• Les statues qui pleurent

    Les statues qui pleurent

     

    Un jour d'avril 1975, juste après Pâques, Mrs Anne Poore, de Broothwynen était en train de prier pour les brebis égarées. Elle était agenouillée en face d'une statue en plâtre de 66 cm de haut représentant le Christ.

    " Soudain, je levai les yeux vers la statues, déclara-t-elle plus tard aux journalistes venus l'interroger, et mon cœur cessa de battre : deux gouttes de sang, rouges comme des rubis, venaient d’apparaître sur les blessures des mains de la statues en plâtre. J'étais terrifiée. Je voyais bien que c'était du vrai sang. Depuis ce jour-là, j'ai vu du sang couler des plaies de cette statue des douzaines de fois. "

    De nos jours la mode veut que l'on ne croit pas à ce genre de chose - ou plutôt on préfère croire que de telle chose n'arrivent pas. On les considère comme des survivances déplorables à une époque scientifique, des croyances d'un autre âge. Mais il existe pourtant de véritables preuves que de telles choses se produisent...

    Dans les années 1950, le physicien italien Piero Casoli se lança dans une longue étude sur les madones qui pleurent. Il en arriva à la conclusion que des phénomènes du même ordre se produisaient en moyenne deux fois par an dans la seule Italie ! Et le Fortean Times Britannique a pu faire état de multiples cas de ce genre, dans de nombreux autres pays à travers les âges.

     

    Les statues qui pleurent

     

    En 1527, à Rome, une statue du Christ se mit à pleurer toutes les larmes de son " corps ". Cela fut considéré comme un mauvais présage.
    En juillet 1966, à Londre, un crucifix répandit des larmes
    pendant 30 jours. En décembre 1960, une statue de l'église grecque orthodoxe de Tarpon Springs (Floride) se mit elle aussi à verser
    " quelques larmes ". Et, en janvier 1981, une statue de la Vierge Marie, à Caltanisetta ( Sicile ), commença à saigner de la joue droite, après avoir pleuré en 1974...

     

    Les statues qui pleurent

    Certains cas sont particulièrement troublant. Ainsi, le soir du 16 mars 1960, un portrait de la Vierge Marie commença à pleurer derrière son cadre recouvert d'une plaque de verre. Cette madone appartenait à 
    Mrs Pagora Catsounis, de New York, qui appela immédiatement le père George Papadeas, de l’église orthodoxe grecque Saint Paul, à Hempstead. Ce dernier déclara :
     
    " Lorsque j'arrivai, une larme était en train de sécher au-dessous de l’œil gauche. Puis, juste avant que nous ne terminions nos dévotions, je vis une autre larme dans son œil gauche. Elle se présenta d'abord comme une petite goutte au coin de l’œil, après quoi, lentement, elle descendit le long du visage. "

    Au bas du tableau, les larmes ne se rassemblaient pas comme on aurait pu s'y attendre, mais semblaient disparaître, ne donnant lieu à aucune " mare " .

    La première semaine, 4 000 personnes défilèrent dans l'appartement de Mrs Catsounis pour voir la  et prier tandis que les larmes coulaient par intermittence. Puis le tableau fut transféré dans l'église.

    Par la suite une autre madone aux larmes fit son apparition dans cette famille. Elle était la propriété d'une tante de Mrs Catsounis, Mrs Antonia Koulis. Les circonstances de ce phénomène semblaient douteuses, mais l'archevêque lui-même dut le constater. D'après certains témoignages, le tableau pleurait abondamment et, lorsque le père Papadeas autorisa les journalistes à le prendre en main, il était encore humide. Des échantillons de liquide ainsi produit furent analysés : il s'avéra qu'il ne s'agissait pas de larmes humaines. Ce tableau rejoignit le premier dans l'église. Mrs Koulis en reçut un autre en échange, qui se mit lui aussi à pleurer.

     

      

    Les statues qui pleurent

    La situation en était là lorsque Raymond Bayles commença son enquête.                 
    Une étude minutieuse de la surface du tableau révéla la présence de taches au-dessous des yeux, constituées de particules cristallisées de quelque chose ressemblant à du sérum. Ces cristaux, accumulés et secs, ne bougeaient pas. Lorsque Bayles examina le tableau une seconde fois, les larmes étaient toujours au même endroit. Il ne trouva aucun trou d'aiguille ni aucune autre ouverture par lesquels du liquide aurait pu être  introduit dans la zone centrale du tableau.

    Il déclara :
    " Au cours de notre première visite, une femme nous servait d'interprète, qui, soudain, s'écria qu'une nouvelle larme descendait le long de la joue. Je regardai aussitôt, mais à mon opinion, il ne se passait absolument rien. Quelques personnes présentes se déclarèrent aussitôt convaincues que des larmes apparaissaient et se déplaçaient sur la surface de l'icône, cela en présence de mon ami et de moi-même. Par ailleurs, nous étions tous deux convaincus, au terme de l'examen approfondi auquel nous nous étions livré, que ces larmes n'étaient pas liquides et ne bougeaient absolument pas. "
    On pense, ici, à une " hallucination collectives "...

    Les statues qui pleurent

    Le cas de la statue de Mrs Poore est tout à fait différent. Lorsqu'elle eut découvert ce phénomène de " saignement ", elle plaça la statue au centre d'une châsse, où beaucoup de gens purent la voir. Les vendredis et jours saints, le sang qui s'en écoulait était particulièrement abondant. Finalement, la statue fut envoyée dans une église de Pennsylvanie et placée à 3 m au-dessus de l'autel.

    Le père Chester Olszewski, pasteur de cette église, rapporta :

     

    Les statues qui pleurent

    " Elle a parfois saigné pendant quatre heures. Je sais qu'il n'y a aucune fraude. J'ai vu les paumes des mains parfaitement sèches, puis, quelques minutes après, j'ai observé des goutelettes de sang s'écoulant des stigmates. C'est incroyable, mais le sang ne coule jamais au-delà de la statue dont le vêtement est maintenant incrusté de taches de sang séché. "

    Un autre prêtre, le père Henry Lovett, déclara qu'il vint la voir en sceptique, mais repartit convaincu qu'il s'agissait d'un miracle :

    " J'ai pris les mains de la statue dans les miennes - on peut les détacher de la statue - et je les ai examinées. Elles sont en plâtre. Et la statue saignait abondamment, tandis que je me livrais à cet examen. "

    Les statues qui pleurent

    Dans ce cas, il ne fait aucun doute qu'un liquide, semblable à du sang, s'échappait mystérieusement des emplacements des stigmates du Christ sur la statue. Mais était-ce vraiment du sang ? Le docteur Joseph Rovito, un médecin des plus respectés de Philadelphie, mena sa propre enquête.
    Passée aux rayons X, la statue ne révéla aucune trace d'un réservoir quelconque, ni aucun autre mécanisme frauduleusement caché à l'intérieur, mais les résultats des tests sanguins n'aboutirent pas à grand-chose.

     

    Les statues qui pleurent

    Bien que du sang ainsi identifié fût incontestablement du sang humain, le faible nombre de globules rouges qu'il contenait était un phénomène bizarre, indiquant que le sang coulât sur une longue distance avant de se coaguler indiquait, au contraire, qu'il s'agissait de sang frais, et le sang frais contient des millions de globules rouges. Le docteur Rovito concluait ainsi :

    " Ce sang est tellement ancien que nous ne pouvons en déterminer le groupe sanguin. "

    Et le père Lovett et quelques autres catholiques d'en inférer aussitôt qu'il s'agissait du sang du Christ !

    Une fois que l'on a éliminé la possibilité de fraudes aussi bien que des explications naturelles telles que la condensation, et que l'on s'est assuré que le sang ne provient pas de l'intérieur de la statue ni de l'objet saignant, il faut bien accepter le fait que ledit sang, ou les larmes, apparaissent à la surface de l'objet, se matérialisant à cet endroit à partir d'une source inconnue due à une force mystérieuse que l'on
    appelle " la téléportation " ( ou déplacement à distance ).

    Cependant, l'apparition de ces liquides ne se produit pas au hasard : on observe une logique, qui suggère que ces forces inconnues sont le fait d'une intelligence, elle aussi inconnue, à moins qu'elles ne répondent, automatiquement, à de puissantes images issues de l'esprit humain, au niveau conscient ou inconscient.

    Un parapsychologue et écrivain américain, D. Scott Rogo, raconte l'histoire du révérend père Lewis, qui le jour de son ordination, se rappela comment sa grand-mère avait pleuré de joie le jour où il avait déclaré qu'il voulait devenir prêtre. Elle était morte avant cette cérémonie de l'ordination, et il regrettait amèrement de ne pouvoir partager avec elle le bonheur de ce jour-là. Il jeta alors un coups d’œil à la photographie de sa grand-mère, qui se trouvait sur le buffet, et, soudain, invectiva celui qui l'aidait à s'habiller, lui reprochant de se moquer de lui.

    Cet ami, le révérend William Raucher, écrivit par la suite : 

    " J'allai voir ce qui le troublait ainsi et je fut stupéfait. La photo de la grand-mère de Bob était toute humide et une petite " mare " de larmes se formait au-dessous, sur le buffet. Examinant la photographie, nous découvrîmes qu'elle était humide à l'intérieur du cadre derrière la vitre qui la protégeait. Le dos de la photographie, fait en imitation velours, était tellement humide que le tissus avait déteint. Enlevée de son cadre, la photo mit du temps à sécher. Une fois sèche, la zone du visage resta toute boursouflée comme si l' "eau " avait jaillit tout particulièrement de cet endroit. "

     

    Les statues qui pleurent

    Selon Rogon, Lewis aurait inconsciemment utilisé une capacité télékinétique pour projeter une forte émotion dans son environnement immédiat.

    " Lewis a subit un mini traumatisme lorsqu'il fut ordonné prêtre, écrit Rogo. Sa grand-mère pleurait souvent de joie... Il voulait partager cette joie avec elle. Il voulait la voir pleurer de bonheur ; c'est ainsi qu'il a utilisé sa capacité psychique pour déclencher l’événement. "

    Toujours selon Rogo, il ne s'agit nullement d'un pouvoir qui serait propre à un seul individu : nous disposerions tous de telles capacité à causer des modifications dans notre environnement en y projetant des émotions violemment ressenties ou réprimées.

    Ce type de projection paranormale, dans laquelle les événement semblent liés de façon significatives à des tensions spirituelles ou psychologique, prend deux formes classiques : l'aspect de phénomènes religieux et les troubles connus ayant trait à l'activité d'esprits frappeurs et autres. 

    En mai 1979, au Nouveau-Mexique, une carte postale plastifiée représentant le Christ se mit soudain à pleurer de vraies larmes de sang.
    Cette carte avait été apportée en 1972 par Mrs. Kathy Mallot à sa grang-mère, Mrs. Willie Mae Seymore. Le 25 mai, Mrs Malott et son mari rendaient visite à Mrs Seymore, lorsque Mr Malott remarqua une petite tache sombre se formant sur la carte, juste sous l’œil droit. Cette tache s'étala rapidement jusqu'à former une " mare " en bas de la carte, qui était glissée dans le cadre d'un tableau plus grand.

    " Le sang coulait de la carte comme si je m'étais coupé le doigt ", déclara Mrs Seymore. Mrs Malott voulut l'essuyer avec un chiffon, mais les membres de la famille, frappés par cet événement, l'en empêchèrent, et l'on décida d'aller chercher un prêtre, qui refusa de venir. Comme la nouvelle se répandait, des journalistes se rendirent sur place : beaucoup examinèrent la carte et ne trouvèrent ni trou ni déchirure à travers lesquels un liquide aurait pu sourdre. Le sang semblait couler directement de la surface de la feuille plastifiée. Par la suite, la substance récupérée, fut donnée à un laboratoire pour être examinée.
    Un porte-parole du laboratoire déclara : " C'est bel et bien du bon vrai sang ! " Le phénomène sembla encore plus bizarre lorsqu'on s'aperçut que ce sang n'arrivait pas à se coaguler, même au bout de 24 h.

    Suite intéressante de ce phénomène : quatre nuit plus tard, Zach Malott fit un rêve dans lequel le Christ lui apparut et lui dit que le sang était un signe annonciateur de sa prochaine venue sur terre. Avant ce rêve, Mr Malott, avait déclaré aux journalistes qu'on n'était " pas trop religieux " dans sa famille. " Désormais, assura-t-il alors, j'ai complètement changé de point de vue : j'étais un pécheur, je vais suivre l'enseignement du Christ. " Ces mystérieuses gouttes de sang l'ont-elles changé ou furent-elles la manifestation extérieure de son changement ?

     

    Les statues qui pleurent

      

    On pourrait citer encore beaucoup d'autres cas de ce genre, mais l'un d'eux vaut vraiment la peine qu'on l'évoque ici. Il se produisit en Irlande, en 1920, et semble présenter à la fois des caractéristiques religieuses et païennes. Il s'agit de celui d'un jeune garçon de 16 ans, James Walsh, de Templemore, dans la maison duquel toutes les statuettes et images saintes se mirent un beau jour à saigner. Une anfractuosité  dans le plancher de sa chambre restait toujours pleine d'eau quel que fût le nombre de fois qu'on le vidait. On a raconté par la suite que des milliers de gens sont venu puiser de l'eau à cet endroit et partirent avec des seaux pleins. La famille était également dérangée par des déplacements de meubles et d'autres formes de psychokinésie.

    Parmi tous ces phénomènes pour le moins étranges, Fodor place à part ceux qui ont trait aux images saintes et statues qui pleurent ou saignent.
    De tels cas sont réels, mais on ne peut guère que deviner comment et pourquoi ils arrivent... Les faits suggèrent un phénomène de déplacement à distance des liquides. Mais d'où ceux-ci proviendraient-ils ?

    Enfin, ces phénomènes doivent être étudiés en relation avec la personne auprès de laquelle ils se produisent et qui en est le foyer. Mais les résultats sont très différents, comme a pu le noter Fodor, de ceux qui ont trait à des manifestations d'esprits frappeurs et autres :

     " L'extase religieuse due à la madone qui pleure a une action bienfaisante, alors que les manifestations des poltergeists sont destructrices et effraient. "

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :