• D.D. Home - Quand l'homme échappe à la pesanteur

     

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    Le 16 décembre 1868, trois membres de la London Society sont les témoins d'un incident vraiment hors du commun : ce jour là, le vicomte Adare, le duc de Crawford et le capitaine Wynne voient le célèbre médium D.D. Home s'élever dans les airs, sortir par une fenêtre en flottant et revenir dans l'appartement par une autre. Le tout à 24 m du sol...

    D.D. Home était alors célèbre pour ses exercices de lévitation, qu'il pratiquait sur sa propre personne ou sur des objets aussi lourds qu'un piano à queue. Attestée par trois témoins prestigieux, sa performance de 1868 alimente encore de nombreuses polémiques.
    Il n'est pourtant pas le seul à posséder cette faculté de " voler " en défiant les lois de la pesanteur.

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    Saint Joseph de Capertino (1603 - 1663) avait lui aussi, la faculté de s'élever dans les airs chaque fois qu'il éprouvait une forte émotion. D'une nature très sensible, il a renouvelé ce phénomène plusieurs fois au cours de sa vie, devant de nombreux témoins. C'était un simple paysan italien, qui avait passé sa jeunesse à essayer d'atteindre l'extase religieuse en se flagellant, en se privant de nourriture et en s'imposant le port des cilices. Il deviendra franciscain à l'âge de 22 ans et ne cessera dès lors de faire preuve d'une grande piété.

      Il posait néanmoins quelques problèmes à ses supérieurs. On raconte qu'au cours d'une messe dominicale, il s'était si bien élevé au-dessus des cierges de l'autel que ceux-ci l'avaient grièvement brûlé. Il finir d'ailleurs par être exclu des offices religieux...
    Malgré tout, l'histoire de ses lévitations spectaculaires devait se répandre dans toute l'Italie.
    Un chirurgien, deux cardinaux et le pape Urbain VIII en personne devaient en être témoins.
    Une anecdote parmi d'autres :alors qu'il arpentait le cloître de son monastère en compagnie d'un bénédictin, le frère Joseph s'éleva brutalement au-dessus du sol et vint se percer sur un olivier, d'où il fallut le tirer avec une échelle !

     

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

     

     Thérèse d'Avila, la sainte morte en 1582, a été elle aussi sujette à des phénomènes de lévitation.
    Elle a décrit ses " élévations " peu banales : Quand j'émets quelque résistance, il me semble qu'une force me soulève, par-dessous. Je dois avouer que cela m'a tout d'abord causé une grande frayeur : bien que le corps soit ainsi soulevé et que les esprits le fassent redescendre de lui-même avec beaucoup de douceur, si l'on oppose pas de résistance, on en reste toujours conscient.
    Du moins, je l'étais toujours assez pour me voir soulevée. Lorsque c'était terminé, je dois dire que souvent, j'ai eu l'impression que mon corps était très léger, comme s'il n'avait plus eu de poids. Si bien que, parfois, je n'étais pas sûre que mes pieds étaient bien posés sur le sol. "

    Les périodes de lévitations de Thérèse d'Avila étaient si violente qu'elle demandait à son entourage de la retenir  lorsqu'elle sentait arriver une nouvelle  " attaque ".
    Souvent, elle n'avait même pas le temps de les prévoir : elle passait brutalement en état d'apesanteur et quittait le sol...

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    Au XIXè siècle, le phénomène de lévitation déserte le milieu religieux pour atteindre les cercles spirites. Le plus célèbre des adeptes de la lévitation est, à cette époque, D.D. Home.
    Né en Ecosse et élevé en Amérique, cet enfant chétif et bohème commence sa carrière de voyant à l'âge de 13 ans, quand il a la vision soudaine d'un ami mort depuis trois jours sans qu'il ait pu le savoir. Les lévitations commencent dès qu'il a 19 ans.

    En 1852, Ward Cheney, un riche propriétaire d'une manufacture de soie, organise une séance de spiritisme chez lui, dans le Connecticut. D.D. Home est là, prêt à faire intervenir les ingrédients nécessaires à toutes séance de ce type : tables tournantes, esprits frappeurs, trompette flottantes et lumières mystérieuses.

    Un fait imprévu va, du jour au lendemain, rendre le voyant célèbre : il se met à flotter dans l'air, jusqu'à ce que sa tête touche le plafond. Un des invités est un homme réputé pour son scepticisme. C'est F.L. Burr, le fameux journaliste du Hartford Time.
    Il écrira par la suite : " Soudain, sans que l'assemblée s'y attende, Home s'éleva.
    A ce moment, je tenais sa main et je sentais que ses pieds se trouvaient à une trentaine de centimètres du sol. Il était agité, de la tête au pieds, de palpitations et semblait victime de sentiments contrariés, qui allaient successivement de la peur à la joie.  Il fut plusieurs fois soulevé du sol. A la troisième fois, il parvint au plafond de la pièce, qu'il toucha doucement de ses mains et de ses pieds. "

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    Pour Home, c'est le début de la gloire. Partout ou il allait, il se passait d'étranges phénomènes. Le vent hurlait dans les pièces closes. Des fleurs fraiches tombaient du plafond. Des portes s'ouvraient et se fermaient. Des globes de feu zigzaguaient près de lui. Et il entrait en lévitation...

    Le duc de Crawford a raconté, peu après la fameuse expérience où Home est sorti par une fenêtre pour revenir par une autre : " J'étais assis avec D.D. Home et Lord Adare, qu'accompagnait un de ses cousins, le capitaine Wynne. Pendant que nous étions assis, D.D. Home entra en transe et fut entrainé par la fenêtre de la pièce voisine pour retourner près de nous par la fenêtre de la pièce dans laquelle nous étions assis. Il y avait près de deux mètres et pas la moindre prise pour prendre appui entre les deux. De même, il n'y avait guère plus de 30 cm devant chaque fenêtre.

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    " Nous entendîmes la fenêtre de la pièce s'ouvrir et, tout de suite après, D.D. Home flotter devant notre fenêtre. La lune éclairait la pièce. Je tournais le dos à la lumière et je vis, sur le mur, l'ombre du rebord de la fenêtre : les pieds de D.D. Home étaient à 15 cm au-dessus !

    " Il resta dans cette position pendant quelques secondes, conclut le duc de Crowford, puis il souleva la fenêtre, plana dans la pièce, les mains en avant, et s'assis tranquillement. "

    Bien entendu, un tel témoignage a été violement contesté par différents sceptiques.
    Pour eux, D.D. Home a triché : selon plusieurs rapports, il est certain que, quelques jours auparavant, Home avait minutieusement inspecté les lieux et - pourquoi pas ? - pris des repères pour sa célèbre exhibition. Un détail important doit également être pris en compte dans les témoignages : avant de se livrer à une lévitation, D.D. Home avait l'habitude d'annoncer qu'il allait s'élever. Il le répétait avec insistance.

    S'agissait-il, alors, d'hallucination collectives produite par une sorte de transe hypnotique provoquée ? Certains ont pu l'affirmer, sans parvenir à entamer le crédit du célèbre spirite, qui comptera le célèbre Napoléon III, John Ruskin et Bulwer Lytton au nombre de ses témoins.

    Un fait troublant : Home détestait créer une atmosphère particulière au cours de ses expériences. Il préférait la lumière normale et encourageait les participants à ces séances à se comporter et à parler normalement. Plusieurs fois, il lui est arrivé d'entrer en lévitation à son insu : mis devant l'évidence, il en était le premier surpris.

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    Bien entendu, un certains nombre de charlatans se sont emparés de la lévitation pour monter de véritables spectacle : ils font entrer en transe un de leur assistants et finissent par le maintenir en équilibre au bout de deux épées. Quand ils retirent les épées, le sujet semble "accroché " dans les airs, sans aucun support apparent. On peut supposer qu'il existe une sorte de mécanisme invisible pour maintenir en l'air celui qui simule une lévitation.

    Pour les spirites, ce phénomène d'abolition de la gravité est incontestable : il serait dû à la force collective de plusieurs esprits, Home a décrit ainsi une de ses lévitations :
    " Je ne me sens pas décoller, mais, pourtant, je n'ai pas peur. Si j'étais tombé du plafond de certaines pièces où je me serais certainement blessé grièvement. Mais, en général, je suis soulevé perpendiculairement. Mes bras deviennent rigides et sont tirés au-dessus de ma tête, comme si je m'accrochais à la force mystérieuse qui, lentement, me tire vers le haut. "

    Peut-on vraiment échapper aux lois de Newton sur la gravité ? Plusieurs témoignages montrent que oui, dans certaines conditions. Alexandra Davis-Neel, dans son ouvrage
    Mystère et magie au Tibet, a raconté qu'elle avait rencontré un homme nu et retenu par des chaînes dans la région du Tibet où elle a passé quatorze années de sa vie. Le compagnon de cet homme lui avait expliqué que l'entrainement mystique avait donné tant de légèreté à son corps qu'il fallait le " lester " pour qu'il ne s'envole pas. C'est dire que, dans certains cas, la pesanteur peut ne pas être aussi universelle qu'on le prétend généralement.

    Au sujet de D.D. Home, un chercheur de la réputation de Sir William Crookes a pu déclarer :
    " Les phénomènes que je suis prêt à certifier sont si extraordinaires et si directement contraires aux articles les plus fondamentaux de la croyance scientifique que, même à présent, au souvenir de ce que j'ai vu, , un conflit subsiste dans mon esprit entre la " raison " qui décrète ces choses impossibles et la conscience et les sens qui ne sont pas de faux témoins. "

    Si la lévitation existe bien, on connaît aussi des méthodes de méditations transcendantale qui se proposent d'y recourir régulièrement et à volonté...

    Quand l'homme échappe à la pesanteur

    Il existe une série de photographies spectaculaires qui montrent les étapes successives de la lévitation de Lubbayah Pullivar, un yogi indien. Sont-elles authentique ? Quelle valeur accorder aux témoignages qui accompagnent cette impressionnante collection de clichés ?

                                                                            Extrait de " Inexpliqué " 1981

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :