• Allan Kardec

     

    Allan Kardec

    Hippolyte Léon Denizard Rivail, plus connu sous le pseudonyme d'Allan Kardec, est né en France en 1804, à Lyon. Son père était avocat, et il désirait que son fils reçoive une excellente éducation. Celui-ci fut donc envoyé, à l'âge de 10 ans en Suisse, à l'institut Yverdon.
    Pestalozzi dirigeait lui-même cet institut qu'il avait fondé. On dit souvent qu'il révolutionna l'éducation en Europe.

    Pestalozzi était convaincu que l'intuition est la source de tout savoir, et il encourageait fortement ses élèves à se former une personnalité propre. Tout en les soumettant à un régime quotidien redoutable, qui comprenait jusqu'à dix heures de cours sur les arts et les sciences. Il y avait aussi des cours d'instruction religieuse pour ceux qui, comme Rivail, étaient catholiques.

    Allan Kardec

    Les six années que Rivial passa à Yverdon influencèrent profondément la voie qu'il prit ensuite dans la vie. Il décida tôt de devenir enseignant, afin de pouvoir poursuivre en France l'oeuvre de Pestalozzi, et il ouvrit une école à Paris en 1826. Il avait déjà publié un livre, le premier d'une longue série de 22 ouvrages consacrés à la grammaire française, au mathématiques et à la réforme de l'éducation. Il donna aussi des leçons de sciences entièrement gratuites, pendant dix ans.

    En 1834, des difficultés financières l'obligèrent à fermer son école et à prendre un emploi de comptable pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa femme. Il n'en continua pas moins de donner chez lui des leçons particulières gratuites. Au début des années 1850, sa carrière changea de façon spectaculaire, alors que sa réputation d'écrivain et d'éducateur progressiste aux idées nouvelles était déjà bien établie.

    Allan Kardec

    Anna Blackwell, qui traduit en anglais certains de ses livres, trouvait qu'il était " plus Allemand que Français ". Elle le décrit ainsi :

    " Un homme énergique et persévérant mais peu imaginatif, au point d'en être presque insensible. Incrédule de nature et de par son éducation, il avait un jugement précis et logique. "

    Il vécut de façon discrète, travaillait sans relâche et ne semblait pas du tout être le genre d'homme qui allait fonder une nouvelle philosophie religieuse.

    Allan Kardec

    Or, en 1848, il se passa aux Etats-Unis certains événements qui allaient bouleverser toute la façon de penser de Rivail et exercer une influence profonde sur celle de millions d'autres. Dans la maison de la famille Fox, à Hydesville dans l'Etat de New York, des tables se mirent à bouger toutes seules et des coups mystérieux se firent entendre. Ils semblaient provenir des " esprits " des morts. Ce fut le début du mouvement spirite, qui allait faire fureur à Paris et dans de nombreuses villes d'Europe.

    Selon un journaliste de l'époque, en peu de temps, il n'y avait plus une seule table entre Montmartre et les Champs-Elysées qui ne se mît à tourner...

    D'abord, Rivail demeura sceptique, lui que, pourtant, tout intéressait, et qui avait écrit dans un de ses premiers livres :
    " Quand on se met à étudier les sciences, la crédulité superstitieuse des ignorants fait rire et on ne peut plus croire aux fantômes "

    En 1854, lorsqu'un ami lui dit que non seulement les tables sautaient en l'air, mais qu'elles scandaient aussi des messages venant d'outre-tombe, Rivail répondit sèchement : " J'y croirai quand je le verrai de mes propres yeux. "

    Allan Kardec

    Peu pressé de vérifier ce phénomène, il attendit encore un an avant de se rendre à une séance, au cours de laquelle il assista à la démonstration d'une des premières formes d'écriture automatique.

    Il remarqua vite que les messages reçus pendant les séances où il allait étaient souvent sans importance, mais dès qu'ils lui étaient adressés personnellement, ils devenaient immanquablement sérieux. Puis un jour, son ami, l'écrivain Victorien Sardou, lui demanda de lire des notes prises avec un groupe qui avait étudié des faits remarquables touchant aux esprits pendant cinq ans. Rivail fut immédiatement frappé par " la sagesse et la charité des entretiens avec les esprits ", et il alla voir un médium du nom de Japhet pour plusieurs séances, au cours desquelles il posa des questions aux esprits. Ceux-ci lui répondirent...

    Peu après, le future Allan Kardec publia Le Livre des Esprits, qui renferme plus de 500 questions, réponses et commentaires personnels. Pourquoi ce pseudonyme ? Ce nom porté par l'un de ses ancêtres, druide breton, fut choisi par les esprits eux-mêmes. C'est donc ainsi que Rivail devint Allan Kardec. A sa mort, en 1869, il avait écrit cinq livres et deux monographies. Il insistait pour affirmer que leur contenu n'était pas de lui, mais de plusieurs esprits " avancés " ayant communiqué par l'intermédiaire de différents médiums.

    Allan Kardec

    Ses ouvrages principaux sont Le Livre des Esprits (1857), Le Livre des médiums (1861), Les Évangiles selon le spiritisme (1864), Enfer et Paradis (1865), et Genèse (1967). Il fonda également la Revue spirite, éditée et en grande partie rédigée par lui jusqu'à sa mort, en 1869.

    Le spiritisme a pour principe qu'il y a deux mondes, le visible et l'invisible, peuplés d'êtres temporels et " incorporels ", et que l'esprit est une substance réelle, formée de matière quint essentielle inaccessible à nos cinq sens normaux, matière qui s'unit au corps physique au moyen d'un corps "péri spirite " demi-temporel intermédiaire. A la naissance, nous revêtons des formes matérielles temporaires et périssable, et lorsqu'elles sont détruites par la mort physique l'esprit demeure, pour revenir éventuellement sous une autre forme incarnée.

    Allan Kardec

    Dans notre vie, selon la doctrine spirite, nous devons viser à la perfection et nous nous réincarnons autant de fois qu'il le faut en vue d'atteindre ce but. Nous sommes la totale de tout ce que nous avons été, avons fait ou pensé dans des vies précédentes.

    Kardec insiste sur le fait que ce processus n'est ni miraculeux ni surnaturel, mais en fait, l'aboutissement de lois naturelles et immuables.

    D'après Kardec, le spiritisme s’intéresse à " la relation du monde matériel avec le esprits ", des entités bien réelles et constamment en rapport avec nous. Il ne prétendit pas révéler une nouvelle religion, mais plutôt une philosophie rationnelle basée sur des faits, démontrés maintes fois, qui ramenèrent toutes les religions à leur but initial.

    Allan Kardec

    Cette philosophie n'était pas destinée à remplacer le christianisme, comme le prétendaient certains de ses critiques. Il écrivit : " La moralité du spiritisme n'est guère différente de celle de Jésus "

    Le spiritisme n'était que la réaffirmation des principes chrétiens fondamentaux, dont presque aucune église officielle ne faisait plus le cas.
    " Pourquoi les doctrines morales du Christ sont-elles si peu mises en pratiques ? demandait-il, et pourquoi ceux qui les glorifient sont-ils les premiers à en enfreindre la règle primordiale, qui est la charité universelle ? "

    Allan Kardec

    Les livres de Kardec nous apportent l'étude la plus claire et la plus complète du monde invisible que l'on ai écrite à ce jour.
    Il est intéressant de les comparer aux œuvres d'Emanuel Swedenborg et d'Andrew Jackson Davis, le prophète de Poughkeepsie, dont le livre, Principles of  Nature, fut publié en 1847. Tous les trois ont écrit sur le même sujet, mais Kardec n'était ni médecin ni mystique, comme les deux autres.
    Il était, en fait, un " collectionneur " et un " compilateur " de faits écrits par d'autres. Il se borna simplement à écrire des commentaires, ce qu'il fit avec intelligence et bon sens. Comme il le dit lui-même : " J'ai étudié ces faits avec beaucoup de soin et de persévérance ; je les ai assemblés, comparés, et j'en ai tiré des conclusions. "

    Kardec, un des premier chercheur psychique, voulut étudier les phénomènes paranormaux en France. Vingt ans avant la fondation de la Société anglaise de recherches psychiques, il publiait déjà des exposés détaillés de plusieurs cas remarquables dans la Revue de la ville de Morzine, en proie à la possession collectives, et de nombreuses autres manifestations de ce que nous appelons maintenant " poltergeists ". Il échangea une correspondance avec D.D. Home, qu'il admirait beaucoup et qui, lui-même fut témoin de beaucoup d'activités paranormal. Il vit même une table de 100 kg se mettre sur un pied à un angle de 45°. Ce n'était pas l'étrangeté de ces faits qui l’intéressai, mais leur implication.

    Allan Kardec

     " Tout effet intelligent doit avoir une cause intelligente ", disait-il.
    Ce qui ne voulait pas dire pour autant qu'il fallait croire tout ce que révélaient les morts. " Il ne manque guère d'écrivains dans le monde invisible, disait-il, mais, tout comme sur Terre, les bon écrivains y sont rares, Certains esprits en savent moins que nous. C'est au chercheur d'être critique et logique. "

    Kardec mourut bien avant la grande époque française de la psychologie et de la psychiatrie naissante, au cours de laquelle des pionniers comme Janet, Charcot et Bernheim utilisèrent une approche plus clinique pour faire l'étude d'anomalies inexpliquées jusque-là. On pourrait croire que, bien qu'homme intelligent et honnête, Kardec ne fut pas moins dupe de médiums imposteurs très adroits.

    C'est pourtant peu probable : d'une part, parce que les faits relatés ainsi que les conclusions étaient essentiellement ceux constatés par des chercheurs aux compétences scientifiques impressionnantes, que ce Russel Wallace et, plus tard, Sir William Crookes en Angleterre. D'autre part, seul le contenu des messages sérieux venant des esprits était considéré, et non pas le phénomène en soi. Le message est important, pas le médium. " On peut se moquer des tables tournantes, mais on ne se moque pas de la philosophie, de la sagesse et de la charité si évidentes dans les communications sérieuses. "

    Allan Kardec

    Comme on s'en doute, Kardec n'était pas très apprécié par l'église catholique, qui mit ses ouvrages à l'indexe en 1866. Malgré cela, il répondit scrupuleusement à ses critiques. Il alla même jusqu'à remercier un prêtre de " l'avoir attaqué poliment et dans un français plus ou moins correct ". Quand on brûla ses livres à Barcelone, il dit simplement :
    " On peut brûler des livres, mais pas des idées. "

    Ses livres sont encore publiés en plusieurs langues, et ses idées ont une influence considérable dans de nombreux pays, en particulier au Brésil, où le spiritisme devint vite respecté, grâce surtout à l'appui d'Adolfo Bezerra de Meneses, docteur et homme d'Etat. On estime de nos jours qu'il y a plus de 20 millions d'adeptes au Brésil, tellement conscients de leur premier devoir de charité, comme insistait Kardec, qu'ils ont mis sur pied un système d'aide sociale des plus avancés.

    Allan Kardec

    Toujours au Brésil, il y a à l'heure actuelle de grand hôpitaux où l'on dispense un traitement médical allié à un traitement spirituel, des orphelinats, des centres de formation pour médiums et guérisseurs, ainsi que des centres publics où l'on donne des conseils et des cures gratuits.
    Dans un de ces centre à Sâo Paulo, 200 médiums bénévoles soignent
    1 000 personnes par jour. Plusieurs millions d'exemplaires des livres d'Allan Kardec s'y sont vendus, et son effigie a figuré trois fois sur des timbres brésiliens.

    Cet honneur aurait peut-être gêné celui qui écrivit :
    " Quelle est donc la tâche du spiritisme moderne ? C'est de former un ensemble cohérent avec toute sorte de faits disparates ; c'est d'expliquer en termes précis et clairs ce qui jusque-là, se dissimulait derrière des mots allégoriques ; c'est de se débarrasser de superstition et d'ignorance pour ne garder que ce qui est réel et véritable. Voilà son but. "

    Et en conclusion :
    " Le spiritisme a porté un coup mortel au matérialisme en faisant ressortir les résultats inéluctables du mal et en soulignant la nécessité du bien. Quant à la vie future, elle n'est plus du domaine imaginaire, ni même un simple espoir : elle est devenue un fait bien réel. "

                                                                                    Extrait de " Inexpliqué " 1981

      


  • Commentaires

    1
    pierrote
    Mercredi 7 Mai 2014 à 15:06

    site tres bien  presntee pierrote

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :