• Disparition de Davis Lang

     

    David Lang disparut le 23 septembre 1880 en présence de cinq témoins. Du moins c'est ce que l'on raconte. Cette histoire célèbre a été reprise maintes et maintes fois. Pourtant, on serait bien en peine de fournir des preuves de son authenticité.

    David Lang était un fermier du Tennessee. Il se promenait un jour dans la prairie qui s'étendait devant sa ferme, située sur l'ancienne "route du coton", lorsqu'une vieille "buggy" entra dans le chemin qui menait à l'habitation. A l'intérieur se trouvaient le juge August Pack, un ami de la famille et son beau-frère, un certain Wade, d'Akrom, dans l'Ohio. Lang leur fit signe de la main et, soudain... disparut ! Mrs Lang, les deux enfants Lang, le juge Peck et son beau-frère, tous avaient assisté à la disparition de David Lang.

    L'histoire ne s'arrête pas là. Un an plus tard, les enfants Lang, Sarah et George remarquèrent un cercle d'herbe jaunie à l'endroit où leur père avait disparu. Emue, sans doute, Sarah prononça son nom. A son grand étonnement, une voix lointaine lui répondit. C'était celle de son père. Il appela pendant des jours et des jours, de poignants appels au secours auxquels on ne pouvait répondre. Puis, tout redevint silencieux.  

        Plus tard, Sarah s'intéressa au spiritisme. Dans un article intitulé How lost was my father ? ("Mon père était-il vraiment perdu ?", qui parut en 1953 dans le magazine Fate, on apprit qu'elle dépensa des milliers de dollars en séances spirites. Sans grand résultat. Elle résolut alors de cultiver ses propres facultés en utilisant la planchette oui-ja que lui avait donnée un ami. 

    Un jour d'avril 1929, elle reçut enfin le message suivant : "Ensemble maintenant pour l'éternité... après tant d'années de séparation. Que Dieu te bénisse." Sarah compara l'écriture du message avec quelques phrases que son père avaient écrite sur une feuille volante, dans un de ses livres d'enfant. Les deux écritures concordaient . tranquillisée, elle savait maintenant que son père et sa mère étaient réunis dans l'au-delà. L'auteur de cet article est un certain Stuart Palmer qui affirme s'appuyer sur le témoignage de Sarah Lang elle-même.

    L'histoire de David Lang contient trois éléments essentiels que nous allons étudier successivement. Palmer envoya son article, accompagné d'une lettre, à Curtis Fuller, le rédacteur en chef de Fate. Par un heureux hasard, cette lettre se trouve toujours dans les archives du magazine. Palmer y explique que l'histoire de David Lang reprend un article qu'il avait écrit précédemment pour Ghost, un petit magazine qui paraissait en 1936 et 1937. Pour prouver leur bonne foi, Sarah Lang et Stuart Palmer ont pris soin de faire une déposition sous serment et de la signer en présence d'un notaire. Il conclut l'article de Fate de la façon suivante :

      "Un étudiant de Clark Sellers, éminant spécialiste en écriture affirme que l'écriture qui se trouvait dans le livre d'enfant de Miss Lang et celle de la planchette oui-ja sont de la même main."

    A remarquer que ni l'expert ni Palmer n'affirment que l'écriture était celle du père de Sarah.

    Un certain Robert Schadewald soumit des reproductions de l'écriture de David Lang, les phrases de la planchette et les signatures de la déposition à Ann B. Hootenn membre de la prestigieuse American Society of Document Examiners (Société américaine pour l'examen des documents). La réponse de Miss Hooten, un document de cinq pages, établit que les trois écritures... émanent d'un seul et même individu ! Par une étrange coïncidence, donc, l'écritur de David et celle de Sarah Lang ressemblent à s'y méprendre à celle de Stuart Palmer. Bizarre !

    Hershel G. Payne, un bibliothécaire de Nashville, s'intéressa un jour à ce mystère local et décida de mener une enquête approfondie. Il consultât les recensements de la population pour 1830 et 1880. Les noms de Lang et de Peck ne figuraient nulle part. Même constatation en ce qui concerne les divers documents, récits et journaux sur l'histoire locale de l'époque. Sans se décourager, il entra en contact avec des journalistes, des bibliothécaires ou tout autre personne  capable de l'aider dans ses recherches. Il obtint à chaque fois la même réponse : nous ne possédons aucun document écrit ni aucune photo sur les dénommés Lang ou Peck. Rien non plus sur une éventuelle ferme Lang. En dernier ressort, Hershel Payne décida de faire un petit pèlerinage sur les lieux. Il retrouva bien "l'ancienne route du coton, mais aucune trace de la ferme Lang.

    Beaucoup d'écrivains ont rapporter  cette histoire, se référant à... quelqu'un d'autre qui l'avait écrite avant eux ! Une des sources les plus communément citées depuis 1960 est le livre de Frank Edwards Sranger than Science (Par-delà la science). Edwards lui-même ne précise pas d'où il tire ses sources. Sans doute se référa-t-il aux articles parus ans Fate : soit l'article de Nandor Fodor paru en décembre 1956, soit l'article de Stuart Palmer paru en juillet 1953. Rappelons que Palmer ne faisait que réécrire un latin, Tennessee, en 1889, à cause d'une tempête de neige, il aurait composé cette histoire pour passer le temps et pour gagner quelques dollars supplémentaires. Mais comment lui vint cette idée ?

    Hershel Payne a retrouvé trace d'un concours intéressant qui se serait tenu vers la fin des années 1880 : le concours du plus grand mensonge ! Le vainqueur en aurait été Mulhatten avec son histoire de David Lang. Toutefois, Jay Robert Nash, dans son livre Among the missing, affirme que l'histoire Lang s'inspire d'un fait réel : en juillet 1854, un certain Orion Williamson aurait disparu de sa ferme, à Selma, en Alabama, dans des circonstances mystérieuses. Nous revoilà donc revenu au point zéro : Orion Williamson a-t-il vraiment disparu ?

    Cette enquête sur le cas Lang est intéressante à plus d'un titre. Nous assistons véritablement à la naissance d'un mythe à son développement . Nous voyons comment, à un certain moment, il s'intègre si bien dans la réalité que plus personne ne songe à le remettre en question. Certains aussi préfèrent tout simplement rester aveugles. C'est la cas de Michael Harrison dans Vanishngs (1981). D'autres encore prétendent que l'authenticité de ces récits extraordinaires importe finalement peu. "L'objectif essentiel, disent-ils n'est-il pas de divertir les lecteurs ?" Peut-être. Il reste que beaucoup d'éducateurs et de parents s'inquiètent de l'influence que de tel récits - avec le mépris total de toute vraisemblance - peuvent avoir sur les enfants.

    James Raymond Wolfe enseigne dans la section de recherche sur les phénomènes paranormaux à l'université Clark de Worcester. Il est l'auteur de l'un des récits de "L'Enigme du Triangle de Bermudes", collections d'anecdotes sur le célèbre triangle réunies par Charles Ebon. Au sujet du Star Tiger, un avion qui disparu en vol entre les Açores et les Bermudes, James Raymond Wolfe donne les information suivantes : 

    "A 23h30, le capitaine David Colby, le pilote de l'avion, envoya un message radio à Hamilton aux Bermudes."

    Force nous est de constater que rien de tout cela n'est vrai. Le pilote s'appelait en fait Brian MacMillan. Colby était son second. C'est Robert Tuck qui envoya tous les messages radio. Non pas à la tour de contrôle mais à la station V.R.T. D'autre part, aucun message ne fut envoyé à 23h30 

           Il est quand même regrettable de trouver des erreurs de cette taille dans un ouvrage qui se veut sérieux. Cela retarde d'autant plus l'étude objective et approfondie des phénomènes paranormaux. Notamment celle des disparitions mystérieuses. Car elles existent. Mais pour arriver à les expliquer, il faut d'abord écarter toutes les histoires trop extraordinaires, celles de David Lang, des Benjamin Bathurst et des Oliviers Larch, qui fond la part trop belle à l'imagination, et retenir seulement les cas dignes d'analyse. Peut-être trouvera-t-on alors la clé de l'énigme. 

    Extrait de "Inexpliqué" 1981

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Avril à 15:16

    Migration vers mon nouveau site

    Merci à tous de m'avoir suivi sur ce site.

    Un nouveau site est dorénavant à votre disposition "L'Antre de la curiosité" dans lequel vous pourrez suivre toutes les publications de ce blog ainsi que de nombreuse autres à venir. Il vous suffira d'aller dans "Errance mystérieuse" pour tout ce qui concerne le mystère. Pour les amateurs de littératures, je vous propose "Errance littéraire" avec déjà plusieurs centaines de critiques. Je n'oublie pas les amateurs de musique avec "Errance musical" actuellement en préparation. Comme je suis curieux de tout, je vous livre également mes coups de cœur dans "Vagabondage". N'hésitez pas a vous y abonné et d'en parler autour de vous. Une nouvelle aventure commence. Je vous y attend avec impatience 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :