• Téléportation et disparitions

     

    Téléportation et disparitions

    Le 29 novembre 1809, Benjamin Bathurst, un employé, va louer une calèche. Pour cela il sort de l'auberge ou il se trouvait, près de Berlin. On ne le reverra jamais...
    En juin 1900, Shermann Church pénètre dans une filature de coton, à Augusta Mills. Il ne sera jamais retrouvé.
    En 1974, des porcs, des moutons et des génisses disparaissent de deux fermes près de Manchester, en Angleterre. Pour toujours.

    Charles Fort a inventé le terme de "téléportation" pour définir cette disparition involontaire de personnes ou d'objets sous l'effet de forces invisibles et inconnues.
    Selon les opinions de chacun, ces forces ont été successivement rattachées à Dieu, au démon, aux "grands esprits", aux fées et aux ovnis...
    Parfois la personne téléportée semble se trouver réellement à deux endroits à la fois ; elle a le don d’ubiquité.

    Un cas fameux se produisit en 1620 :
    Une nonne espagnole, sœur Maria d'Agreda, ennuyait ses supérieurs avec des histoires de "vols" missionnaires qu'elle prétendait avoir effectués chez les Indiens du Mexique. Soit un voyage de 3 200 Km. Personne ne la prenait au sérieux, du fait quelle ne s'absentait jamais du couvent. Elle avait pourtant remarqué, pendant ses "vols" que la terre était ronde...
    Or voilà qu'en 1622, le missionnaire officiel du pape dans la région de Jumano, où disait se rendre sœur Marie, se plaignit au souverain pontife : lorsqu'il était arrivé là-bas, les indiens avaient déjà été catéchisés par une mystérieuse "dame en bleu" qui aurait distribué des crucifix, des rosaires et même un calice, dont il reconnu qu'il provenait du couvent d'Agreda !
    Interrogée minutieusement par le père Benevides, sœur Maria montra qu'elle connaissait fort bien le mode de vie des Indiens, leur langues, et décrivit avec précision des membres de la tribut en question.
    Comme la plupart des histoires de ce genre, celle de sœur Maria et de ses activités missionnaires semble défier toute tentative de classement ou d'analyse. Le fait qu'elle ai vu que la terre était ronde semble indiquer une sorte de voyage astral. Pourtant le calice ne constituait-il pas une preuve des plus solides ?
     
    L'apparition soudain d'objets dans un lieu donné se nomme "apportation". Ce phénomène peut toucher n'importe quel objet, des pierres, des instruments de musique, en passant par un plat de nourriture bien chaud ou des fleurs fraîches hors saison !
    Les maisons hantées offrent souvent le spectacle d'objets apparaissant soudainement et semblant venir du néant.

    Hans Bender, directeur de l'institut de recherches aux frontières du psychique, explique :
    " Au cours d'une attaque des poltergeists on voit aussi apparaître des pierres dans une pièce fermée. Les témoins racontent que ces pierres tombent du plafond. Elle ne rebondissent pas, et lorsqu'on les touche, on s'aperçoit qu'elle sont chaude.

    " Dans un cas, en Bavière, en 1969, des pierres apparurent dans une cuisine fermée, et des objets volèrent hors de la maison, elle aussi fermée. Des petites poupées sortirent d'un buffet bien clos, a travers la porte, et les témoins virent des petites bouteilles de parfums et de médicament sortir du toit de la maison. Il est intéressante de noter que ces bouteilles ne tombaient pas en ligne droite, mais en zigzaguant, comme si quelqu'un les transportait, et non comme si elles étaient normalement tombées."

    Les disparitions ont toujours fait partie d'un certain folklore, qu'elle que soient le fait de fées, de géants ou d'ovnis. Ces enlèvements portent sur des centaines, sinon des milliers de sujets : les fées sont ainsi devenues célèbres à force d'enlever des bébés en bonne santé pour les remplacer par de faibles créatures.

    Mais il peut arriver que des disparitions n'aient rien a voir avec les forces fabuleuses.
    En 1655, un homme à Goa, aux Indes, se retrouva tout à coup sur son lieu de naissance au Portugal. Ce retour soudain fut constaté par un nombre suffisant de témoins pour que le phénomène fût porté à la connaissance de l'Inquisition, qui conclut que le personnage ne pouvait être qu'un sorcier. Il fut jugé et brulé sur le bûcher.
    Dans le Connecticut, en janvier 1888, des passant furent étonné de voir soudain se matérialiser dans la rue six personnes, dont trois souffraient de commotion cérébrale.
    La dématérialisation la plus fantastique est peut-être celle de l'illusionniste professionnel William Neff telle que son ami L.J. Knebel, un journaliste américain a pu la raconter.
      
    Cet événement extraordinaire se produisit dans un théâtre de New York. le magicien exécutait ses tours devant une salle à moitié vide. Son ami, qui assistait au spectacle, fut soudain fasciné par la dématérialisation de Neff, qui devint si transparent que l'on voyait les rideau rouge de la scène à travers son corps. Curieusement, l'illusionniste continuait son numéro sans paraître se rendre compte de cette transformation. Puis il reprit peu à peu son aspect normal. Lorsqu'on l'entretint de ce phénomène, l’illusionniste avoua qu'il n'avait aucun contrôle sur ce genre d’événement et qu'il était relativement coutumier du fait : en effet, il s'était déjà dématérialisé lors d'une de ses prestations à Chicago ainsi que devant sa femme qui en avait été bouleversée... S'il avait réussi à dominer ce phénomène, ce magicien aurait sans doute fait fortune.

    Un soir de juin 1871, Mme Guppy, qui était en chemise de nuit, était occupée à faire des comptes, assise tranquillement dans la pièce ou elle avait l'habitude de prendre son petit déjeuner, dans sa maison de Highbury. Une amie se trouvait près d'elle, lorsqu'elle disparu tout à coup pour apparaître à quelque kilomètres de là, dans une maison où se déroulait une séance de spiritisme, tenant encore son livre de comptes à la main, et en état de transe.
    Sa matérialisation provoqua une série de chocs autour de la table, ce qui prouverait qu'elle s'y trouvait effectivement à l'état de "solide". Il y eu un bruit sourd, comme si quelque chose avait heurté la table, et quelqu'un s'écrira "Mon Dieu, il y a "quelque chose" sur ma tête !".
    Toute cette histoire, au lieu d'apporter la preuve que cherchaient tous les médiums, devint la plus énorme plaisanterie Londonienne de la saison.
    De Dieu, des esprits ou des ovnis, qui peut bien être responsable de ces étranges disparitions ?
    Une étrange expérience de la marine américaine va nous mettre sur la voie.
      Téléportation et disparitions
    En 1975, le 5 novembre, Travis Walton, un jeune forestier, et sa femme se rendent au travail, près de Snowflake, en Arizona. Soudain, ils voient une lumière brillante planer au-dessus de leur camion. Tandis que le conducteur du camion, Mike Rogers,  arrête son véhicule, Travis sent un besoin extraordinaire de s'approcher de cette lumière. Il saute hors du camion et se précipite en avant.
    Il y eu un éclair soudain et Travis heurta le sol. Terrifiés, les autres s'enfuirent à bord du camion. Lorsqu'ils furent calmés, ils retournèrent d'où ils venaient et se lancèrent dans une recherche minutieuse qui dura cinq bons jours, pendant lesquels ils couvrirent bon nombre de km dans le désert et les forêts d'Arizona.
    Bien sur, les soupçons se portèrent sur les 5 compagnons du forestiers. Mais leur détresse parut tout a fait authentique et leurs histoire résista aux interrogatoires, même lorsqu'on eu recours à un détecteur de mensonge.
    Cinq jours plus tard, c'est un Walton tremblant de tout ses membres qui, l'esprit troublé, fit sa réapparition à Heber, une petite ville près de Snowflake. Son histoire concordait avec celle de ses compagnons. Il ajouta pourtant des détails étonnants. Le rayon de lumière l'avait rendu inconscient, puis l'avait entraîné dans un vaisseau spatial dans lequel il avait été examiné par des créatures ressemblant à des fœtus avant d'être "largué" à Heber.

    Au cours des années 1880, il y eu un grand nombre de disparitions dans l'est de Londres,connues depuis cette époque comme les "disparitions du West Ham".
    Une des première victimes fut la petite Elisabeth Carter, qui disparut de chez elle, puis réapparut dans la rue, et parla à des fillettes de son école. Elle essayèrent de la persuader de rentrer chez elle, mais elle répondit qu'elle ne pouvait pas, qu'"ils" ne la laisseraient pas faire. On la vit près du West Ham pendant quelques jours, puis disparut définitivement.

    Cas similaire, celui de Jerry Unwin, qui faisait partie de l'armée américaine et qui disparut, puis réapparut plusieurs fois avant de disparaître définitivement le 1er août 1959. Une telle aventure n'avait rien d'agréable et avait peu de chose de commun avec l'expérience semi-mystique décrite dans le film "Rencontre du troisième type". En revanche, elle se rapprochait des histoires d'enlèvements mystérieux à travers les âges.
    Téléportation et disparitions
    L'écrivain et médium Wellesley Tudor Pole a rapporté dans le "Silent Road" un phénomène de téléportation.
      
    ‎"Par une nuit de tempête de pluie, en décembre 1952, je me trouvais dans une gare de campagne à quelques km de ma maison de Sussex. Le train était en retard et il pleuvait à verse. Il était 17h52 et j'attendais un appel important chez moi à 18 heure. La situation semblait désespérée. Pour rendre les chose plus difficile la cabine téléphonique était hors d'usage et le téléphone de la gare ne fonctionnait pas non plus. Je regardais l'heure et il était 17h57.
    "Qu'arriva t-il ensuite ? Je ne sais pas. Lorsque je revins à moi, j'étais chez moi, dans l'entrée, à 20 bonnes minutes de marche de là, et la pendule sonnait 6h Mon coup de fil eu lieu quelques minutes plus tard. A ma grande surprise, je m'aperçus que mes chaussures étaient sèches et non boueuses, ainsi que mes vêtements".

    Comme toute les histoires de ce genre, celle-ci est un peu agaçante. Ce cas n'a pas eu de témoins, personne ne saura donc comment le "téléporté" a disparu. S'est-il évanoui ? A t-il été transporté par des mains invisibles ?
    Une chose au moins est certaine : ce qui a déclenché ce phénomène semble bien être, finalement la volonté de l'écrivain. Il était désespéré de ne pas pouvoir arriver à temps pour son appel téléphonique, et son anxiété semble avoir déclenché une quelconque loi naturelle qui commande l'apparition de ce genre de phénomène.

    C'est peut-être le désir qui pourrait expliquer le don d'ubiquité de Maria d'Agreda : sa piété intense et son zèle missionnaire pourrait avoir généré des énergies inconnues et nécessaires au transport d'un "fac-similé" d'elle même au Mexique
    Téléportation et disparitions
    Mais dans les annales des disparitions de personnes, rien n'est plus étrange que l'histoire connue sous le nom d'"expérience de Philadelphie" qui date de 1943.
      
    Cette expérience consistait à faire intervenir des forces invisibles contre un navire et son équipage. Il ne s'agissait pas d'un test psychique, mais d'une expérience "top secret" de la marine américaine. Selon Charles Berlitz et William Moore qui rapportent cette histoire dans "The Philadelphia Experiment (1979), les survivants de cette expérience souffrent encore et il leur est défendu de raconter quoi que ce soit à qui que ce soit.
    Un champs magnétique fut créé autour du destroyer, mouillé dans un lieu secret. Les hommes d'équipages se voyaient normalement mais les témoins de l'expérience ne pouvaient voir que les silhouettes des hommes et du navire à travers le champs magnétique.Tout tremblait comme s'il y avait un brouillard de chaleur. Puis, navire et équipage reprirent leur forme normale et leur densité habituelle.
    Téléportation et disparitions
    L'effet de cette expérience sur l'équipage fut horrible. On rapporte que certains hommes subirent une sorte d'atroce combustion spontanée : il prenaient feu et certains ont produit ensuite des flammes brillantes pendant 18 jours. D'autres devinrent fous. D'autres encore, semi transparents ou en partie invisibles. D'autres enfin moururent des suites directes de cette expérience.
    Un témoin oculaire prétend avoir assisté à toute l'expérience et même d'avoir jeté les bras dans le champs de force :

    "Dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, autour du navire expérimental, j'observai l'atmosphère qui devint légèrement plus sombre que le reste du paysage. Au bout de quelques minutes, je vis un brouillard vert se lever comme un fin nuage : je pense qu'il devait s'agir d'un brouillard de particules atomiques. Il devint rapidement invisible aux yeux humains. Et pourtant, la forme nette de la quille restait imprimée dans l'eau de l'océan... Le champ formait une couche d'électricité pure tout autour...Tout mon corps ne se trouvait pas dans ce champ lorsqu'il atteignit son maximum d'intensité, c'est pourquoi je ne fut pas renversé, mais ma main et mon bras furent repoussés."

    La marine américaine a démenti l'existence de cette expérience. Pourtant l'histoire se tient et offre trop de consistance pour être entièrement fausse. Si le "projet Invisibilité" eut lieu, c'est un fait un scientifique et historique. Comparé aux disparitions naturelles, il semble beaucoup plus dangereux.
    La marine américaine s’intéresse à ce genre d'expérience : on peut le prouver. En septembre 1980, elle a rendu publique une expérience d'invisibilité avec des radars. Mais échapper à un radar n'est rien à côté de la disparition d'un être humain aux yeux de ses proches.
     
    S'il était possible de maîtriser la "force naturelle" qui, de de temps a autre, déplace des gens, les fait disparaître en quelques secondes ou les rend invisibles, la vie, telle que nous la connaissons, changerait complètement.
    En fait, la caractéristique de ce phénomène est de se produire au hasard. Peut-être n'y a t-il pas de force naturelle, mais paradoxalement, une loi aléatoire, qui donne lieu à des phénomènes déroutants.

    Ceux qui disparaissent pour toujours, où vont-il ? Dans un autre monde ? Sur un autre plan ? Ou bien se trouvent-ils dans ces régions encore inexplorées de l'esprit humain ?
    Il semble que ce genre de phénomène restera mystérieux, jusqu'à ce que l'on retrouve une explication complète à tous les phénomènes étranges. Jusque-là, qui sait....
     
     
     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :