génétique de cette rencontre avec des extra-terrestres. il décida d'ailleurs de combler ce trou, qui avait la forme d'un entonnoir renversé.

    Aimé Michel, le grand ufologue français, interrogea le témoin deux fois. Il le trouva dans un grand état de nervosité. lors de la seconde visite, il lui présenta la photo d'une maquette réalisée d'après les indications fournies par le sergent Zamora, un américain qui avait aperçu un ovni en 1964, dans l'état du Nouveau-Mexique. Étonné, Masse reconnu sa machine. Quand on lui expliqua que cette photo avait été prise aux Etats-Unis par un policier, il poussa un soupir de soulagement et déclara : " Vous voyez bien que je n'ai pas rêvé et que je ne suis pas fou !... "

    Deux ans plus tard, on distinguait encore sur place une circonférence de 3 m de diamètre délimitée par des pieds de lavandes desséchées.

    A l'intérieur de ce cercle, il ne poussait que des mauvaises herbes. Pourtant la terre avait été labourée et replantée plusieurs fois.

    Masse semblait remis de ses émotions, mais cherchait visiblement à se faire oublier. pour effacer toute trace de atterrissage de l'ovni, il arracha les pieds de vigne, laboura le champ de lavande et transforma le tout en champs de blé ! Ce qui coupa court à toute nouvelle tentative de recherches sur cette extraordinaire rencontre du troisième type

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :