• Richard de Normandie face au diable

    Richard de Normandie face au diable

    Le duc Richard de Normandie - il règne avant l'an mil - est le héros d'un épisode étonnant ; Wace, dans le Roman de Rou, rapporte quelques exploits du duc, après nous avoir rappelé qu'il aimait " les clercs et le savoir, les chevaliers et la chevalerie ".

    Richard avait l'habitude de circuler de jour comme de nuit, sans jamais avoir peur de quoi que ce soit ; il a rencontré plusieurs fantômes, mais ne s'en est jamais effrayé. Les gens disaient de lui qu'il voyait aussi clair de nuit que de jour : deux éléments qui le rattachent à la nuit et au monde des morts, qui lui donnent certes une puissance, mais également un caractère inquiétant. Wace ajoute que dès qu'il voyait une église, il y entrait pour y prier, et si elle était fermée, il priait à l’extérieur.

    Une nuit, il passe devant une église ; il s’arrête et entre ; il y trouve un cercueil et passe devant pour s’agenouiller devant l'autel, posant ses gants sur un lutrin. Après avoir baisé le sol, il se met en prière, mais il entend bientôt grince le cercueil  et bouger le corps : Reste couché, ne bouge pas, que tu sois bon ou mauvais, reste tranquille et repose en paix. " A la fin de sa prière, il fait le signe de croix  " Par ce signe de la sainte Croix, libère-moi des mauvais, Seigneur Dieu mon salut. " Il met la main à son épée , se retourne et le diable se dresse, se jette sur la porte, les bras étendus , comme s'il voulait l'empêcher de sortir et s'emparer de lui. Richard tire son épée, lui tranche le corps en deux, et l'abat dans le cercueil. Retourné à son cheval, il pense à ses gants. Il revient sur ses pas, s'approche du chœur et les reprend : il y a peu de gens qui auraient osé rebrousser chemin. Dès lors, il commanda aux églises et fit proclamer sur les marchés la défense de laisser seuls les morts jusqu'à ce qu'ils soient ensevelis. 

    Ces éléments font de Richard un faé (synonyme de fée), ce qui expliquerait alors sa capacité à ne pas s'émouvoir des fantômes et des créatures nocturnes. Être de la nuit presque plus que du jour, Richard est cependant profondément chrétien : sa victoire contre le diable vient sans doute de sa pratique de prier dès qu'il rencontre une chapelle, et de prier qu'il soit à l'intérieur comme à l'extérieur.

    Le récit qui nous est proposé a une double fonction : étiologique, il nus explique d'où vient l'usage de veiller les morts, de les entourer des prières qui les empêcheront de révéler leur maléfique ; apologétique, il propose une figure idéale du souverain duc de Normandie, à la fois courageux et savant, guerrier capable d'affronter un revenant/un diable. Placé au sein d'une série de quatre récits, il contribue à souligner le rôle fondateur du duc : c'est à lui que l'on doit la mise en ordre administrative de la Normandie, et l'équilibre savant entre culture scandinave et culture chrétienne ; il ne craint pas les revenants, il participe du monde de la nuit, mais il prie dans les églises ; il aime chevaliers et clercs, édictes des lois, et sera enfin le premier seigneur à prendre pour épouse chrétienne celle qui avait été longtemps sa concubine. 

        

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :