• Mythologie égyptienne - Le Livre des morts

     

    La description de la création du monde compte autant de récits que le Double Pays recèle de grandes cités... Chacune d'elles, d'Héliopolis à Hermopolis en passant par Thèbes et Memphis, fait en effet de son dieu tutélaire son démiurge, soit l'acteur principal de la création. 

    Ce foisonnement est à l'image d'une religion polythéiste et d'une civilisation née de tribus indépendantes avec, chacune, ses propres dieux et croyances.

    Les cosmogonies les plus importantes sont issues des quatre principaux centres religieux du pays, qui ont imposé leurs dieux et leurs mythes. La plus ancienne et populaire est celle d'Héliopolis se retrouve déjà dans les textes des pyramides et ceux des sarcophages, rédigés entre 2400 et 1800 av. J-C ou encore le Livre des morts (1500 av. J-C). Tous ces mythes reprennent le thème d'un monde créé par une divinité à partir d'un océan primordial inerte, ensevelissant tout et recouvert lui-même par l'obscurité. Pour les Égyptiens, cet élément liquide est le "Noun", qui contient les germes de tout ce qui va être créé. L'eau, source de vie, est une transposition d'une réalité égyptienne : les crues du Nil noient la vallée et rythment les saisons. D'ailleurs, dans ces cosmogonies, la vie émerge sur une butte de terre primordiale ou un tertre, à l'image de ces langues de terre qui surgissent lors de la décrue du fleuve, qui les laisse couvertes de limon, propice aux cultures...

     

     

     

    Fait étonnant et assez rare, dans la cosmogonie  d'Héliopolis, le dieu n'est pas éternel. Chaque soir, Atoum-Ré disparaît à l'ouest et doit lutter toute la nuit contre Apophis (le serpent) pour pouvoir se lever chaque matin à l'est. Pour les Égyptiens, cette lutte décrit la fragilité de la vie et l'omniprésence des forces du mal prêtes à rompre l'ordre et l'équilibre précaires du monde. En tant qu'héritier du dieu Osiris, c'est donc au pharaon qu'incombe la charge de leur préservation.
    Une manière pour les Égyptiens de légitimer la royauté, clé de voûte de leur civilisation multimillénaire. Et d'entretenir les cultes et offrandes faites aux dieux pour préserver cet équilibre. Car dieux et hommes le savent : ne pas obéir à Maât, fille de Rê, déesse de la justice, de la vérité et symbole de l'ordre universel, c'est mettre en danger cette fragile harmonie, au risque de voir le monde retourner dans le chaos... 

     Le Livre des Morts

    "Je (Atoum, le Seigneur au nom mystérieux) suis celui qui vais détruire tout ce que j'ai créé. Ce monde retournera dans l'océan primordial, dans le flot originel, comme à ses débuts. 
    Je suis celui qui subsistera avec Osiris après m'être transformé de nouveau en d'autres serpents que les hommes ne connaissent pas et que les dieux ne voient pas."

    De Noun, masse inerte et obscure, émerge une butte sur laquelle prend forme le démiurge Atoum, à l'état de germe dans cet océan primordial. Prenant conscience de son existence, Atoum apparait sous la forme du Soleil Rê et se hisse hors de l'eau pour créer son oeuvre. Par sa lumière, il repousse les ténèbres et engendre un couple de jumeaux : Chou (ou Shou), le dieu masculin représentant la lumière et le souffle de vie, et sa soeur Tefnout, incarnation de la chaleur et de l'équité. L'union incestueuse de ce couple donne naissance à Nout (le Ciel) et Geb (la Terre) qui enfantent à leur tour Isis, Osiris (le premier roi d'Egypte), Seth et Nephtys. L'ennéade d'Héliopolis est ainsi constituée... Quant aux hommes, ils naîtront plus tard des larmes d'Atoum-Rê.

    Hymne rituel à Ptah

    "Salut à toi, en présence de ton collègue de dieux primordiaux, que tu as faits après t'être manifesté comme dieu,
    ô corps qui a modelé son propre corps, 
    quand le Ciel n'était pas, 
    quand la Terre n'était pas,
    quand le flot en crue ne montait pas encore.
    Tu as noué la Terre,
    tu as rassemblé ta chair,
    Tu as fait le compte de tes membres,
    Et tu t'es trouvé être Unique, qui a créé son lieu de séjour,
    Dieu qui a formé les Deux Terres..."

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :