• Le renversement des pôle - Seconde partie

     Le renversement des pôle - Seconde partie

     

    Pendant des siècles, les navigateurs ont usé de boussoles pour trouver leur chemin tout autour du globe. L'aiguille de la boussole pointe opiniâtrement nord-sud, selon les pôles magnétiques de la Terre. L'un d'entre eux se trouve dans l'Arctique et l'autre dans l'Antarctique.

    La Terre est comme un aimant géant, mais d'une étrange sorte. Les pôles magnétiques s'écartent des vrais pôles Nord et Sud. Et les dernières recherches ont révélés une propriété de notre planète que les aimants ordinaires ne peuvent imiter : le champ magnétique peut s'inverser spontanément.

    Si un revirement magnétique de cet ordre intervenait aujourd'hui, la pointe de l'aiguille des boussoles qui avait jusque-là indiqué le nord se tournerait vers le sud.

    Les anciens Chinois ont découvert le magnétisme naturel de certaines roches vers le 1er siècle de notre ère. Environ 1 200 ans plus tard, les navigateurs occidentaux usèrent de "pierres d'aimants" comme de boussoles. Mais ce fut en 1600 que l'on eut l'idée de considérer la Terre comme un gigantesque aimants qui alignait les aiguilles des boussoles.

    L'idée fut émise par William Gilbert, le médecin de la reine Elisabeth. Il démontra que le champs magnétique de la Terre ressemble à celui d'une balle magnétisée, avec un pôle nord de la Sibérie, de sorte qu'une aiguille de boussole située à Londres pointait à environ 11° est du nord réel.
    Gilbert réfuta aussi de vieilles superstitions concernant le magnétisme, comme, par exemple, la croyance que l'ail pouvait neutraliser un aimant.

    Le renversement des pôle - Seconde partie

    Bien que personne ne pouvait expliquer pourquoi la Terre se conduisait comme un gigantesque aimant, l'idée semblait très raisonnable.
    En 1634, l'astronome anglais Henry Gellibrand découvrit qu'une boussole à Londres ne pointait plus à 11° mais seulement à 4°. On en conclut que le champ magnétique ondulait sur la surface de la planète.
    Vers 1650, une boussole située à Paris indiquait le nord géographique.

    Le champ magnétique terrestre ne varie pas seulement de direction, il change aussi en puissance. Les archéologues peuvent mesurer la puissance du champ magnétique terrestre dans le passé en étudiant de vieux fours ou des pierres de foyer. En effet, quand ces briques sont chauffées puis refroidies, elles empruntent un, faible magnétisme au champ magnétique terrestre dans la période où les fours ont été utilisés.

    Le renversement des pôle - Seconde partie

    Les changements découverts grâce à cette technique sont remarquables. Environs 4 000 ans avant J-C, le magnétisme terrestre avait seulement la moitié de sa puissance actuelle : mais il prit de l'intensité jusqu'à l'an 600 de notre ère, ou il était une fois et demie plus fort que maintenant. Depuis cette époque, il a été en s'affaiblissant.

    Les géologues peuvent aller plus loin dans le temps en observant le magnétisme des roches. Quand la lave refroidit, elle capte le magnétisme du champ terrestre. Et comme les géologues du début du XXè siècle purent employer des magnétomètre plus sensibles pour étudier les laves, ils firent une découverte incroyable : en plusieurs endroits, les roches étaient magnétisées dans des directions différentes de celles du magnétisme terrestre.

    Des constantes commencèrent alors à se dessiner. En prenant exemple de laves du même âge dans différentes parties du monde - Islande, Hawaii, Inde - on s'aperçoit que la direction de leur magnétisme est la même, qu'il soit normal ou inversé. Par conséquent, cette inversion n'est pas un phénomène local : le magnétisme terrestre est enclin à s'inverser spontanément.

    Notre planète n'a donc pas de direction préférentielle pour son magnétisme : au cours de sa longue histoire le champ magnétique a été aussi souvent inversé que normal. Notre présente période " normale " dure seulement depuis 700 000 ans. Auparavant, il y eut une période de 1  700 000 années de magnétisme inversé, et encore avant, 1 000 000 années de normal et autant d'inversé. Mais les géologues ayant fouillé plus en détail ont constaté qu'entre ces grandes périodes il y avait eu des périodes plus courte de " mauvais magnétisme ". Si nous additionnons toutes ces périodes, nous constatons que le magnétisme terrestre a finalement changé au moins vingt fois pendant ces derniers 4 500 000 ans.

    Le renversement des pôle - Seconde partie

    Au moment d'un changement, le magnétisme terrestre baisse dramatiquement, puis se régénère avec sa direction inversée.
    Le changement peut se faire en quelques siècles. Il est des difficile de mesurer les changements très anciens, mais en 1971, les savants australiens firent l'étonnante découverte d'un changement de magnétisme survenu pendant une courte période, il y a seulement 30 000 ans ; un bref interlude dans les 700 000 ans de notre époque " normale ".
    Ce changement est enregistré dans les pierres d'un ancien foyer aborigène. La période " inversée " dura seulement 2 000 ans, aussi, chaque renversement du champ n'a-il dû prendre qu'environ deux siècles.

    L'origine de ces balancements, vibrations et inversions du champ magnétique est toujours un mystère. Les savants supposent qu'elle provient des couches profondes de fer en fusion à l'intérieur de l'écorce terrestre. Les courant électriques circulent dans le métal liquide et engendrent un champ magnétique, tout comme dans un électro-aimant   pareil à celui qui agite le marteau dans une sonnette électrique. 

    Le renversement des pôle - Seconde partie

      

    Bien qu'ils n'aient pas pu expliquer les changements du magnétisme terrestre dans le passé, les scientifiques ont prouvé qu'une des théories les plus ébouriffantes jamais avancées à propos de la Terre est cependant correcte. Pendant les années 1920, un météorologiste allemand, Alfred Wegener, suggéra que les continents voyageaient à la surface de la Terre, ne formant au début qu'un seul supercontinent démesuré ( nommé pangaea, " toute terre "), qui se serait peu à peu fragmenté pour constituer les continents que nous connaissons.

    Les savants pensèrent que Wegener était fou, et pendant 40 ans, ses idées restèrent sous le boisseau.

    Mais vers 1960 les géologues européens, américain et australien furent forcés de reconsidérer la théorie de la dérive des continents. Ils avaient étudié le magnétisme des roches assez attentivement pour pouvoir la position des pôles magnétiques pendant les 500 derniers millions d'années. Ces mesures montraient que les pôles s'étaient déplacés. Ce qui n'était pas surprenant en soi, mais la surprise vint quand il comparèrent les dates de différents continents : les roches semblaient indiquer, suivant leur origine, une position différente pour le pôle magnétique dans le même temps.

    Une seule explication logique fut alors avancée : ce n'était pas les pôles magnétiques qui avaient bougé, ni même les pôles tout court, mais les continents; et chacun s'était déplacé dans un sens différent relativement aux pôles magnétiques. Les continents dérivent solitairement sur la surface du globe.

    Tout les savants ne furent pas convaincus en même temps. Mais le magnétisme allait apporter la preuve finale de cette dérive des continents : si les continents s'éloignent l'un de l'autre - par exemple, l'Afrique de l'Amérique du Sud - des roches nouvelles doivent alors apparaître à la cassure centrale, dans le cas présent, au milieu de l'Atlantique. Or, en 1960, le géologue américain Harry Hess annonça une faille volcanique au milieu de l'Atlantique qui pouvait marquer la rupture entre l'Amérique et l'Afrique. 

    Le renversement des pôle - Seconde partie

    En 1963, deux géologues de Cambridge, Fred Vire et Drummond Matthews, comprirent enfin la vérité : le fond de l'Océan est un magnétophone géant. Comme le suggérait Hess, des roches en fusion apparaissent dans les failles centrales ; et quant elle refroidissent, elles s'imprègnent du magnétisme terrestre, comme les autres laves. Comme le fond de l'Océan s'étend graduellement, les roches sont emportées peu à peu de chaque côté. Si le magnétisme terrestre s'inverse, les roches neuves montreront la nouvelle direction de la magnétisation.

    Puisque les continents ont dérivé des régions équatoriales vers les pôles et vice versa, leur climats ont changé. Au temps du super continent, l'Inde et l'Australie se trouvaient au pôle Sud et gisait sous d'épaisses carapaces de glace. A la même époque, les extrémités nord de Pangaea - l'Europe moderne et le Groenland - jouissaient d'un climat tropical près de l'équateur.

    Le renversement des pôle - Seconde partie

     

    Tandis que la magnétisme terrestre a servi à élucider bien des mystères du passé de la Terre, son comportement future ne peut-être prédit, et il représente un danger. L'étude des roches anciennes a montré que, souvent, quand le magnétisme s'est inversé, de nombreuses espèces vivantes ont disparu. La raison est bien simple : le champ magnétique terrestre agit comme un parasol cosmiques du Soleil.
    Quand le champ s'affaiblit extrêmement avant de s'inverser, ces rayons atteignent la Terre, endommageant les cellules sensibles des êtres vivants. L'extinction des dinosaures a pu être attribuée à la pluie de rayon cosmiques qui suivait une inversion de champ.

    Actuellement, le champ magnétique terrestre s'abaisse. Et personne ne peut dire s'il s'agit d'une fluctuation à court terme ou si cela présage une autre inversion.

    Cependant, même si le processus continue, il n'y a pas de quoi s'affoler car la prochaine inversion ne peut se produire avant 2 000 ou 3 000 ans.

    Mais tôt ou tard, l'homme aura à supporter un nouveau changement de champ magnétique et devra faire face aux redoutables radiations de l'espace... 

                                                                                    Extrait de " Inexpliqué " 1981

     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :