• Sodome et Gomorrhe - Le site

     

    Sodome et Gomorrhe

    " La clameur qui s'élève de Sodome et Gomorrhe est immense et leurs péchés sont énormes. "

    " Il anéantit les villes et toute la contrée et tous les habitants des villes et la végétation du sol. L'épouse de Loth qui avait regardé en arrière devint une colonne de sel... Il vit monter de la terre une fumée semblable à celle d'une fournaise. " ( Genèse, XVIII, 19)

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    1890, Percy A. Newberry remonte le fleuve a Beni-Hassan à la tête d'une expédition financée par l'Egypt Exploration Fund afin de retrouver des preuves évidentes de l'émigration de famille sémitiques dans la vallée du Nil.

    Or, ces preuves, l'archéologue et son équipe savent qu'elles se cachent dans un réseau de sépultures situé là, à mi-chemin entre Memphis et Thèbes. Avec une persévérance exemplaire ils vont remuer, des semaines durant, des masses d'éboulis et de vestiges provenant de colonnes brisées, avant de parvenir jusqu'à l'ultime demeure de Chnemhotep.

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    Le prince Chnem-Hotep régnait sur la région vers 1900 avant J.C. sous le règne du pharaon Sésostris II. Dans une petite antichambre, des inscriptions hiéroglyphiques immortalisent ses faits et gestes.
    Dépassant cette pièce, les Anglais aboutissent à une vaste salle taillée dans le roc dont les peintures aux couleurs intactes ornent les parois latérales. On voit s'y dérouler le film de la vie du prince : jeux, moissons, chasses, danses.

    Or, sur la parois située au nord, le regard de Newberry s'arrête sur un portrait, très grand de Chnem-Hotep. C'était moins la figure du souverain égyptien qui intéressait l'archéologue anglais qu'un groupe de silhouettes étranges qui l'entouraient : ces personnages ne portent pas les mêmes costumes que les Égyptiens, leur peau est blanche et leur profil particulièrement accusé.

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    Qui était ces étrangers que deux fonctionnaires royaux placés au premier plan présentaient à leur maître ?

    Une observation attentive de la peinture attire l’œil sur un papyrus que l'un des deux fonctionnaires tient à la main. Sur ce papyrus est inscrite la réponse à notre question : il s'agit d' " habitants des sables ", de Sémite. Leur chef s'appelait Abishaï, un nom typiquement sémitique, et il était arrivé en Egypte avec trente-six membres de sa tribu, hommes, femmes et enfants. .

    La peinture est si minutieuse, d'un style si incroyablement photographique qu'elle apporte une multitude de précision sur le groupe d'étrangers : Abishaï, qui se trouve à la tête du cortège, s'incline légèrement et salue de la main droite tandis que, de la gauche, il retient un bouquetin apprivoisé qui porte entre ses cornes une houlette de berger.

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    Tous portent en eux leur ration d'eau dans des outres de peaux de bêtes. Comme armes, ils ont des arcs et des flèches, de lourds javelots et des lances.

    En ces époques lointaines, guerres et famines étaient monnaie courante. Ceux qui désiraient se rendre en Egypte devaient passer par une sorte de douane et régler un certains nombre de formalités. Ils devaient indiquer leur identités, la raison de leurs voyage et la durée du séjour.
    Un scribe écrivait soigneusement tout cela sur un papyrus, et un messager portait le document à l'officier des gardes frontières qui accordaient ou non l'autorisation d'entrée.

    Mais le fait le plus important que révèle cette peinture magnifique, c'est bien que, six siècle avant le départ des Hébreux d'Egypte, des nomades sémites, avec armes, familles et bagages, demandèrent l'hospitalité à ce même pays.

    Que fuyaient-ils ? Quelle catastrophe, quel horrible souvenir ?

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    Relisons les textes anciens. Pour éviter que la discorde s'installe entre leurs clans, Abraham et Loth décidèrent de se séparer et d'aller chacun leur chemin. Ce dernier s'attribua la meilleur part de la contrée découverte : la région du Jourdain. Il s'établit donc au sud de la mer Morte, à Sodome, dans une des plaines les plus riches de la région du Jourdain. Il y avait cinq villes dans ce pays : Sodome et Gomorrhe, Adama, Séboïm et Zoar. Chacune dut verser un lourd tribut au roi Kédor-Laomor à qui appartenait la vallée du Jourdain.

    Pendant douze ans, les rois de la vallée versèrent ce tribut. Au cours de la treizième année, ils refusèrent. On organisa alors une vaste expédition punitive. Leurs capitales furent alors pillées et rançonnées. Parmi les prisonniers se trouvait Loth, qui fut libéré par Abraham à la faveur d'une attaque surprise organisée par celui-ci sur l'arrière garde de l'armée ennemie.

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    Par la suite, les cités furent détruites. Conséquence de la guerre ? Châtiment du ciel ? Dans la mémoire des hommes, Sodome et Gomorrhe sont les symboles de la dépravation et de la vie sacrilège, et l'on y fait allusion chaque fois qu'il est question de destruction totale.

    De plus, et cela n'a pas contribué à éclaircir la question, la région de la mer Morte est restée pratiquement inexplorée jusqu'à une date récente.
    Aucun savant n'eut jamais l'idée d'aller la voir et de l'étudier avant 1848, année durant laquelle les Etats-Unis organisèrent une expédition ayant pour but de l'explorer.

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    Elle était placée sous le commandement du géologue W - F. Lynch, qui eut la prévoyance de se munir d'un matériel approprié, dont deux barque métalliques qui furent misent à terre dans le petit port d'Akka.
    Les barques furent mises à l'eau et la première des surprises des mesures de Lynch était que la surface du lac se trouve à 208 m au-dessous du niveau de la Méditerranée. On en vint a se demander quelle était l'altitude des sources du Jourdain.

    Quelques jours plus tard, Lynch escalada la pente de l'Hermon où il découvrit, parmi d'autres vestiges des temps révolus, des débris de colonnes et une grotte à demi obstruée par des éboulis d'où coulait un filet d'eau claire.

    Il s'agissait tout simplement de l'emplacement de l'ancien Paneion , où Hérode avait fait construire en l'honneur d'Auguste un temple consacré au cule de Pan. Des niches en forme de coquille sont taillée dans le roc de la caverne du Jourdain. On y lit encore nettement une inscription grecque signifiant " prêtre de Pan ", car c'est ici qu'on vénérait le dieu des Bergers.

    Partant du lac de Tibériade, c'est avec ses bateaux métalliques que l'expédition américaine descendit le fleuve. Soudain sur la rive droite du fleuve, apparut une oasis : Jéricho. Les hommes de l'expédition savaient alors qu'ils n'étaient plus loin du but. 

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    La première chose qui vint à l'idée de ces explorateurs américain a été de prendre un bain. Mais à peine eurent-ils plongé qu'ils se sentirent soulevés, enlevés hors de l'eau comme s'ils avaient mis des ceintures de sauvetage. Une chose au moins était sûre : nul ne saurait se noyer dans cette mer...

    La mer Morte mérite son non : elle ne contient pas le moindre crustacé, pas le moindre poisson, aucune algue, pas de coraux. Jamais aucune barque de pêcheur ne s'y est balancée. En ces lieux ingrats, on ne trouve pas de fruits de la mer et encore moins de fruits de la terre ! Les rives sont désespérément désertiques. Sur les plages d'importants dépôts de sel se sont formés et jettent au soleil des feux de diamants. L'air est chargée d'odeurs désagréables : il sent le pétrole et le soufre. Des flaques d'asphalte souillent la surface de l'eau.

    Sodome et Gomorrhe - Le site

    " Lorsqu'une tempête souffle dans cette cuvette rocheuse, écrivait Lynch, les lames frappent la coque de nos barques comme à coups de marteau, mais dès que le vent s'est apaisé elles se calment tant est forte la densité de l'eau " En effet, cette eau contient 25 % de sel minéraux, principalement du chlorure de sodium, notre vulgaire sel de cuisine. Il faut savoir que les mers ordinaires n'en contiennent que 4 % à 6 %.

    Mais si la mer Morte livrait facilement les secrets de son hydrographie, il n'en fut pas de même pour la disparition de Sodome et de Gomorrhe, dont le mystère reste entier... 

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :