• Les ovnis et leurs spectateurs prévilégiés - Le cas M. Cyrus le 29 août 1975 à Noé (Haute-Garonne)

    Les ovnis et leurs spectateurs prévilégiés - Le cas M. Cyrus le 29 août 1975 à Noé (Haute-Garonne)

    Il est 22h45, M.R. Cyrus, un ancien gendarme de 48 ans, roule le long de la route départementale 10, près de Noé, non loin de l'intersection avec la route nationale 125. La circulation est calme dans cette région rurale du sud-ouest de la France. Une lune brillante éclaire le ciel. Il fait très beau. Soudain, dans un champ situé sur sa droite, M. Cyrus aperçoit une étrange machine couleur d'aluminium. Au comble de l'étonnement, il voit des lumières s'allumer sous le ventre de la machine qui se met alors à planer dans sa direction.

    M. Cyrus freine de toutes ses forces. Au même moment, l'engin se retourne brusquement, le "ventre" face au capot de la voiture et les lumières redoublent d'intensité. Aveuglé, M. Cyrus lâche le volant. La voiture fait une embardée et termine sa course dans le fossé. Pendant ce temps, l'ovni s'élève rapidement dans le ciel et plane pendant quelques secondes au-dessus de la voiture. Puis il disparaît sans faire le moindre bruit.

    Environ une minute plus tard, un homme gare son véhicule sur le bas-côté de la route et se dirige vers le lieu de l'accident. "J'ai cru que votre voiture explosait", dit-il en ouvrant la porte. 

    M. Cyrus est en état de choc. D'une main tremblante, il se tâte le visage et le corps "pour voir s'il est bien vivant". Pendant ce temps, haut dans le ciel, la lumière de l'ovni a pris une teinte rouge et varie d'intensité. Ce spectacle dure une bonne quinzaine de minutes. Un rayon compact émane de l'engin, entourant la voiture d'un halo lumineux dans l’obscurité avoisinante. 

    Pourquoi M. Cyrus refusa-t-il de se rendre immédiatement à la gendarmerie, comme lui conseillaient tous ceux qui, assez nombreux maintenant, s'étaient arrêtés pour voir ce qui se passait ? Incapable d'expliquer la raison de ce refus, il s'étonna lui-même plus tard d'avoir déclaré : "Vous me connaissez tous. J'irai à la gendarmerie demain. Laissez-moi rentrer maintenant." Sa femme témoigna de l'état de choc dans lequel il se trouvait lorsqu'il arriva chez lui. 

    Pendant l'enquête, M. Cyrus précisa qu'il ne s'était pas vraiment senti "paralysé" par la présence de l'ovni, mais qu'il avait la gorge si serrée qu'il était totalement incapable de dire un mot. Et ce jusqu'à l'arrivée du premier automobiliste.

    Notons d'autres effets physiologiques. Dans les jours qui suivirent l'incident, le témoin fut pris d'irrésistibles envies de dormir qui le prenaient n'importe où, même au volant. Il souffrit aussi de troubles oculaires pendant quelque temps. En se réveillant le matin, il voyait des sortes de points noirs.

    Curieusement, la carrosserie de la voiture ne garda aucune trace de la rencontre. A noter, d'autre part, l'absence de toute défaillance mécanique. Contrairement à ce qui se produit souvent, l'ovni ne fit pas caler le moteur et les phares continuèrent à fonctionner normalement.

    Malgré les recherches effectuées sur les lieux, on ne trouva aucune trace de l'atterrissage de l'ovni. Des photos prises d'avion ne révélèrent rien de spécial non plus. Les enquêteurs jouèrent aussi de malchance avec les autres témoins. L'automobiliste qui vint secourir M. Cyrus tout de suite après l'apparition refusa de faire une déclaration écrite et de donner son nom. Quant aux deux autres témoignages, ils sont beaucoup trop vagues. L'un mentionne des lumières dans le ciel, l'autre quelque chose de lumineux dans un pré près de la route.

    Au cours de l'enquête qu'ils menèrent pour l'organisation française de recherches pour les ovnis "Lumières dans la nuit", M. Cattiau et ses collègues découvrirent que M. Cyrus avait déjà été témoin de trois autres apparitions. La première expérience remontait à 1957 . Il se trouvait alors à Quillan, dans l'Aude, pour les vendanges. Un soir, vers 20h30, il vit deux objets allongés planer au-dessus des vignes à environ 200 mètres de lui. Il appela immédiatement les autres vendangeurs, qui étaient partis dîner. Lorsqu'ils survinrent, les objets s'en allèrent sans faire de bruit.

    C'est en automne 1974 que M. Cyrus fit sa seconde rencontre. Il était près de minuit. Il roulait avec sa femme en direction de Muret lorsqu'ils aperçurent sur leur gauche les lumières clignotantes d'un étrange objet. Ces lumières se transformaient soudain en une gigantesque sphère orange qui éclaira tous les alentours et se mit à suivre la voiture. Lorsque les témoins arrivèrent au village d'Ox, à 8 km de là, l'église leur parut toute petite à côté de la sphère. En passant près d'un transformateur, il leur sembla entendre un bruit d'explosion. Se renseignant le lendemain, ils apprirent qu'en effet l'installation était tombée en panne la nuit précédente sans raison apparente.

    Sujet particulièrement réceptif, peut-être même médium ou voyant, M. Cyrus semble avoir été "préparé" pour la rencontre du 29 août. Il serait intéressant de savoir pourquoi... 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :