• Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

     

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Le concept même d'énergie terrestre présuppose que la Terre elle-même soit un être vivant, parcourue d'une étrange force, soumise à l'influence de la Lune et d'autres planètes. Cette force semble avoir une polarité qui peut être définie comme " positive " ou " négative ", et non comme " magnétique " ou " électrique ". Le plus étrange et le plus important est qu'elle semble avoir une influence sur l'esprit et le corps humain.

    Des centaines de sites anciens, en Europe sont célèbres pour leur pouvoir de guérison. Malgré des siècles de propagande menée par l'Eglise, les mythes et les pratiques ont survécu. Bien avant que les puits ne soient qualifiés de " saints ", on venait y chercher la guérison pour certains maux.
    Des menhirs et des cercles de pierres, invoqués d'une certaine façon, accordaient l'abondance des récoltes et donnaient la fécondité aux femmes stériles.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Ces rites ne sont cependant pas propres à l'Europe. Les anthropologues ont raconté comment les sorciers sioux utilisaient un mégalithe :
    ils appuyaient leur colonne vertébrale sur la pierre pour réactiver leurs pouvoirs psychiques. Les guerriers de la ville fortifiée de Sacsahuamàn, dans les Andes, utilisaient un roc fissuré dans un mur de la citadelle. Avant la bataille, chaque guerrier plaçait son poing dans la crevasse, qui avait la forme d'un serpent en position verticale. Le guerrier recevait ainsi force surnaturelle et courage. Il semble que cette force n'était pas entièrement imaginaire : quand on plaça une boussole dans la fissure, les aiguilles s'affolèrent, ce qui indique un courant électromagnétique puissant...

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Grace à sa baguette ou à son pendule, le radiesthésiste joue un rôle important dans la redécouverte du système de leys. Avec ses instruments, il perçoit l'énergie de la terre sous sa forme positive ou négative. Il est aussi un lien utile entre les aspects pratiques et mystiques du sujet.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Le radiesthésiste peut se servir d'une carte, même si les points des leys ont été effacés, et retracer l'alignement grâce à son pendule. La façon dont tourne le pendule est affaire de convention personnelle, mais il y a toujours un changement net du positif au négatif : c'est le plus souvent un mouvement dans le sens des aiguilles d'une montre. Le radiesthésiste travaille également sur le terrain. Il inspecte systématiquement le sol autour des menhirs, avec son pendule ou sa baguette, et trouve la polarité de l'énergie qui vient du sol et celle de l'énergie qui va vers le sol.

    Parfois, le radiesthésiste détecte des signaux émis par un menhir qui a été déplacé de sa position originale sur le ley. Dans son livre Aiguilles de pierre, Tom Graves a raconté comment, avec un autre radiesthésiste, Bill Lewis, ils avaient trouvé une pierre de 1 m de haut à l'intérieur d'une église : ils avaient détecté un courant " souterrain " ( le terme qu'utilisent les radiesthésistes pour qualifier l'énergie qui voyage sur le sol, le long d'un système de leys ) et ils le suivaient le long d'une route. A un carrefour, près d'une église, le souterrain fit soudain un virage à angle droit pour " communiquer " avec la pierre qui se trouvait dans le cimetière voisin...

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Des radiesthésistes qui menaient une enquête sur ce qui semblait un cas délibéré de non-alignement de certains sites, ont découvert que, souvent, une énergie se dégage de ces endroits et émet vers un point particulier d'un ley important. Ils forment des courants auxiliaires qui donnent un pouvoir renforcé au courant principal. La largeur de ces courants souterrains peut être déterminée avec précision. Beaucoup font plus
    de 2 m de large.

    Il est difficile de juger de la valeur du concept de ley. Ils sont très nombreux et aucun plan d'ensemble, ne semble présider à leur formation. Le problème vient aussi du fait que trop de gens, aux opinions opposées proposent des théories diverses. Mathématiciens, programmateurs, ingénieurs, philologues, radiesthésistes, ufologues, médiums et astro-archéologues ont tous essayée de s'approprier ce phénomène. En fait, on dispose à ce sujet de bien plus de questions que de réponses...

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Ceux qui font de la recherche appliquée dans ce domaine ne mettent pas en doute l'existence des leys. Mais aucun d'eux n'a encore pu en donner une explication satisfaisante.

    Alfred Watkins supposait que les lignes droites marquaient l'emplacement de voies primitives, mais il était le premier à admettre qu'il y avait d'énormes lacunes dans cette théorie : les leys passaient par des bourbiers impraticables ou par des escarpements très à pic !

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Le professeur Alexander Thom fit le relevé topographique de plus de 600 sites mégalithiques. Il fut le premier à démontrer la précision avec laquelle ces sites étaient construits. Il pensait que les monuments qui s'élevaient sur ces sites avaient dû être des observatoires expérimentaux. Il se rendit compte que les sites étaient dans le même alignement que d'autres pierres et que ces alignements pouvaient avoir une signification d'ordre astronomique. Des alignements allant de Stonehenge à Gilbert Knoll au nord-ouest, et jusqu'à Figsbury Ring au sud-est, seraient d'après lui, des points de repère vers la Lune. Tout l'alignement des pierres de Carnac en Bretagne, aurait pu être un site expérimental de mise au point de procédés astronomiques. Mais cette théorie présente de sérieuses failles : pourquoi avoir construit des observatoires d'une telle ampleur, alors que de plus petits auraient donné les mêmes résultats ? Pourquoi y en a-t-il tant ?
    Si l'homme de la Préhistoire voulait simplement construire des machines mathématiques, pourquoi a-t-il fait tant d'efforts pour importer des matériaux particuliers pour leur construction ? Il n'est guère possible de répondre à toutes ces questions.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Un grand nombre de théories actuelles concernant le système des leys reposent sur le concept d'une certaine puissance, appelée généralement
    " énergie terrestre ", qui fournit un alignement tant psychique entre des sites anciens, et qui peut se mesurer non pas à la règle, mais à l'aide d'instruments de radiesthésie. Mais, encore une fois, quelle est donc la nature de cette force ? Serait-elle électromagnétique ? ou bien du domaine purement psychique ?

    Guy Underwood, qui mourut en 1964 à l'âge de 81 ans après avoir été radiesthésiste pendant plus de 20 ans, était convaincu que ces lignes étaient des lignes d'énergie. Underwood découvrit des " sources invisibles " aux endroits où convergeaient les lignes originelles de son système : l'énergie formait des spirales à l'endroit de ces sources invisibles. Ces spirales avaient généralement sept enroulements et paraissaient battre sur un rythme annuel.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Underwood croyait fermement que ces lignes étaient fixes, sur le plan géographique, et que non seulement l'homme primitif, mais aussi les plantes et les animaux en tenaient compte. Il démontra que cochons, moutons, chiens, lièvres, lapins, tortues, lézards, oies, hiboux et fourmis utilisaient tous les lignes de l'énergie terrestre. Les terriers de blaireaux, les galeries de taupes et les nids d'oiseaux étaient bâtis au-dessus des
    " sources invisibles ". Les moustiques faisaient la sarabande sur elles et les fourmis y installaient leurs fourmilières. Saules, cèdres et aubépines étaient également sensibles aux lignes originelles...

     Des sources invisibles existaient sous les monuments mégalithiques. C'est la raison pour laquelle ces emplacements furent choisis.
    Underwood explique également comment les formes des représentations des collines, semées un peu partout dans les terres basses d'Angleterre, étaient déterminées par ces lignes : l’œil du Cheval blanc d'Uffington, dans le Berkshire, se trouve exactement au-dessus d'une source invisible.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

     Même la construction des églises et des cathédrales médiévales lui semblait avoir été régie par les lignes de l'énergie terrestre. La grandeur et la forme d'un cimetière, l'emplacement du portique, l'alignement de la nef étaient tous fonction de ces lignes. Sous les marches du chœur se trouvait presque toujours une source invisible.

    La théorie d'Underwood rejoint celle des leys pour expliquer que les sites mégalithiques auraient été choisis pour une raison bien particulière et qu'ils étaient alignés les uns avec les autres non seulement géographiquement, mais aussi par une énergie mesurable, associée d'une certaines façon au pouvoir de l'esprit.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    On a également suggéré que le quartz, présent dans le sous-sol de nombreux sites mégalithiques, pouvait être à l'origine de cette énergie terrestre. Le quartz a cette caractéristique d'être piézo-électrique : il est chargé d'électricité sous pression physique. On affirme même que la quantité d'énergie produite est telle qu'elle peut influencer et faire varier les ions de l'air ambiant au point de causer des changements physiologiques notables dans les corps des organismes vivant à proximité.

    De même, on a tenté d'établir un lien entre les ovnis et les leys. En 1954, Aimé Michel a publié un fameux rapport sur les apparitions d'ovnis en France. Il en arrivait à la conclusion que les ovnis se déplaçaient le long des lignes bien précises, qu'il nommait orthoténies. Par la suite, on a tenté d'établir des rapports plus systématique entre  leys et ovnis, sans résultats vraiment probants. Il n'en reste pas moins certains que les ovnis ont tendance à se manifester sur les plus grands leys. Penser qu'ils en utilisent l'énergie ou qu'ils se guident avec ces lignes est une autre affaire.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    On a aussi remarqué que de nombreuses manifestations paranormales se produisaient le long de ces leys, comme s'ils étaient autant
    de " voies d'activité psychique ". De nombreux radiesthésistes considèrent ainsi que les carrefours des leys exercent sur les hommes des " pressions " psychiques hors du commun.

    Jusqu'à présent, les scientifiques ne se sont guère penchés sur ce problème de l'énergie des leys, ou des pierres mégalithiques. Les rares études entreprises ont montré que, à proximité de ces sites, il existait d'énormes variations du champs magnétique terrestre. Ce qui sous-entend que nos ancêtres, s'ils ignoraient tout de l'électromagnétisme, connaissaient au moins le moyen de détecter l'énergie de ces lignes.

    Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Peut-être les mégalithes étaient-ils des "transformateurs " de cette énergie, qu'ils convertissaient en " lignes " à la surface du sol et qu'ils amplifiaient dans certaines chambres de pierre...
    Peut-être leurs constructeurs avaient-ils remarqué que le mouvement des astres exerçaient une influence sur cette énergie...
    Peut-être même ont-ils, par des moyens inconnus, utilisé cette énergie pour bâtir ces monuments de pierres...

     Les centrales d'énergies de l'Europe mégalithique

    Aujourd'hui, ces pierres dressées ne peuvent plus que témoigner de rites perdus et d'un temps où l'homme et le cosmos vivaient dans une harmonie enviable. Redécouvrir le sens des leys serait un peu de ce savoir perdu.

     


  • Commentaires

    1
    Mercurius
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 11:12

    Il y a aussi sur le territoire Français une SPIRALE (jeu de l'oie ?) tracée par la reunion de tous les lieux LUG !

    Tesla aurait il retrouvé le principe des Mégalites lui qui avait inventé le moyen de véhiculer de l'éléctricité par le SOL sans conducteur en partant d'un générateur et d'une tour ?

    Y aurait il un raprochement a faire ?

    2
    Mercurius
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 11:16

    Il est aussi a remarquer que les pyramides ,la Meque etc ...

    sont sur des lieux remarquables !

    3
    Mercurius
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 11:20

    Le croisement d'une veine tellurique et d'une rivierre souterraine

    ce renforcent

    on en trouve sous des églises!

    4
    Mercurius
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 11:29

    La dernière photo du texte semble representer une pierre zoomorphe Corse !

    il y en a beaucoup sur cette ile

    Rosé Ercole les a etudiées et a publié un livre a ce sujet

    "un peuple de sculpteurs"

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :