• Ceux qui photographient des fantômes

     

    Ceux qui photographient des fantômes

     

    Les photographies spirites ont déclenché, depuis une centaine d'années, pas mal de polémiques. Même parmi ceux qui croient au paranormal et s’efforcent de l'étudier avec toute la rigueur scientifique possible.
    Un cliché ordinaire, pris souvent par un amateur et voilà qu’apparaît un personnage supplémentaire sur le tirage. Le plus souvent, c'est une silhouette à peine reconnaissable, parfois un visage flou... Il arrive que l'on puisse reconnaître dans cet intrus le visage d'un disparu mais dont la présence sur cette photographie ne fait aucun doute.
    Fraude...trucage ? Cela arrive. Mais les techniques modernes sont telles qu'on parviens à déceler aisément la supercherie. Or dans un certain nombre de cas, celle-ci est impossible.
    Les morts seraient-ils susceptibles de se manifester ainsi ?

    Les premières photos du genre furent prises à Roxbury (Boston) mais l'homme était bon chrétien, il s'imagina que ses clichés provenaient d'une intervention démoniaque. Il tint avant tout à garder l'anonymat et détruisit les photos.
    Quoi qu'il en soit, pour les spirites convaincus, ce sont les défunts eux mêmes qui choisissent ce moyen pour se manifester aux vivants....
    Voici quelques cas de "photo spirite" assez troublantes dont celle que vous voyez plus haut.
     
    Ainsi, au début du siècle, le fameux journaliste américain W.T. Stead produisit en grand nombre des photographies de ce genre, et déclarait agir par médiumnité. En avril 1912, il disparut dans le naufrage du Titanic, mais il continua a converser par écriture automatique et tables tournantes interposées, avec sa fille Estelle, à laquelle il affirma, lors de ses communications, que les photos spirites n'étaient jamais le fait du hasard et qu'elles véhiculaient toujours un message du défunt. Aux vivant d'interpréter et d'en tirer leçon. Pour lui prouver leur réalité, il apparut d'ailleurs en personne sur de nombreux clichés réalisés par Estelle (voir photo ci-dessus).

    Le plus célèbre portrait de fantômes est sans doute la photographie prise en 1891 par Miss Sybell Corbet dans la salle vide de la bibliothèque de Combermere Abbey. Or, au développement, quelle ne fut sa surprise de voir, sur la gauche du cliché, un vieil homme assis, presque transparent, dont on distinguait la tête, les bras et le haut du corps. Les para psychologues de l'époque qui analysèrent la photo conclurent à son absolue authenticité. Après enquête, ils découvrirent qu'au moment ou Miss Corbet prenait son cliché, on enterrait non loin de là le vieux Lord Combermere, mort quelques jours pus tôt à Londres d'un accident qui lui avait complètement brisé les deux jambes (invisible sur la photo).
    Ceux qui photographient des fantômes

     Si les clichés précédents ont été pris par hasard, ce ne fut pas le cas des "fantômes du Watertown". Deux marins de ce bateau s'étaient noyés au cours d'une tempête. Deux ou trois jours plus tard, les passagers virent à plusieurs reprises leurs visages blafards et fantomatiques planer au-dessus des eaux. L'un d'eux prit une photo sur laquelle les spectres sont assez nettement visibles.

      Ceux qui photographient des fantômes
    En 1928, une certaine Mme Wickstead faisait une excursion avec des amis dans la région de Hereford. Lors d'une visite de la petite église et du cimetière d'Hollybush, Mmes Laurie, une amie de cette dame fut impressionnée par l'une des vieilles sépultures. Il s'agissait d'un soldat mort à la guerre et à ses côtés avait été inhumée une jeune fille décédée peu de temps après. Pensant à un couple d'amoureux séparé par la mort, l'amie désira absolument être photographiée auprès des deux sépultures. Or sur le tirage, elle n’apparaît pratiquement pas. En revanche on remarque nettement les formes d'un jeune homme et d'une jeune fille s'embrassant.
    La photo a été longuement étudiée par les spécialistes de la society Psychical Research britannique. Cela ne fait aucun doute, le cliché n'a pas été trafiqué, il est authentique.

    Le cas de sujets sensitifs qui ont pu voir et photographier des esprits sont très rare. Citons celui-ci :
    La maison située près d'Othley dans le Yorkshire, passait depuis longtemps pour être hantée. Pendant le repas de midi, Margaret Tweedale, la femme du pasteur, vit soudain apparaître en flou un homme barbu à gauche de son fils. Les autres personnes présentes ne distinguèrent rien. Cependant, le révérend saisit un appareil photo et prit immédiatement un cliché de l'endroit désigné par son épouse. On développa le négatif l'après midi même. L'homme barbu - qui n'a pas été identifié - était bel et bien présent sur la photo.

    Le cas de la photo d’Émile Le Roux prise en Belgique en 1909 est aussi des plus troublants.
     
    Mme Leroux s'adonnait au spiritisme et, plus précisément, à l'écriture automatique. Au cours d'un contact avec l'esprit de son oncle, ce dernier lui indiqua le meilleur moment de la journée ou l'on pouvait réaliser une photo de lui dans l'au-delà. Il alla jusqu'à préciser le temps d'exposition nécessaire pour que le portrait soit ressemblant. Emile Leroux décida de tenter l'expérience. Bien lui en prit, car sur le cliché se trouvait l'image du défunt, tellement reconnaissable que l'on mis en doute la bonne foi du couple. On les accusa entre autres, d'avoir soumis la pellicule à une double exposition... Le Roux se défendit comme il put : "...Bien sur, déclara t-il à ses détracteurs, l'esprit a un visage étrange. Mais en ce qui concerne la manière dont j'ai travaillé, je n'ai eu aucune difficulté ni avant, ni après. J'étais très sceptique, et je le suis encore...Mais le négatif existe, et il faut bien chercher une explication ailleurs que dans une quelconque supercherie ou une double exposition de la plaque...".

    Dans les années 1870-1880 la photographie spirite a évidemment beaucoup passionné les para psychologues qui commençaient à intéresser scientifiquement aux phénomènes du paranormal. Mais aucune étude sérieuse et approfondie n'a jamais été entreprise à ce sujet.

    Le fait que le spiritisme toujours assez suspect aux enquêteurs soit mêlé de très près à cette pratique a découragé plus d'un scientifique d'entreprendre une recherche rigoureuse et systématique de ces expériences.
    Faut-il rapprocher le phénomène de ce que l'on appelle la "photographie par la pensée" ? Il est produit par certains sujets psi comme Ted Serios, aux USA, qui sont capables d'impressionner une pellicule en se concentrant fortement sur une image donnée.
      
    En 1910, au Japon, le docteur Tomokichi Fukurai découvrit par hasard un sujet capable de projeter sur une plaque photographique un calligramme donné. Il étudia de près ce médium et développa considérablement son étrange faculté par une séries d'intenses exercices psychiques dérivés du zen.
    Les travaux de Fukarai furent publiés en Angleterre dans les années vingt.
    Ted Serios est probablement un de sujets le plus doués au monde. Il a travaillé avec le parapsychologue Jules Eisenbud à l'université de Denver. Serios a produit une foule de clichés psi. Il se concentre généralement sur une photo existante d'un paysage ou d'un monument et parvient à impressionner une pellicule à partir d'un effort soutenu de visualisation. Il n'est donc pas impossible que les photos spirites soient le fait non de défunts, mais de personnes présentes qui posséderaient sans le savoir une faculté identique.

    Cette thèse a été plusieurs fois avancée, surtout par les chercheurs actuels qui ont tendance à mettre en doute les phénomènes spirites traditionnels, ou du moins qui estiment que ces derniers sont produits inconsciemment par les médiums, ou par certains sujets présents aux séances d'invocation.

    Cependant, s'il existe, parmi ces clichés de l'au-delà, des fraudes et des manipulations, un grand nombre sont éminemment authentiques. Et le mystère reste entier.
                                                                                     Extrait de " Inexpliqué 1981"
     
      

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :