• Aux origines de l'homme

     

    Aux origines de l'homme

    La scène se passe au début de l'ère tertiaire, il y a 65 millions d'années.
    Les grands dinosaures sont en train de disparaître de la surface de la Terre.

    Qui pourra bien leur succéder ?... Certainement pas ce petit animal chétif, gros comme une taupe, qui se faufile prestement à travers la végétation tropicale, dans l'épaisseur moite des vignes ou dans la touffeur complice d'un figuier millénaire ! Ce serait impensable : un si petit animal pour remplacer ces terribles sauriens qui, depuis des millions d'années, règnent en maîtres incontestés sur toutes les terres émergée !

    Aux origines de l'homme

    Et pourtant... le purgatorius sera bien notre lointain aïeul. Cet étrange mammifère, qui tient plus de l'insectivore que du singe, est incontestablement le tout premier représentant de l'ordre des Primates.

    Le seul indice de son existence - une seule et unique molaire - a été découvert sur une colline du Motana, aux Etats-Unis : depuis, en raison de la rareté des fossiles sur ce site et des difficultés éprouvées par les paléontologistes, on a baptisé cette " colline du purgatoire ".

    En fait, on dispose aujourd'hui d'une bonne centaine de dents isolés de ce purgatorius, d'une trentaine de mandibules et de deux maxillaires. Un examen attentif de ses molaires montre qu'elles diffèrent quelque peu de celles des insectivores ordinaires : les tubercules de leurs couronnes sont, en effet, beaucoup plus arrondis, ce qui pourrait faire croire que notre curieux petit ancêtre avait déjà une nourriture mixte,
    mi-végétaux mi-graines.

    Aux origines de l'homme

    Dès cette époque, les Primates se distinguent des autres mammifères. Certaines de leurs particularités sont révolutionnaires : accroissement exceptionnel du volume de leur encéphale, aptitude très caractéristique à saisir les objets grâce à leur pouce opposable, amélioration sensible de la vision et, enfin, développement de la clavicule, ce qui permet une augmentation de la portée du membre supérieur...

    En ce qui concerne les plus fossiles, il est cependant très difficiles de vérifier si ceux-ci répondent ou non à l'ensemble de ces critères. Par voie de conséquence, il est délicat d'établir avec certitude si telle ou telle espèce appartient bien à l'ordre des Primates.

    Les singes ne feront leur apparition qu'un peu plus tard :
    il y a " seulement " 35 ou 40 millions d'années. On a retrouvé leur trace dans le bassin du Fayoum, en Haute-Egypte, sur un site autrefois recouvert d'une végétation luxuriante et parcouru d'immenses cours d'eau, mais actuellement désertique.

    Aux origines de l'homme

    Tout comme leurs prédécesseurs, ces simiens sont armés de mâchoires munies de 36 dents. Les nombreux vestiges retrouvés dans le bassin du Fayoum laissent supposer que le premier primate à posséder, comme nous, 32 dents a été l'oligopithèque : ce frêle animal, qui ne mesurait guère plus de 30 cm de haut est considéré comme l'ancêtre quasi direct des petits singes actuels. Il vivait à l'abri de l'impénétrable frondaison des forêts africaines, il y a près de 35 millions d'années.

    Aux origines de l'homme

    Sont venues ensuite, il y a 30 millions d'années, de nombreuses espèces de singes aux mandibules également garnies de 31 dents, dont quelques-uns ont vraisemblablement donné naissance à certains groupes hominidés contemporains. Parmi ceux-ci, on en distingue généralement trois principaux : les oelopithèques, les propliopithèques et les oegyptopithèques...

    Le destin de la lignée humaine s'amorçait. Pourtant à ce stade de l'évolution, il convient de se poser quelques questions : Quelle est l'essence véritable de la nature humaine ? Qu'est-ce qui fonde vraiment l'humanité ? Malgré son étonnante habileté, sa remarquable intelligence et son extraordinaire faculté d'adaptation, l'Homme ne serait-il donc rien de plus qu'un vulgaire animal ?

    Aux origines de l'homme

    On pourrait considérer que la créature qui a su tailler un royaume à l'échelle d'une planète et, demain peut-être, à l'échelle du cosmos, se différencie absolument de toutes les autres créatures terrestres et que l'Homme occupe une place unique et privilégiée dans la longue chaîne du vivant.

    Ce problème capital a fait couler énormément d'encre au cours des siècles passés. Il a suscité de nombreuses controverses entre théologiens, naturalistes, biologistes et autres scientifiques, qui se sont livrés à de furieuses polémiques sans jamais parvenir pour autant à s'accorder.

    Tout laisserait croire, en effet, que l'Homme, conquérant victorieux de la nature et maître de la Terre après Dieu, détenait une place à part dans l'Univers. Une place dont la qualité rendait sacrilège toute tentative de comparaison avec n'importe quel autre représentant du monde animal, même évolué.

    Ainsi, au Moyen Age, sous l'influence de la théologie chrétienne, on hissait l'Homme au rang de demi-dieu et on ne lui accordait qu'un très lointain rapport avec le monde du vivant.

    Aux origines de l'homme

    En 1758, le naturaliste suédois Carl Von Linné porte un premier coup de boutoir à ce dogme séculaire. Il renoue heureusement avec les idées d'Aristote et Galien et replace à nouveau l'homme à l'intérieur du règne animal, en lui accordant toutefois une place d'honneur.

    Aux origines de l'homme

    La dixième édition de son célèbre ouvrage, Systema Naturae, soulève un concert de protestations chez les plus éminents savants de l'époque : frappé par la ressemblance qui existe entre la structure morphologique de l'homme et celle des animaux supérieurs, Carl von Linné vient, en effet, de classer les Homo sapiens ( les humains, ses contemporains ) au côté... des autres " animaux à mamelles " ! Et, qui plus est, dans l'ordre des Primates.

    C'est un beau scandale ! Malgré tout, cette conception sera très rapidement adoptés par l'ensemble de la communauté scientifique. D'autres théories vont suivre : presque toutes s'acharnent à démontrer les origines animales de l'homme. On mesure mal aujourd'hui, la portée révolutionnaire de tels propos à une époque où la science et la morale étaient totalement régies par la pensée chrétienne.

    Aux origines de l'homme

    En 1775, Blumenbach propose ainsi de créer l'ordre des " bimanes ", qu'il oppose à celui des quadrumanes ! Le pire côtoie parfois le meilleur, dans cette vague de libération des enseignement de la religion...

    A la fin du XVIIIè siècle, on voit poindre l'idée d'une évolution des espèces : elle finira par bouleverser radicalement les conceptions que nos ancêtres avaient de la nature humaine. Elle ouvrira également la voie à la paléontologie moderne.

    Dès 1809, le philosophe et naturaliste français Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck, propose une théorie cohérente pour expliquer cette évolution. Il présente ses arguments dans un ouvrage réputé, Philosophie zoologique, sans toutefois rencontrer un grand écho. Son époque ne perçoit guère l'ampleur des conséquences de la théorie de Lamarck.

    Aux origines de l'homme

    Il faudra attendre Darwin pour que cette théorie commence à influencer les consciences. Mais, tout d'abord, qu'est-ce que l'évolution ? Les scientifiques entendent généralement par cette notion  la variation, au cours du temps, de la diversité et de l'adaptation au milieu des populations d'êtres vivants.

    Considéré comme l'un des plus grands biologistes de tous les temps, Charles Darwin a décidé de rompre avec les théorie ' fixiste " qui tenaient le haut du pavé scientifique. Il imagine un processus évolutif fondé sur la sélection naturelle !...

    Aux origines de l'homme

    D'une logique rigoureuse et fortement étayée par de nombreuses observations personnelles, la théorie de Darwin sera exposée en détail dans De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle, qu'il publie en 1859. Pour lui, tous les organismes qui vivent sur la Terre ont une origine commune. Donc, une ascendance commune.

    Aux origines de l'homme

    L'idée de reléguer l'Homme au niveau des formes de vie les plus primitives de la planète soulève la réprobation de la bonne société. On la considère alors comme une insulte impardonnable envers l'humanité. Elle déclenche les foudres du parti religieux et de certains philosophes.

    Aux origines de l'homme

    Pourtant les preuves fournies par Darwin étaient des plus troublantes. Sa notion d'ascendance commune sera d'ailleurs si logique pour expliquer de nombreux phénomènes qu'elle ralliera bientôt la quasi-totalité du monde scientifique.

    La vie a donc évolué... L'admettre n'aura pas été facile.

    Mais comme on l'a justement fait remarquer,
    " classer et inscrire l'évolution de l'Homme dans le monde animal, admettre qu'il tire de son passé un héritage non seulement physiologique mais aussi psychique, ce n'est pas rabaisser au rang de la bête. Dire que l'Homme est un animal ne signifie pas qu'il ne soit qu'un animal ! "  

    L'histoire de la formation du cerveau - et de l'esprit - humain illustre cette affirmation. C'est par l'utilisation de son cerveau que l'homme va devenir Homme.

    Comment est-il donc passé du singe à son état actuel ?

                                                                                   Extrait de " Inexpliqué " 1981

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :