• Dracula

     

    Dracula

     Des vampires, il y en a eu dans toutes les civilisations et dans toutes les cultures, en Chine comme en Egypte, à Babylone comme à Rome, en Grèce comme au Japon.

    Pierre Gripari nous offre une passionnante anthologie des récits vampiriques de l'Antiquité à nos jours dans      " Pedigree du vampire "

     
    " Bien que ses origines soient fort anciennes, écrit Pierre Gripari dans son livre "Pédigrée du vampire", le vampire tel que nous le connaissons, est une création récente. A partir de la renaissance, le bruit commence à courir, en Allemagne, en Autriche et en Europe de l'Est, qu'il y a des morts, des morts en chair et en os, et non de simple fantômes, qui sortent de leurs tombeaux pour attaquer les vivants. Dans ces tombes suspectes, qu'on a rouvertes aux fin d'enquête, on a trouvé des cadavres non décomposés, aux veines remplie de sang liquide, dont certains paraissent avoir dévoré une partie de leur linceul, parfois une de leurs mains.... "

     

    Dracula

    Au début du XIXe siècle, la croyance aux vampires était encore vivace dans les campagnes, et les écrivains romantiques tels que Sheridan Le Fanu, Mérimée, Nodier, Dumas et d'autres s’emparèrent de ces mythes populaires. Aucun ne devait atteindre la formidable célébrité que celle de Bram Stoker avec son ténébreux Dracula sorti en 1897. Synthèse histoire de vampire et personnage historique que lui avait fait découvrir un érudit hongrois, Arménius Vambery, en 1880.
    Ce personnage s'appelait Vlad Dracula et avait vécu au XVe siècle en Roumanie, c'est-a-dire, à l'époque ou le mythe du vampire avait pris naissance en Europe centrale.

    Certes, Bram Stoker ne conservera pas grand chose du vrai Dracula dans son roman, sinon son nom et ses origines géographiques, mais l'histoire de ce personnage, telle que nous pouvons aujourd'hui la reconstituer, était bel et bien de nature à être identifiée, dans l'esprit des populations superstitieuses, au mythe lui-même.

    C'est en 1431 que nait Vlad Dracula dans une petite ville de Transylvanie. De son père Vlad le Diable, il hérite le surnom de Dracula (le "dragon" ou le "diable").
    Vlad le diable fut contraint de traité avec l'ennemi, de sorte que Dracula et son frère furent emmenés comme otage en Asie Mineure chez les turcs. Vlad le diable fut assassiné en 1447 et libéré par les Turs Dracula s'empare en 1448 du trône de Valachie mais pour quelques mois seulement et en 145 il remonte sur le trône et accompagné par d'une petite armée, il dirige des opérations d'une cruauté inouie, non seulement contre les Turcs qui s'infiltrent en Valachie et en Transylvanie, mais aussi contre les villes allemandes de ses régions. Il voulait ainsi décimer les Saxons détenteur de la puissance commerciale.


    Dracula


    C'est a cette époque que Dracula se fit connaitre de tous sous le nom effrayant de Vlad Tepes, c'est-à-dire Vlad l'Empaleur. C'est par dizaine de milliers que ses victimes, Saxons, Turcs, paysans insoumis, périrent par le supplice du pal.
    "Un jour, Dracula festoyait au milieu d'un grand nombre d'hommes empalés autour de la table, et il aimait manger autour de sa table, et il aimait manger au milieu d'eux. Il se trouvait, juste devant lui, un serviteur qui ne put supporter davantage l'odeur des cadavres. Lors, il se boucha le nez et détourna la tête. Dracula lui demanda :
    " - Pourquoi fais-tu cela ?
    " Le serviteur répondit :
    " - Monseigneur, je ne puis plus endurer cette puanteur.
    " Dracula donna l'ordre de l'empaler sur le champs, disant :
    " - Il faut que tu demeure là-haut, en un endroit où la puanteur ne montera pas jusqu’à toi.


    Tout aussi épouvantable est le récit que fait de ses exploits un manuscrit conservé à la bibliothèque de Saint-Gall en Suisse : 
    En effet le diable en personne. Le manuscrit nous dit :


    " Une fois, il imagina des tortures terrifiantes, épouvantables, indicibles. Ainsi il empala des mères et des nourrissons et des très jeunes enfants...Et il causa bien des souffrances et de si grande tortures que jamais n'en imaginèrent des tortionnaires assoiffés de sang de la chrétienté, tel Hérode, Néron et autres païens qui n'ont jamais autant fait de martyrs que ce fou assoiffé de sang... Un jour il fit empaler des humains, comme d'habitude, sans discrimination, jeune et vieux, femmes et hommes. Ils essayaient de se défendre des mains et des pieds et ils se tordaient, bondissaient comme des grenouilles. Après cela, il les empalaient et tenait souvent ce langage :
    " - Oh, que de grâce ils montraient !....Et c'était des païens, des juifs, des chrétiens, des hérétiques et des Valaques."


    Ainsi Dracula sévit d'abord en Transylvanie, qu'il dévasta. Dans la ville de Brasov, il massacre 10 000 Saxons.


    Dracula


    Empalant impitoyablement tout ses ennemis de l’intérieur, exterminant les Saxons, soumettant le clergé, il ne lui reste plus qu'a mettre à la raison les seigneurs encore très puissants en leurs fiefs. La encore il emploiera son moyen favori. La chronique rapporte :


    " Un jour il fit décapiter plusieurs seigneurs et fit apprêter des plats avec leurs corps. Après quoi, il invita chez lui leurs amis, leur fit gouter de ces mets et leurs dit : " Vous êtes en train de manger le corps de vos amis". Après quoi, il les empala."

    A quoi ressemblait l'Empaleur ? Un religieux nommé Nicolas de Modrussa en a fait le portrait dans une relation adressée au pape Pie II :


    " Il n'était pas très grand, mais râblé et fort, avec un aspect cruel, terrible, un nez droit, des narines dilatées, un visage mince et rougeaud, où les grands yeux verts bien fendus, étaient ombré par des sourcils noirs, broussailleux, qui les faisaient menaçants. Il avait les joues et le menton rasé, et portait moustache. Les tempes gonflées augmentaient le volume de la tête que soutenait un cou de taureau encadré par les vagues d'une longue chevelure bouclée, noire, qui retombait sur ses larges épaules. "


    Dès lors il peut lever une armée de 20 000 hommes et de se tourner vers les Turcs mais en face il y a 250 000 hommes et devra reculer.
    En 1462, il se retire a travers la Transylvanie semant la terreur sur son passage et massacrant les avant garde turques.
    Il sera fait prisonnier a Budapest et sera libéré après une longue captivité en 1475. Rentré en Transylvanie et est a nouveau couronné voïvode en 1476 mais sera tué cette même année lors d'une bataille par ses propres soldats alors que déguisé en Turc, il tentait d'observer les mouvements de ses ennemis.


    Aujourd'hui considéré en Roumanie comme un héros national, Dracula a laissé en revanche des souvenir d'épouvantes parmi les populations germaniques de Transylvanie auxquelles il infligea des supplices affreux.
    Or c'est précisément parmi ces populations que le mythe du vampire devait se développer peu après la mort de l'Empaleur.


    Ces population allaient opérer une superposition du plan de l'histoire et du plan de la légende et assimiler le souvenir du voïvode a la crainte du vampire, ces morts qui, la nuit, se lèvent de leur tombe pour boire le sang des vivants.

     

    Dracula


    Car Vlad Dracula, même mort, continuait d'effrayer, comme s'il pouvait un jour quitter sa tombe et recommencer ses crimes...

                                                                                    Extrait de " Inexpliqué " 1981

    A lire aussi : Gilles de Rais


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :