• Le mystère des nombres

     

    Le mystère des nombres

    La croyance selon laquelle le nombre est la clé des secrets de l'Univers reste encore vivace dans les domaines artistiques et intellectuel, même après la révolution scientifique du XVIIè siècle.
    Le langage des nombres a permis d'associer des disciplines aussi différentes que la musique, l'astronomie, l'architecture, la poésie et la théologie. Toutes traduisent l'harmonie du monde.

    Le nombre était omniprésent. Les remarque de saint Augustin sur la danse en sont un exemple typique :

    " Cherchez à savoir ce qui vous plait dans la danse et le nombre vous répondra "me voici". Examinez la beauté des corps, et vous constaterez que tout se trouve à sa place grâce au nombre. Admirez l'élégance du mouvement, et vous conviendrez que chaque geste est fait au moment opportun grâce au nombre."

    Platon lui-même n'échappa pas à une telle croyance. Dans le dialogue philosophique Philèbe, il déclara : " Les qualités de la mesure et des proportions, invariablement... déterminent la beauté et l'élégance."

    L'architecte Léon Battista Alberti reprit cette idée au XVè siècle : " La nature est certaine d'agir avec logique et une constante analogique. J'en conclus que les nombres qui caractérisent des sons agréables à l'oreille jouent aussi un rôle dans les œuvres qui ravissent l’œil et l'esprit".

    Nous arrivons au nombre d'or

    Le mystère des nombres

     Le nombre d'or est un nombre réel considéré depuis l'antiquité comme esthétique, soit un segment divisé en deux partie d'inégale longueur. Il est égale a 1,618... En considérant les puissance successive, on arrive a la "suite de Fibonacci" dans laquelle chaque terme de la suite est égale à la somme des deux précédentes : 1, 2, 3, 5, 8,.... Ces séries ont été étudiées par Fibonacci qui est un mathématicien qui travailla à Pise vers 1200. On retrouve ces suites dans les proportions et les quotients de beaucoup de modèles naturels tel que : les coussinets sous les pattes d'un chat, la disposition des feuilles sur la tige d'une plante, les spirales d'une coquille d'escargot,....

       Le mystère des nombres

    Le Corbusier pensait que les proportions physique de l'idéal humain et les constructions réalisées en accord avec celle-ci seraient à la fois belles et adaptées à nos exigences esthétiques. En 1876 des expérience ont montré une évolution sur le plan esthétique : 35% des personnes interrogée ont choisi, parmi dix rectangles, le rectangle idéale tandis que la majorité a préféré des formats différents pour les tableaux d'une galerie.

    Quel rôle jouent donc les propriétés  numérique dans les sciences ? L'idée qu'il existait une harmonie numérique fondamentale dans l'Univers incita les chercheurs des temps passés à donner toute explication avec un support chiffré. Raisonner ainsi les conduisit à penser que Dieu avait créé le monde en six jours parce que 6 est le premier nombre "parfait" : il est égal à la somme de ses diviseurs.

    Aujourd'hui, un tel argument n'a plus de aucune valeur. Cependant, il est incontestable que des découvertes importantes n'ont pu être faite qu'à partir de modèle numériques remarqués dans les phénomène naturel.

    Le mystère des nombres
    La loi de Titius et Bode en est un exemple :
    On constata que les distances relatives des planètes au Soleil définissent une suite de nombres dont les termes sont engendrés par une loi très simple. On remarqua un "vide" dans la série entre Mars et Jupiter. Les propriétés de la suite permirent de conclure à l'existence d'une planète dans ce vide. On vérifia effectivement la présence d'un corps : pas d'une planète mais d'un astéroïde.

    Le mystère des nombres

     Un autre exemple de découverte scientifique s'appuyant sur des modèles mathématiques nous est fourni par la chimie. Au XIXè siècle, le chimiste Dimitri Mendeleïev a constaté qu'en rangeant les éléments par masse atomique croissante, des schémas logiques apparaissent. Le classement se fait à l'aide d'un tableau. Pour que cette classification fut cohérente, il fut nécessaire de corriger les masses atomique assignées a certains éléments et d'admettre des vide correspondant à des éléments encore inconnus.

    Le mystère des nombres
    Les découverte moderne ont amplement confirmé les hypothèses de Mendeleïev. De nouveau élément viennent désormais combler les vides et, grâce aux progrès de la physique atomique, on peut prouver l'existence des derniers éléments non encore isolés.

                                                                                  Extrait de " Inexpliqué " 1981

     

      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    sabaly
    Samedi 25 Juin 2016 à 23:54
    je suis tres emu sur existance des nombres
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :