• Les archéologues de la parapsychologie

     

    Les archéologues de la parapsychologie

     

    Plante irradiée par l'effet Kirlian 

    Tout le monde n'a pas l'incroyable faculté psychométrique d'un Gérard Croiset ou de ces clairvoyants américains qui, comme lui, sont régulièrement sollicités par la police pour tirer au clair certaines énigmes que la logique et les habituelles techniques d'investigation ne sont pas à même de résoudre...

    C'est du moins ce que l'on imagine quand on constate le singulier pouvoir dont ils disposent de remonter au moyen d'un objet quelconque jusqu'à une personne disparue pour laquelle cet objet anodin était jadis proche et familier.

    Or, les parapsychologues modernes considèrent, d'une manière assez générale, que cette faculté extrasensorielle de psychométrie est la chose du monde la mieux partagée.

    A partir d'un support matériel donné, n'importe quel être humain serait virtuellement capable de situer et de décrire, dans le temps et l'espace, celui ou celle qui a porté le vêtement en question, manipulé le bibelot servant de relais...

    Les archéologues de la parapsychologie

    L'un des plus grands spécialistes soviétiques des pouvoirs inexpliqués de l'Homme écrit à ce propos : " Nous possédons tous à l'état latent la faculté de psychométrie et il est, sans aucun doute, beaucoup plus facile de la mettre en évidence et de la rendre opérationnelle que n'importe quelle autre faculté psi. En effet, nous entretenons quotidiennement des rapports tactiles et psychiques bien précis avec les objets qui nous entourent directement. Nous les intégrons par affection ou nécessité dans notre univers propre. Nous les chargeons au sens propre du terme d'une énergie particulière qui est nôtre mais parallèlement susceptible de s'accorder avec l'énergie de quelqu'un d'autre manipulant à son tour le même objet à quelque distance que ce soit, des années voire des siècles plus tard. Tout un flux d'information trouve là un "sas" de communication spécifique. A la conscience de les faire surgir. Mais cela est une autre histoire... "

    A l'appui de ses dires, Sergueyev note que l'effet Kirlian permet de constater autant qu'on le veut l'étonnant phénomène.

    On a fait, par exemple, dans les laboratoires du professeur Inyoutchine, à Alma-Ata, l'expérience suivante.

    On demande à un sujet de garder en main pendant plusieurs heures une pièce de monnaie. Il doit la palper, la caresser, en suivre tous les contours en pensant intensément à sa manière, à son histoire, à sa valeur... Une deuxième personne prend ensuite la pièce entre pouce et index.

    Les archéologues de la parapsychologie

    On procède alors à une photographie Kirlian de la pièce et des doigts. Ces derniers possèdent une aura bien connue. La pièce elle-même irradie un certain nombre d'efflorescence très différentes de celles qui émanent d'un tissu vivant et qui sont elles-même répertoriées...

    Or, après avoir été manipulé à loisir par le premier sujet, le petit rond de métal projette une aura sensiblement différente. Plus encore, les efflorescences, les taches et explosions lumineuses, les filaments ocre ou noirâtres s'unissent de manière tout à fait insolite au corps bioplasmique du deuxième sujet. 

    Le docteur Raïkov et le docteur Kazatskine, deux autres grands spécialistes soviétiques de la parapsychologie scientifique, ont pratiquement démontré dans les faits que tout homme était capable de solliciter ouvertement la mémoire d'un quelconque objet. Ils ont eu recours pour cela à l'hypnose et au rêve, leurs domaines de recherches respectifs.

    Raïkov a réitéré l'expérience d'Alma-Ata, citée plus haut, en hypnotisant le sujet II, celui qui était censé entrer en contact avec les souvenirs que la pièce de monnaie conservait du sujet I. Sous induction, l'homme a décrit, avec un pourcentage d'inexactitudes extraordinairement faible, l'apparence de ce sujet I. Il a donné des détails sur sa vie personnelle, ressenti certains de ses troubles physiologiques... alors qu'il ne l'avait jamais vu auparavant.

    L'hypnose telle que la pratique le docteur Raïkov avait réussi à faire surgir des zones ténébreuses de son psychique la faculté latente de psychométrie.

    Kazatskine travaille pour sa part sur le rêve qu'il dirige à partir d'un certain nombre de techniques mises au point depuis une dizaine d'années dans son "laboratoire du rêve" de Leningrad.

    Les archéologues de la parapsychologie

    Il a, en l’occurrence, opéré différemment de Raïkov, en transposant en partie l'expérience de base d'Alma-Ata.

    Le sujet II, duquel il s'agit de solliciter les pouvoirs psychométriques latents, est endormi avec, dans la main, un objet dont l'histoire est connue. Kazatskine a choisi une jeune fille de 17 ans, Katia, avec laquelle il a fait de nombreuses expériences d'hypnotisme et d'onirisme prémonitoire. Elle est moyennement douée, correspondant en cela à la grande majorité des gens, ce qui donne tout son intérêt à la tentative de rêve psychométrique.

    L'objet retenu est une pièce de monnaie romaine de 1 as qui n'est pas sortie de sa vitrine du musée de Leningrad depuis près de cents ans.

    Katia serre la pièce dans sa main pendant que le professeur répète inlassablement ses suggestions. Sans évoquer ni le fragment de métal, ni l'histoire romaine, ni quoi que ce soit qui puisse donner à la jeune fille une quelconque indication, il la sensibilise au voyage mental qu'elle est censée faire en songe à travers la mémoire de la pièce...

    En se réveillant, le sujet doit se souvenir de son rêve et rapporter un maximum d'indications.

    Devant des témoins qui assisteront à l'expérience, Katia racontera qu'elle s'est vue, petite fille, en train de feuilleter un ouvrage scolaire traitant d'histoire ancienne. Au début, il lui semble que les pages sont aussi lourdes que du plomb. Elle ne parvient pas à lire. Tout est flou, les lettres, les images et même le titre du livre.

    Peu à peu, le rêve devient plus précis et sa lecture plus aisée. Il lui parait bizarrement qu'elle lit à l'envers, comme si elle remontait le temps, au lieu de procéder ainsi qu'on le fait d'ordinaire, en suivant la chronologie normale que l'on enseigne à l'école.

    Cela va très vite. Des images qu'elle n'est pas capable de fixer défilent devant elle. Soudain le film accéléré s'arrête. Elle voit un dessin assez précis de pièce de monnaie, avec la figure à demi effacée de quelqu'un qui doit être un roi et des mots latins tout autour. Elle lit que l'as était une monnaie romaine de petite valeur qui permettait d'acheter la moitié d'un poisson.

    Pour des raisons de santé, Katia n'a jamais fait d'études très poussées et, surtout, elle n'a jamais appris une seule leçon d'histoire romaine..

    Les archéologues de la parapsychologie

    L'induction hypnotique, le rêve expérimental ou d'autres situations comme l'état hallucinatoire artificiel remplaceraient ainsi la transe du médium naturellement doué pour la psychométrie. Les travaux de Raïkov et de Kazatskine incitent à croire qu'il suffit, en quelques sorte, de se brancher d'une manière ou d'une autre sur une longueur d'ondes psychiques donnée pour traduire effectivement le message véhiculé par la matière.

    L'hypothèse mérite d'être étudiée de près.

    Un groupe de recherche américain a apporté la preuve que la psychométrie pouvait s'avérer un recours, insolite certes, mais ô combien prodigieux et efficace, pour explorer le passé le plus lointain.

    Le Möbius Group a été fondé en 1976 par un chercheur américain, Stephan A. Schwartz, dans le but de mettre le talent psychométrique de médium soigneusement sélectionnés au service de la nouvelle archéologie. Des sujets qui ont fait leurs preuves sont sensibilisés à une période historique donnée puis emmenés sur les lieux où l'on présume que les fouilles intéressantes pourraient être conduites.

    Les psychomètres de Schwartz ont déjà découverte, par le seul truchement de leur faculté paranormale, des sites de la plus haute importance en Amérique latine, à travers les Etats-Unis et au Moyen-Orient. Leur talent est aussi susceptible de s'exercer en mer puisque à partir d'un navire ils ont localisé, en 1978, plus de trois cents artefacts engloutis par plus de 900 m de profondeur.

    Schwartz a organisé une expérience sur le site de Marcéa, dans le nord de l'Egypte. Outre une sérieuse équipe d'archéologues, de parapsychologues et de contrôleurs divers pour valider l'expérience, le fondateur de Möbius Group avait recruté deux médiums psychomètres ayant déjà plusieurs succès à leur actif. 

    Les archéologues de la parapsychologie

    docteur J. Norman Emerson

    Il s'agissait de George McMullen, un homme de 59 ans, chasseur et guide canadien, qui avait permis il y a quelques années au docteur J. Norman Emerson, professeur d'anthropologie à l'université de Toronto, d'exhumer de remarquables vestiges de civilisations proto-indiennes d'Amérique du Nord. Schwartz avait choisi pour sujet II Hella Hammid, dont les facultés ont été longuement testées au fameux Stanford Research Institute de Californie par les deux physiciens qui ont étudié Uri Geller, Harold Puthoff et Russell Targ.

    Les deux médiums ont été "lâchés" dans le désert avec toute liberté de suivre leur inspiration du moment. Il s'agissait autant de faire des découvertes intéressantes que de prouver la réalité de leur pouvoir de psychométrie archéologique. Le musée du Caire avait même pour l'occasion dépêché un contrôleur spécial, le célèbre égyptologue Fawzi Fakharani.

    George McMullen arpenta des kilomètres de sable et finit par s'arrêter sur un site que rien à la surface ne distinguait des étendues avoisinantes.
    " Culture byzantine..., marmonna-t-il. Une sorte d'atelier où l'on faisait de l'huile. On y traitait des olives... "

    Il fit quelques pas puis revint en arrière : " La construction fait partie d'une série d'édifice plus complexes..."

    En traînant un pied sur le able, il dessina l'emplacement des murs, allant jusqu'à indiquer à quelle profondeur on les mettrait au jour.

    Les ouvriers se mirent au travail et toutes les allégations du psychomètre furent précisément vérifies. Il en alla de même par la suite avec Hella Hammid, qui n'eut la possibilité d'exprimer tout son talent qu'après quelques jours d'accoutumance à l'extrême chaleur du désert. Psychomètre d'une très grande sensibilité, elle découvrit une petite nécropole qu'aucun archéologue n'avait jusqu'alors soupçonnée...

    Les archéologues de la parapsychologie

    A la lueur de cette expérience dûment contrôlée, on mesure tout l’intérêt que peut avoir une faculté comme celle dont disposent McMullen ou Helena Hammid. Intérêt purement historique en l’occurrence, mais leur pouvoir peut s'appliquer à bien des domaines dans lesquels nos cinq sens d'homme ordinaire demeurent impuissants.

    Si les parapsychologues soviétiques ont raison, n'importe qui devrait parvenir un jour à capter les étranges messages inscrits dans la matière. Il suffirait pour cela d'éveiller notre extra sensorialité latente.

    Un prodigieux moyen de connaissance surnuméraire sera alors donné à l'humanité. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :