• Paracelse

     

    Paracelse

     L'enseignement des anciens alchimistes grecs parvint en Europe enrichi et développé par les Arabes au cours des siècles suivants, les grands alchimistes européens poursuivent les travaux de leurs illustres prédécesseurs. Il y a eu Albert le Grand (1193 - 1280) canonisé en 1931. Roger Bacon (1214 - 1294) qui fut l'un des esprits scientifiques les plus brillants et le plus clairvoyant de son temps pour qui la science ne doit pas être figée dans le respect des Anciens, mais au contraire en perpétuel devenir. Et aussi Paracelse (1493 - 1541) qui sera l'un des plus grands médecins de tous les temps.

     Paracelse fut souvent incompris par ses contemporains, méprisé par les officiels, et les mandarins des Universités le traitèrent en charlatan. Sa vie de chercheur solitaire, à contre-courant des idées reçues, en fit un éternel contestataire, un errant. Tandis que les autres parlent et paradent, Paracelse, lui, guérit. Il invente l'asepsie, pressent la psychanalyse, découvre les maladies psychosomatiques. Il est à l'origine des pensées très modernes, telles que la médecine du travail ou l'homéopathie. Il s'employa à donner à l'alchimie ses lettres de noblesse. Il se caractérise par un esprit critique violent et agressif. Son enseignement est souvent dur, mal comprit mais réussit à traverser les siècles : Il enseigna la théorie des signatures qui est une méthode d'observation du monde des plantes médicinales et sa libre association par analogie avec une partie du corps humain que l'on souhaite soigner et est à l'origine des pensées très modernes, telles que la médecine du travail ou l'homéopathie.

    Paracelse

     "Apprends, médecin, à ne tuer personne ; sinon, bêche la terre !" - "La Nature est une et son origine est une. Un vaste organisme dans lequel les choses naturelles s'harmonisent et sympathisent réciproquement.".

    Paracelse était un des précurseurs de cet art hermétique. Il disait :

    «L'alchimie ne consiste pas à faire de l'or et de l'argent, son but est de produire les essences souveraines et de les employer pour guérir les maladies.».


    Il ira jusqu'à appeler les alchimistes qui cherchaient à fabriquer de l'or, des "imbéciles qui battent la paille vide.". On prétend que Paracelse abandonna l'université pour devenir l'élève de l'Abbé Tritheim, à Wurzbourg. Moine bénédictin, Tritheim avait réalisé une synthèse entre la kabbale (tradition ésotérique juive), l'hermétisme (révélations du dieu Hermès dont alchimie et astrologie sont des disciplines majeures) et d'autres courants de pensée que l'église tenait pour hérétiques.

    Paracelse

    L'érudition de cet homme hors du commun n'est pas un hasard. Son but reste toujours d'améliorer ses connaissances et il ne cessera jamais d'étudier et d'expérimenter. Du Portugal, il prend la mer vers l'Angleterre. Apprenant qu'on se battait aux Pays-Bas, il obtient un poste de chirurgien-barbier dans l'armée hollandaise. Puis il contracte un autre engagement, au même titre, dans l'armée danoise. Partout où il séjourne il ne manque pas d'étudier les traditions médicales populaires. Ainsi qu'il le mentionnera dans son livre De Defensiones:

    " Les Universités n'enseignent pas toutes choses; il faut au médecin rechercher les bonnes femmes, les Bohémiens, les tribus errantes, les brigands et autres gens hors la loi, et se renseigner chez tous. Nous devons, par nous-mêmes, découvrir ce qui sert à la science, voyager, subir maintes aventures, et retenir en route ce qui peut être utile."

    Il restera fidèle à ce programme jusqu'à la fin de sa vie. Il dira aussi :

    "Il s'agit d'intégrer l'homme dans l'univers car tout ce qui existe vit et possède une âme. Ainsi "Le Macrocosme et le Microcosme ne font qu'un".

    Paracelse

     On peut dire qu'un alchimiste est en quelque sorte un savant presque complet qui s'intéresse au monde qui l'entoure. Il inaugure l'étude de la pathologie de la nutrition en soulignant que notre corps absorbe les poisons joints aux aliments. Il observe les intoxications d'origine respiratoire et insiste sur la nécessité d'aérer les chambres des malades et des hôpitaux. Paracelse perçut clairement la nature des maladies mentales. Il étudia en particulier l'épilepsie, et rejeta toute influence diabolique dans leur apparition. Abordant l'étude de la psychiatrie, il distingue l'inconscient du conscient (qu'il désigne respectivement par le terme d'âme animale et d'âme spécifiquement humaine). Son insistance pour protéger les personnes atteintes de folie est proportionnelle à la dureté des mœurs du temps à leur égard. Il indique la fonction cathartique du rêve que Freud redécouvrira quatre siècles plus tard, mais soutient aussi l'existence de rêves prophétiques ou surnaturels. Après Hippocrate, Paracelse enseigne que " les semblables guérissent les semblables...".
                                                                                  Extrait de " Inexpliqué " 1981

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :