• Le miracle des aiguilles chinoises

     

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Dans des couches archéologiques datées de 4 000 à 5 000 ans, une équipe chinoise à retrouvé du matériel d’acupuncture - essentiellement des aiguilles - en silex, en os, en bambou et même en terre cuite. Ces vestiges établissent l'acupuncture, médecine traditionnelle du peuple chinois, comme la forme la plus ancienne de soins médicaux pratiqués par l'humanité.

    Cette méthode thérapeutique a été introduite en France par Georges Soulié de Morant, un sinologue du début du XXè siècle, qui a traduit en français plusieurs traités d'acupuncture, dont le célèbre Nei Jing. Considéré comme l'ouvrage médical le plus ancien du monde, la première rédaction de ce document remonterait au XVIIIè siècle avant notre ère.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Il ressort de la lecture du Nei Jing, probablement rédigé sous sa forme actuelle au IIIè siècle avant notre ère, que l'acupuncture était alors largement utilisée et s'insérait dans un ensemble de pratique médicales qui faisaient appel aux vertus des plantes, aux régimes alimentaires, aux massages ou aux exercices physiques.

    En fait, à cette époque là, l'originalité fondamentale de la médecine orientale s'affirme. L'acupuncture n'est qu'une partie de cette médecine et vise à prévenir plutôt qu'à guérir. Pour une personne imprégnée de philosophie orientale, le corps et l'âme sont indissolublement liés : l'homme s'intègre dans un univers qui l'influence par le cycle des saisons.

    La pensée chinoise est commandée par la notion d'alternance : la lumière et l'obscurité, le froid et la chaleur, le sec et l'humide, le ciel et la Terre, le Soleil et la Lune....

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Ces oppositions sont représentées par le Yin et le Yang, deux concepts quasi intraduisible, symbolisés par la notion - elle aussi intraduisible - de Dao.
    Grossièrement on pourrait définir le Dao comme le "chemin"  ou le "mode de vie".

    Un homme qui vit selon les lois de la nature est un homme sain. Il est en harmonie avec la Dao. Désobéir aux lois de la nature revient à briser cette harmonie, ce qui entraîne le déséquilibre et la maladie.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Dans la médecine chinoise, la santé se résume au concept, toujours intraduisible, de qi : qui est la force, ou l'énergie, vitale. Si le qi ne coule pas doucement et harmonieusement à travers le corps, des troubles mentaux et toutes sortes de maladies se manifestent. L'homme est immergé dans la nature. Pour les Chinois, celle-ci est constituée de cinq éléments - le feu, le bois, le métal, la terre et l'eau - et du yin et du yang qui prédominent alternativement dans chacun d'eux.

    Si le Soleil est yang, la lune est yin. D'une manière générale et simplifiée, le yin symbolise plutôt la réceptivité, l'élément femelle, le sombre, le caché, le doux et l'humide. Le yang est dynamique, masculin, lumineux, dur et sec. Pour qu'un corps connaisse santé et bonheur, yin et yang doivent s'équilibrer en permanence. Un excès de l'un ou de l'autre provoque la maladie.

    C'est le déséquilibre de l'énergie qui est exprimé par les symptômes physiques ou mentaux, tantôt dans son côté yang, tantôt dans son aspect yin. Mais il s'agit toujours de la même maladie.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Pour les Chinois, le qi circule dans tout le corps par un ensemble de canaux invisibles parcourant la peau. Ce sont les jing (méridiens). Il existe douze paires principales de méridiens, réparties de part et d'autres du corps. Chacune correspond à peu près à un organe (estomac, reins, vésicules biliaire, foie, rate,...)

    Deux paires de méridiens sont reliés à deux organes inconnus des physiologistes occidentaux : celui qui règle la circulation sanguine et celui qui maintient la chaleur du cœur et l'intensité des émotions.
    Deux autre méridiens centraux : un qui remonte la colonne vertébrale et un autre qui suit l'axe du corps vu de face.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    A ces méridiens correspondent des "pouls chinois" mais ils font pas l’unanimité chez les acupuncteurs occidentaux.
    Il faut une longue expérience pour les prendre et les étudier. Cette recherche se fait généralement sur les avant-bras et les poignets, par pressions plus ou moins légère selon le type de pouls à prendre.
    La tradition veut que cette méthode d'étude date de Confucius : à l'époque, il était indécent de se déshabiller devant un médecins... 
    Dans certains pays arabes, cette prise de pouls est toujours pratiquée pour des raisons identiques.

    Un des avantage du diagnostic d'après la consultation du pouls chinois est la détection précoce de déséquilibre qui n'ont pas encore été ressentis. Le médecin peut alors intervenir avant même l'apparition de symptômes.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Sur chaque méridien, on trouve un nombre variable de jue (point d'acupuncture), qui sont les lieux d'entrée et de sortie de l'énergie vitale, le qi. En stimulant ces points avec des aiguilles, on obtient un certains effet sur l'organe qui correspond au méridien.
    A l'origine, les chinois utilisaient 365 points. Au XIVè siècles, ils travaillaient avec 657 points. Aujourd'hui, on en compte près de 2 000. La tendance moderne tend à une diminution de ces points

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Les points classiques connus de tous les acupuncteurs, figurent sur des planches anatomiques ou des figurines de conception très ancienne.
    Pour plus de facilité, les acupuncteurs les désignent par des numéros "vésicule, 1", "foie, 4", etc. Leurs nom chinois étaient plus poétiques et précisaient leur fonction : "flux soulagé", "affaire difficile", ou "grand éliminateur".
    Ces points peuvent curieusement être placés relativement loin de l'organe à traiter : par exemple, on peut soigner le foie en stimulant un point placé dans la cheville...

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Pour piquer, les acupuncteurs utilise aujourd'hui des aiguilles métalliques : l'or ou le cuivre tonifient, tandis que l'argent et le fer calment. Ces aiguilles, dont la longueur varie de 1 à 3 ou 4 centimètres, sont enfoncées directement dans la peau. La plupart du temps ce n'est pas douloureux.
    Pour les personnes qui ne supporteraient pas les aiguilles, il est possibles de recourir au massage des points sensibles.

    Les résultats d'un traitement par acupuncture varient sensiblement d'un individu à l'autre. Le soulagement peut être instantané ou progressif.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    D'où vient le succès généralement constaté ? A vrai dire, aucune réponse satisfaisante n'existe. De l'autosuggestion ? Parfois peut-être, mais pourquoi les animaux peuvent-ils guéris par ces aiguilles magiques ?
    Des impulsions électriques déclenchées sous la peau et le long des nerfs par les aiguilles ? On a vu qu'il était possible de guérir une partie du corps en piquant une autre partie...

    En fait, après des années de recherches, le mystère reste entier. S'il n'y a pas de détérioration organique irréversible, l'acupuncture peut guérir de nombreux troubles fonctionnels ou psychosomatique.
    Dans le cas d'allergies rebelles, de migraines persistantes, d'arthrose ou de rhumatismes chroniques, les petites aiguilles métalliques ont réussi là où les médicaments ordinaires avaient échoué.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Les exemples abondent.
    Tel malade qui ne pouvait pas bouger le bras gauche, pour cause de névralgie, a été guéri dès sa première séance. De nombreux succès ont été enregistrés dans le traitement de la dysenterie. Des opérations sont faites sous acupunctures.

    Il ne s'agit pas d'un miracles. Les Chinois expliquent cette efficacité par la notion du qi, difficilement perceptible par un Occidental.
    Une fois de plus la science ne peut que constater, pas expliquer. Si l'acupuncture n'était pas efficace, elle ne serait pas transmise de génération en génération pendant plusieurs milliers d'années.

    De nouvelles hypothèses sont avancées sur les principe de son efficacité. Elles nous ouvrent de nouvelles perspectives sur le fonctionnement de notre corps. 

    Le miracle des aiguilles chinoises

     Les Chinois ont l'esprit pratique : ce qui leur importe n'est pas de prouver l'existence ou l'absence des méridiens, ce n'est pas de comprendre les principes qui régissent l’acupuncture, mais tout simplement, de tirer parti des avantages médicaux qu'elle procure et de l'appliquer à tout les aspects possibles de la médecine des corps et des esprits.
    Son enseignement n'a pourtant pas toujours été bien considéré.

    Aujourd'hui, en Chine on travaille beaucoup plus l'apprentissage des techniques élémentaires de soins par acupuncture qu'à la compréhension des mécanismes physiques ou psychologiques qui assurent son succès.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    L'aspect le plus spectaculaire de ce retour de l'acupuncture a été, bien entendu, les fameuses opérations sans autre anesthésie que les piqûres d'aiguilles, filmées par les télévisions du monde entier. Il est, en effet, stupéfiant de voir un individu se faire opérer tout en restant conscient en plaisantant avec les chirurgiens.

    En Chine, le taux de succès dans ces opérations sans anesthésie chimique est de      75 %, 25 % des opérés affirmant ressentir une douleur. On estime que près de 20 % de toutes les opérations pratiquées en Chine se font sous acupuncture, ce qui porte à près de deux millions par en le nombre de patients ainsi soignés

    Les occidentaux ont également étendu l'application de l’acupuncture au traitement de toutes les intoxications. Celles dues aux drogues dures comme celles dues au tabac. En piquant les points adéquats, on parvient à calmer le patient, à supprimer la sensation de "manque" et à diminuer son anxiété.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Grâce aux recherches sur la désintoxication par acupuncture, une nouvelle technique est venue renforcer l'arsenal de praticien : l'auriculothérapie. Les chercheurs se sont aperçut qu'il suffisait parfois de piquer un ou plusieurs points précis dans... l'oreille pour obtenir les mêmes effets qu'en piquant un ou plusieurs points sur le corps.

    C'est un français qui a découvert cette technique, mais par la suite, on s'aperçut que les anciens égyptiens soignaient déjà leurs sciatiques par ce procédé.
    On estime à 200 le nombre de points d'acupuncture situés dans l'oreille. Ils permettent de soigner l'ensemble du corps avec la même efficacité que les points situés sur les méridiens normaux : Les acupuncteurs traditionnels expliquent que l'oreille présente une forme de fœtus recroquevillé sur lui-même, la tête en bas : les points utilisés sur l'oreille correspondraient alors aux parties du corps qui apparaissent sur le fœtus ainsi placé.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Les points qui soignent la gorge, les yeux ou la langue sont, en effet, situés sur le lobe de l'oreille (qui peut figurer la tête du fœtus tel qu'il est "retourné" dans le ventre de sa mère). Les points des pieds et les jambes sont, de la même manière, situés sur le bord supérieur de l'oreille (là ou sont les jambes du fœtus) et ceux qui correspondent aux organes internes sont dans le creux interne de l'oreille...

    De plus en plus, l'acupuncture est intégrée dans l'ensemble des pratiques médicales.
    Elle n'en livre pas ses secrets pour autant. Toutes les hypothèses ont été émises. Aucune n'est pleinement satisfaisante. D'après certains, l'introduction d'une aiguille en un point donné ouvrirait une sorte de "porte"  de douleur. Cette douleur minime empêcherait la transmission d'une douleur plus forte vers le cerveau.

    Le miracle des aiguilles chinoises

    Depuis 5 000 ans, l'acupuncture soulage les maux sans que ceux qui en bénéficient songent à se poser trop de questions. C'est un défi à notre mentalité.
    Qui le relèvera ?

                                                                                  Extrait de " Inexpliqué " 1981


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Régine noseda
    Jeudi 23 Février 2012 à 21:02

    merci Giova pour cet article. tres interessent

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :