• Le régiment perdu des Dardanelles

     

    Le régiment perdu des Dardanelles

    On entend souvent parler de personnes enlevées par les ovnis.
    Ce sont quelquefois des héros soi-disant ramené sur terre par leurs ravisseurs, qui racontent eux-mêmes leur incroyable aventure, et leur auditoire à quelques raisons d'être sceptique.
    Il arrive, cependant, que les victimes du "rapt" disparaissent à tout jamais, sans que l'on sache ce qu'elles sont devenues. Mais les exemples sont rares : en supposant que la disparition ne puisse avoir aucune cause naturelle, il faut encore que plusieurs témoins se soient trouvés là à l'instant crucial !
    On cite souvent le cas célèbre de ce régiment du Norfolk qui s'est évanoui sans laisser de traces pendant la Première Guerre mondiale.
    Quels sont réellement les faits ?

    L'épisode se situe au mois d'août 1915, lors de l''expédition des Dardanelles, près de Gallipoli. Selon le récit originale de trois des témoins, 22 fantassins d'une section néo-zélandaise aperçurent  un groupe important de soldats britanniques pénétrant dans une sorte de nuage opaque qui surplombait le lit d'un ruisseau à sec.
    Lorsque le dernier homme eut disparu à l'intérieur du "nuage", celui-ci s'éleva et s'éloigna contre le vent. Personne ne devait plus jamais revoir aucun des soldats anglais.

    Il y a cependant à cette histoire de nombreuses invraisemblances qui prouve que ce régiment n'a pas disparu en 1915 que  ce soit de Gallopoli ou de quelque autre endroit puisqu'il était encore en service actif à la fin de la guerre.
    Voilà qui suffirait à discréditer cette histoire d'enlèvement extra-terrestre rapportée par les fantassins de Nouvelle-Zélande, si un autre bataillon du Royal Norfolk Régiment, le First Fifth, n'avait effectivement disparu au mois d'août 1915, sans que ce mystère ait pu être élucidé, du moins d'une manière réellement satisfaisante.

    Donc, si les Néo-Zélandais ont réellement vu disparaître des soldats du Royal Norfolf, ce ne pouvaient être en conséquence que des hommes du First Fifth. N'est-il pas alors pour le moins étrange que 22 témoins réunis aient tous reconnu le First Fourth ? Qu'ont-ils donc vu et quel a été le sort du First Fifth.

    Le régiment perdu des Dardanelles

    Ce régiment anglais prend la mer le 29 juillet 1915 pour les Dardanelles et prennent pied dans la péninsule de Gallipoli. Le Royal Norfolk accoste dans la baie de Suvla et découvre une terre particulièrement inhospitalière. Beaucoup n'en reviendront jamais.

    Les opérations militaires s'enlisent : l'expédition des Dardanelles laissera le souvenir d'une des plus désastreuses campagnes du siècle. Les hommes du Norfolk Régiment, qui avaient cru s'embarquer pour une aventure héroïque, tombent en plein cauchemar.

    Le régiment perdu des Dardanelles

    Pour les combattants, c'est l'enfer. Personne n'est épargné, et de nombreux soldats sont réduit à l'état de squelettes ambulants. Les combattants sont épuisés. Le terrain est devenu un véritable charnier, et il n'est pas rare de voir ici ou là dépasser du sol la tête ou la main d'un mort trop hâtivement enterré. Le moral est au plus bas. La défaite est dans l'air.

    Sir Hamilton veut lancer une attaque sur les flanc du Kavak Tepe et du Tekke Tepe. Cette opération de nettoyage est un fiasco lamentable.
    La 163è brigade, dont le First Fourth forme l'arrière garde, n'a pas parcouru  900 m que l'on réalise déjà combien ce projet de traverser en plein jour un terrain découvert est aberrant.
    Le corp principal de la brigade tombe sur un nid de mitrailleuses, et les hommes sont obligés de se plaquer au sol.
    Sur le flanc droit, pourtant, le First Fifth Norfolk rencontre une opposition moins importante et progresse.

    Le régiment perdu des Dardanelles

    Voici ce qui a été écrit dans un rapport au ministère de la guerre par Sir Ian Hamilton :

    "Au cours de ce combat, il se produisit un incident extrêmement curieux.
    Sir H. Beaumont, voyant l'ennemi fléchir, se rua en avant. A mesure qu'ils progressaient les affrontement se faisaient plus acharnés et le terrain devenait de plus en plus boisé et accidenté. Le colonel suivi de 16 officiers et de 250 soldats poursuivit sa marche en avant, repoussant l'ennemi... On entendit plus jamais parler d'eux : ils s'engagèrent dans la forêt et on cessa bientôt de les voir et de les entendre. Aucun d'eux ne réapparut jamais"

    Ainsi, 267 hommes s'étaient évanouis sans laisser de trace !

    En 1916, le gouvernement de Londres nomme une commission chargée d'examiner les responsabilités de ce désastre. Un rapport ultra-confidentiel. Un autre suivra en 1919. Les deux documents secrets ne seront accessibles qu'en 1965, date qui a son importance.

    En 1918, après la victoire des Alliés, les Britanniques investissent à nouveau la presqu'île de Gallipoli. Ils trouvent des corps en décompositions jeté dans un ravin par un fermier.


    "Nous avons trouvé le First Fifth Norfolk..." Telle était donc la conclusion des autorité britanniques à propos du sort réservé à l'infortuné bataillon !
    N'était-ce pas un peu prématuré ? Avait-on retrouver les corps de tout les disparus ? Le mystère ne faisait que commencer.

    Le régiment perdu des Dardanelles

    En 1965, trois des témoins décident de coucher par écrit leur témoignage :

    21 août 1915
    " Le récit qui suit se rapporte à un incident fort étrange, qui eut lieu à la date mentionnée ci-dessus."

    "Le ciel était exceptionnellement lumineux avec six ou sept petits nuages au dessus de la colline. Ils avaient tous la même forme - à peu près celle d'une miche de pain. Chose étrange, en dépit de la brise soufflant ce matin-là, ils restaient absolument immobiles. Nous pouvions encore apercevoir pratiquement posé sur le sol, un peu plus à droite, un autre nuage semblable, tout aussi immobile. Exceptionnellement dense et opaque, il nous sembla mesurer à peu près 250 m de long sur 60 m de large,avec une cinquantaine de mètres de hauteur ; il était à un peu plus de 1 km de la ligne du front britannique. Tout ceci a été observé par 22 hommes de la 3ème section  de la 1ère compagnie d'infanterie de Nouvelle-Zélande, y compris par nous-même.
    Le nuage était posé sur ce qui paraissait être une route défoncée ou le lit d'un ruisseau à sec, et nous en distinguions parfaitement les abords. Il présentait une couleur gris clair, de même que les autres.

    "Nous avons aperçu un régiment anglais formé de plusieurs centaines d'hommes, le First Fourth Norfolk, qui empruntait cette route, se dirigeant vers la colline. Arrivés devant le nuage, il pénétrèrent à l'intérieur sans marquer la moindre hésitation. Mais nous n'avons vu aucun ressortir à l'autre extrémité. Pas un seul de ces soldats n'en surgi. Une heure peut-être après que le dernier  homme eut disparu à l'intérieur du nuage, celui-ci s'éleva tout doucement pour rejoindre les autres nuages similaires dont nous avons déjà parlé et qui étaient restés au-dessus de la colline. Une fois réunis, ils apparaissaient tous exactement identiques, comme les moutons d'un troupeau. Dès que le nuage posé au sol les a eu rejoints, ils se sont tous éloignés vers le nord. Au bout de trois quarts d'heure, ils avaient complètement disparu du ciel.

    "Ce régiment anglais était porté disparu, et après la reddition de la Turquie en 1918, les autorités britanniques demandèrent aux Turcs de libérer cette unité. Les Turcs répondirent que le régiment n'avait jamais été fait prisonnier et qu'ils ignoraient même son existence. Ce qui ne fut guère mis en doute étant donné qu'un régiment en 1914-1918, ne regroupait pas moins de 800 hommes et pouvait même en compter 4 000.

    "Nous soussignés, en ce jour qui est le cinquantième anniversaire du débarquement de l'Anzac, déclarons exacts et véridiques les faits mentionnés ci-avant."

    Le régiment perdu des Dardanelles

     

    Ce témoignage s'accompagnait d'un extrait d'une certaine " relation officielle de la campagne des Dardanelles ", sans aucune référence, qui se rapporte à l'événement en question : " Ils furent absorbés par un brouillard d'une densité extraordinaire, lequel brouillard reflétait les rayons du soleil avec une telle intensité que les servants des pièces d'artillerie en furent éblouis et ne purent pointer correctement. On ne revit jamais ces deux cent cinquante hommes. "

    Pour résumer, le seul bataillon dont on ignore le sort est le First Fifht et celui-ci ne s'est pas volatilisé le 21, mais le 12 août. En supposant que les témoins aient confondu les deux bataillons, il semble hautement improbable que les hommes du Firth Fifth aient pu errer pendant 9 jours dans la même zone jusqu'au 21, il est plus vraisemblable d'imaginer que le témoin principal, ait mélangé dans ses souvenirs les deux dates : après tout, 21 est l'inverse de 12.

    Quoi qu'il en soit, le sort du First Fifth est loin d'être élucidé. Le mystère demeure entier. Les disparitions sont fréquentes en temps de guerre. Des 34 000 soldats britanniques portés manquants aux Dardanelles, 27 000 n'ont pas de sépultures.
    Saura t-on un jour de ce qu'il est advenu de ce régiment ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    beth
    Mercredi 4 Juin 2014 à 21:17

    l histoire humaine est jalonnée de ces faits     toute énigme trouve un jour  sa solution

    2
    beth
    Mardi 10 Juin 2014 à 21:01

    personne ne peut rien vous reveler  pour autant  que vous recelez déjà un savoir a demi endormi enfoui dans votre connaissance en croissance                                        Khalil gibran

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :