• La magie

     

    Si l'on se réfère au dictionnaire , la magie est un "art prétendu de produire au moyen de pratiques occultes, des effets contraires aux lois naturelles". On peut y ajouter la définition de Furetière au XVIIe siècle : " Science qui apprend à faire des choses surprenantes et merveilleuses. La Magie blanche est un art qui fait les mêmes effets par l'invocation des bons anges. La Magie noire est un art détestable qui emploie l'invocation des démons et se sert de leur ministère pour faire des choses au-dessus des forces de la  nature."

    Mais, en réalité, ce terme englobe tant de croyances, de superstitions, de pratiques, de confiance ou de répulsion, qu'il est difficile à cerner, et cela d'autant plus qu'il évolue et diffère selon les époques et les pays. Si les racines de nos croyances viennent souvent d'origines lointaines, chacune de ces origines est un monde à part. Asie, Amérique, Afrique, Océanie, chacune des ethnies de ces continents  a développé ses propres croyances où la magie est parfois extrêmement présente et diversifiée.

    La magie est, pour les adeptes, supposée pouvoir accorder santé, bonheur, richesses, amour, ou, en rapport avec les forces  démoniaques, apporter aussi le malheur et même la mort. Dite "blanche", elle tente de faire intervenir des forces et des moyens bienveillants, bénéfiques, positifs ; ses résultats espérés sont concrets, précis, mais licites.
    La magie "noire" est censée faire appel à des entités maléfiques et redoutables, capables d'apporter puissance et richesses mais aussi nuisance, destruction et mort. Elle est alors le plus souvent assimilée à la sorcellerie tant combattue et redoutée au fil des siècles, mais pourtant toujours présente. En ajoutant que ces pratiques peuvent fort bien coexister chez le même magicien ou sorcier, selon les demandes qui lui sont faites.

    La magie

    Les moyens mis en oeuvre dans la magie sont extrêmement variés utilisant rituels, incantations, textes magiques, mais aussi des supports matériels, et là interviennent les plantes. Parfois seules, souvent mêlées à d'autres ingrédients d'origine animale ou même humaine.

    La magie existe très probablement depuis les temps préhistoriques où les hommes étaient entourée forces inconnues d'eux, redoutables et puissantes, inexplicables, qu'il fallait se concilier. Les représentations graphiques sur les parois des grottes pourraient bien en être les premiers témoignages

    Au tout début de la civilisation, la Genèse nous dit que Mistraïm, parent de Nemrod, crée les peuples magiciens. Ou que Cham, fils de Noé, est à l'origine des magiciens d'Orient...

    Parmi les toutes premières attestations écrites et décrites de pratiques magiques, figurent des tablettes sumériennes et des textes égyptiens. Les papyrus dits "magiques", longtemps négligés par les archéologues, mais maintenant peu à peu traduits, nous en apportent des preuves millénaires. D'abord seulement protectrice et rassurante, nous voyons la magie égyptienne ajouter par la suite des désirs de puissance, de nuisance et de destruction.

    Il est important de préciser que les magiciens égyptiens n'étaient pas que cela : ils étaient aussi prêtres, médecins, astronomes, détenant les diverses formes de savoirs, et la magie était omniprésente. Magie et religion étaient alors étroitement unies.   

    La magie est une forme de puissance : celle du magicien sur ceux qui ont recours à lui, et tout au long de son histoire elle sera exercée le plus souvent par ceux qui détiennent le "savoir", même si celui-ci est parfois très relatif.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :