• L'Alchimie - Réflexion

     

    L'Alchimie - Réflexion

    On connait plus de cent mille livre ou manuscrits alchimiques. Cette énorme littérature, à laquelle se sont consacrés des esprits de qualité et qui affirme solennellement son attachement à des faits, à des réalités expérimentales, n'a jamais été explorée scientifiquement. La pensée régnante rationaliste a entretenu autour de ces textes une conspiration de l'ignorance et du mépris.

    Cent mille livres et manuscrits contiennent peut-être quelques-uns des secrets de l'énergie et de la matière.

    Les princes, les rois et les républiques ont encouragé d'innombrables expéditions en pays lointain, financé des recherches scientifiques de toutes sortes. Jamais une équipe de cryptographes, d'historiens, de linguistes et de savants, physiciens, chimistes, mathématiciens, biologistes, n'a été réunie dans une bibliothèque alchimique complète avec mission de voir ce qu'il y a de vrai et d'utilisable dans ses vieux traités.

    L'Alchimie - Réflexion

    Les rares recherches sur l'alchimie sont faites, ou bien par des mystiques qui demandent aux textes une confirmation de leurs attitudes spirituelles, ou bien par des historiens coupés de tout contact avec la science et les techniques.

    En étudiant un peu les textes alchimiques, nous avons constaté que
    ceux-ci sont généralement modernes par rapport à l'époque où ils ont été écrits, alors que les autres ouvrages d'occultisme sont en retrait. D'autre part, l'alchimie est la seule pratique para-religieuse ayant enrichi réellement notre connaissance du réel.

    L'Alchimie - Réflexion

    Albert le Grand ( 1193 - 1280 ) réussit à préparer la potasse caustique. Il fut le premier à décrire la composition chimique du cinabre, de la céruse et du minium.

    Raymond Lulle ( 1235 - 1315 ) prépara le bicarbonate de potassium.

    Théophraste Paracelse (1493 - 1541 ) fut le premier à décrire le zinc, jusqu'alors inconnu. Il introduisit également dans la médecine l'usage des composés chimiques.

    Giambattista della Porta (1541 - 1615 ) prépara l'oxyde d'étain.

    Jean Baptiste Van Helmont ( 1577 - 1644 ) reconnut l'existence des gaz.

    Basile Valentin ( dont nul ne sut jamais l'identité véritable ) découvrit au XVIIè siècle l'acide sulfurique et l'acide chlorhydrique.

    Johann Rudolf Glauber ( 1604 - 1668 ) trouva le sulfate de sodium.

    Brandt ( mort en 1662 ) découvrit le phosphore.

    Johann Friedrich Boetticher ( 1682 - 1719 ) fut le premier Européen à faire de la porcelaine.

    Blaise Vigenère ( 1523 - 1596 ) découvrit l'acide benzoïque.

    Tels sont quelques-uns des travaux alchimiques qui enrichissent l'humanité au moment où la chimie progresse. A mesure que d'autres sciences se développent, l'alchimie semble suivre et souvent précéder le progrès.

    L'Alchimie - Réflexion

    Dans les traités alchimiques de notre siècle, on voit apparaître fréquemment, plus tôt que dans les ouvrages universitaires, les dernières découvertes de la physique nucléaire, et il est probable que les traités de demain mentionneront les théories physiques et mathématiques les plus abstraites qui soient.

    Aussi loin que l'on remonte dans le passé, on trouve des manuscrits alchimiques. Nicolas de Valois au XVè siècle, en déduisait que les transmutations, que les secrets et les techniques de la libération de l'énergie ont été connus des hommes avant l'écriture même.
    L'architecture à précédé l'écriture. Elle a peut-être été une forme d'écriture. Aussi bien voyons nous l'alchimie liée très intimement à l'architecture.
    Un des textes les plus significatifs de l'alchimie, dont l'auteur est le sieur Esprit Gobineau de Montluisant, s'intitule :
    " Explications très curieuses des énigmes et figures hiéroglyphiques qui sont au grand portail de Notre-Dame de Paris. "
    Les ouvrages de Fulcanelli sont consacrés au " Mystère des Cathédrales " et à de minutieuses descriptions des " Demeure Philosophales ".
    Certaines constructions médiévales témoigneraient de l'habitude immémoriale de transmettre par l'architecture le message de l'alchimie qui remonterait à des âges infiniment reculés de l'humanité.

    L'Alchimie - Réflexion

    Pour Fulcanelli, l'alchimie serait le lien avec des civilisations englouties depuis des millénaires et ignorées des archéologues. bien entendu, aucun archéologue réputé sérieux et aucun historien d'égale réputation n'admettra l'existence dans le passé de civilisation possédant une science et des techniques supérieures aux nôtres. Mais une science et des techniques avancée simplifient à l'extrême l'appareillage, et les vestiges sont peut-être sous nos yeux, sans que nous soyons capables de les voir comme tels. Aucun archéologue et aucun historien sérieux, n'ayant reçu une formation scientifique poussée, ne pourra effectuer des fouilles susceptibles de nous apporter le-dessus quelque lumière. Le cloisonnement des disciples, qui fut une nécessité du fabuleux progrès contemporain, nous cache peut-être quelque chose de fabuleux dans le passé.

    L'Alchimie - Réflexion

    On sait que c'est un ingénieur allemand, chargé de construire les égouts de Bagdad, qui découvrit dans le bric-à-brac du musée local, sous la vague étiquette " objets de culte " des piles électriques fabriquées dix siècles avant Volta, sous la dynastie des Sassanides.
    Tant que l'archéologies ne sera pratiquée que par les archéologues, nous ne saurons pas si la " nuit des temps " était obscure ou lumineuse.

    L'Alchimie - Réflexion

    Pour l'alchimie, il faut sans cesse le rappeler, le pouvoir sur la matière et l'énergie n'est qu'une réalité accessoire. Le véritable but des opérations alchimiques qui sont peut-être le résidu d'une science très ancienne appartenant à une civilisation engloutie, est la transformation de l'alchimiste lui-même, son accession à un état de conscience supérieur. Les résultats matériels ne sont que les promesses du résultat final, qui est spirituel. Tout est dirigé vers la transmutation de l'homme lui-même, vers sa divination, sa fusion dans l'énergie divine fixe, d'où rayonnent toutes les énergies de la matière. L’alchimie est cette science " avec conscience " dont parle Rabelais. C'est une science qui matérialise moins qu'elle n'hominise, pour reprendre une expression du Père Teilhard de Chardin :
    " La vrai physique est celle qui parviendra à intégrer l'Homme totale dans une représentation cohérente du monde ".


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Mars 2016 à 21:30

    Bonjour et bravo pour ce magnifique article ! Je vois que nous sommes sur la même longueur d'onde! Nous venons de créer nous aussi un blog hermétique. Nous espérons vous y voir et y discuter avec vous sur le forum !!

    http://www.arca-librairie.com/le-blog-d-arca

    2
    Dimanche 3 Avril 2016 à 11:19

    Merci. Je met votre blog dans mes favoris.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :