• L'arche de Noé

     

    L'arche de Noé

     

    On ne peut parler du Déluge sans évoquer l'Arche de Noé.
    L'arche échoua-t-elle réellement sur le mont Ararat, dans l'Arménie turque ? Il semble vraiment que oui.
    En 1960, le major de l'aviation turque S. Kurtis, chargé de photographier les pentes de la montagne, fut attiré par les images troublantes d'un objet relevé à 2 000 m d'altitude, une "chose" de forme ovale allongée, prise dans la lave sortie au cours de nombreuses éruptions de la plus grande bouche volcanique du massif.
    "On ne peut penser qu'a l'arche de Noé" affirmèrent les experts d'Ankara après avoir examiné les photographies.
    Les mesures de l'embarcation devaient correspondre exactement aux mesures cités par les Saintes Écritures : environs 150 m de long et 50 m de large.
    Les photos furent envoyé au plus grand spécialiste mondial de photogrammétrie, le professeur Arthur Brandeburger, au service du gouvernement des Etats-Unis, qui déclara : "Au coût de risquer ma réputation, je dois constater qu'il s'agit d'un navire placé à 2 000 mètres au dessus du niveau de la mer sur les pentes de l'Ararat".
    Le 26 avril 2010, une équipe d'explorateurs évangéliques chinois et turcs annonce avoir peut-être découvert l'arche
    L'arche de Noé

    Un groupe d'explorateurs évangéliques, composé de Chinois et de Turcs auraient retrouvé des restes en bois de la structure du bateau. Par datation au carbone quatorze, ceux-ci dateraient d'environ 4800 ans, soit l'époque présumée à laquelle l'arche aurait été mise à flot.
    L'équipe est partie du constat qu'aucune trace de présence humaine n'a jamais été trouvée dans cette région au-delà de 3500 mètres d'altitude. Elle en a conclu que l'emplacement de leur découverte n'aurait pas été habitée.
    Nous parlons ici de l'arche de Noé car d'autres récits nous parle de Déluge et d'arches.....

    L'arche de Noé
    L’épopée d’Atrahasis, écrite en akkadien (la langue de l’ancienne Babylone), raconte comment le dieu Enki enjoint au héros Atrahasis de Shuruppak de démanteler sa maison, faite en roseaux, et de construire un bateau afin d’échapper au déluge que le dieu Enlil, irrité par le bruit des villes, entend lancer pour éradiquer l’humanité.

    La légende de Ziusudra, écrite en sumérien, a été retrouvée dans les fragments d'une tablette d’Eridu. Elle raconte comment le même dieu Enki avertit Ziusudra, roi de Shuruppak, de la décision des dieux de détruire l’humanité par un déluge. Enki charge Ziusudra de construire un grand bateau.

    L’épopée babylonienne de Gilgamesh raconte les aventures d’Uta-Napishtim, originaire de Shuruppak. Ellil, chef des dieux, souhaite détruire l’humanité par un déluge. Uta-Napishtim reçoit du dieu Ea le conseil de détruire sa maison en roseaux et d’utiliser ces derniers pour construire une arche.
    L'arche de Noé
    Que de similitudes ! Qu'un grand déluge dévasta la Terre et que tout les peuples en parle, quoi de plus naturel. Mais que dire de la construction d'une arche pareil dans ces récits antiques ?

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :