• Bernard Heuvelmans et la cryptozoologie

     

    Bernard Heuvelmans

    Bernard Heuvelmans (1916 - 2001), est un zoologue de nationalité belge. Il est le fondateur de la cryptozoologie et a consacré de nombreux travaux à ce qu'il qualifiait de « formes animales encore inconnues » telles que le yéti ou le monstre du Loch Ness. 

    En 1948, un article d'Ivan T. Sanderson au sujet de l'existence contemporaine possible de dinosaures le pousse à s'intéresser aux animaux encore inconnus de la science ou présumés disparus. Après de longues recherches sur le sujet, il publie en 1955 Sur la piste des bêtes ignorées, qui reste à l'heure actuelle l'une des références majeures en cryptozoologie.

    Bernard Heuvelmans

    Dès cette date il est attiré par les énigmes que posent les animaux encore inconnus de la Science, ceux dont l'existence n'est pas encore établie sur des preuves concrètes indiscutables, mais repose sur des indices, des témoignages, des légendes, des traces, des fragments de dépouilles, voire des photos ambiguës. Après cinq années de recherche, il publie en 1955 " Sur la Piste des Bêtes ignorées ", édité en plusieurs langues et vendu à plus d'un million d'exemplaires, qui fait toujours référence un demi-siècle plus tard. Suivront en 1958 "Dans le Sillage des Monstres marins", "le Kraken et le Poulpe colossal", en 1965, " Le Grand Serpent-de-Mer : le mystère zoologique et sa solution". En 1974, il publie encore, avec son collègue soviétique Boris F. Porchev, " L 'Homme de Néanderthal est toujours vivant ", où il raconte dans quelles circonstances très particulières il découvrit un Hominidé inconnu qu'il nommera Homo pongoïdes (homme à aspect de singe anthropoïde).
    C'est là qu'il pose les bases d'une nouvelle discipline scientifique, la cryptozoologie ou " science des animaux cachés ".

    D’abord spécialiste des mammifères, Bernard Heuvelmans consacre sa thèse à l’oryctérope et devient docteur ès sciences (zoologie) en 1939. De la cryptozoologie,  Il en donne la définition suivante :
    « L'étude scientifique des animaux cachés, c'est-à-dire des formes animales encore inconnues, au sujet desquelles on possède seulement des preuves testimoniales et circonstancielles, ou des preuves matérielles jugées insuffisantes par certains »

    Bernard Heuvelmans

    Comme Bernard Heuvelmans l'a lui-même reconnu dans la première édition de son livre sur le serpent de mer en 1965, il n'est pas le premier utilisateur de ce terme : « C'est lui [le naturaliste américano-écossais Ivan T. Sanderson] qui, alors qu'il était encore étudiant à Cambridge, a inventé le terme de "cryptozoologie" ou science des animaux cachés, que je devais ingénument forger à mon tour, à une époque plus récente, sans connaître sa priorité ».

    Il est élu président de l’International Society of Cryptozoology à sa fondation en 1982.

    Le 12 octobre 1999, le musée cantonal de zoologie de Lausanne ouvre son « Département de cryptozoologie B. Heuvelmans ». C'est à ce musée que Heuvelmans lègue l'ensemble de ses archives et collections à sa mort, le 22 août 2001.

    Bien que ses ouvrages soient très populaires aujourd'hui encore et se soient vendus à des centaines de milliers d'exemplaires, leur contenu a fait l'objet de critiques de la part de la communauté scientifique et n'y est généralement pas pris au sérieux.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :