• A la recherche de l'énergie terrestre

    Les chercheurs de Leys et les radiesthésistes étudient depuis des années l'énergie terrestre, "un courant tellurique" qui se manifeste principalement autour des pierres levées, ce qui indiquerait que les Anciens avaient dans ce domaine des connaissances qui se sont perdues. 

    Si l'on en croit les légendes, les vieilles pierres possèderaient des propriétés extraordinaire ; elles sont habitées par les esprits, se déplacent, guérissent et attirent les orages. Certains pensent que les druides se servaient de ces pierres pour mobiliser l'énergie cosmique. Enfin, de nombreux témoins ont signalé avoir ressenti d'étranges sensations en touchant les mégalithes, notamment des sensations de décharges électriques.

    De plus, de temps en temps, des événements extraordinaires ramènent à l'ordre du jour la question des énergies terrestres. Le 23 janvier 1974, par exemple, des phénomènes géophysiques encore inexpliqués ébranlèrent la montagne dite "Table d'Arthur" située dans le Berwyn Range, au cœur du pays de Galles : une explosion  et une secousse se produisirent autour de ladite montagne dans la soirée. L'explosion s'entendit dans un rayon de 100 km, et la secousse fut enregistrée par les sismographes d'Edimbourg. Des témoins signalèrent avoir vu avant ces phénomènes d'étranges boules de feu. C'est dans le pays de Galles, mais aussi dans tout le pays.

    Un astronome aperçut dans le ciel de l'East Anglia, une boule de lumière bleue qui se dirigeait vers l'ouest. Elle disparut au dessus du pays de Galles. Une boule de feu blanche fut aussi aperçue au-dessus de l'île de Man. Elle allait vers le sud, cette fois encore en direction du pays de Galles. D'autres lumières de couleurs différentes apparurent aussi au-dessus du canal de Bristol, situé au pied de la Table d'Arthur, aperçurent des disques de lumière rouge au-dessus de la montagne, quelques heures avant la secousse.

    Une météorite s'était-elle écrasée dans les montagnes Berwyn ? La police envoya des secours sur place pour soigner éventuellement des blessés. Quant aux hommes de science, lorsqu'ils arrivèrent sur les lieux, ils ne trouvèrent ni débris ni trace d'une quelconque météorite. Cet événement qui avait fait les gros titres des journaux tomba bientôt dans l'oubli et fut classé dans la catégorie des phénomènes que la science ne peut encore expliquer.

    Toutefois, certains chercheurs ne manquèrent pas de signaler que la Table d'Arthur est située près du Moel Ty Uchaf, l'un des cercles de pierre les mieux préservés des îles britannique. Ces pierres, d'autres part, côtoient l'une des failles les plus importantes de la Grande-Bretagne : la faille Bela.

    Devant ces phénomènes extraordinaires, on ne peut manquer de se poser une question : les constructeurs des mégalithes avaient-ils découvert des énergies terrestre qui nous sont inconnues et savaient-ils les maitriser ? Dans l'affirmative, cela expliquerait que les physiciens aient détecté des anomalies magnétiques autour du mégalithe de Crickhowell. C'est pour tenter de répondre à ces questions que le projet Dragon fut mis en place en 1977. 

    Jamais encore on avait étudié l'énergie des mégalithes d'un point de vue scientifique. Aussi cela demanda-t-il beaucoup de travail de mise au point, notamment en ce qui concerne les ultrasons, que les chercheurs décidèrent d'utilisé pour commencer les recherches. En effets, quelques années auparavant, un zoologiste avait rapporté au Ley Hunter Magazine qu'un de ses collègues, qui se servait de tout un matériel d'ultrasons pour étudier les chauves-souris, avait enregistré des émissions d'ultrasons venant "d'un site que vous définirez comme un point de repère sur le ley". 

    Le chercheur John Barnatt mentionna une anecdote analogue. Alors qu'il inspectait le cromlech d'Arbor Low, un  inconnu vint à sa rencontre. Cet homme lui raconta que les alouettes qui chantaient au-dessus de leurs têtes semblaient être attirées par des ultrasons émis par les pierres. Les responsable du projet Dragon décidèrent donc d'entreprendre des recherches dans ce domaines. Ils rassemblèrent des fonds et consultèrent des experts pour construire un détecteur d'ultrasons.

    C'est ainsi qu'un matin d'octobre 1978 le docteur G.V. Robins, un chimiste, utilisa cet appareil pour la première fois autour des pierres de Rollright, dans l'Orfordshire. Malheureusement, le détecteur resta muet. Il faut préciser toutefois que le zoologiste dont parlait le Ley Hunter Magazine avait conduit ses expériences à l'aube. Robin décida donc de recommencer, mais cette fois avant l'aube. Et en effet, une demi-heure avant le lever du soleil, l'aiguille de l'instrument se mit à bouger en pulsations de deux secondes. "Quelque chose" stimulait le détecteur.

    Que penser de ces résultats contradictoires ? Des volontaires procédèrent à d'autres enregistrement d'émissions d'ultrasons à Rollright, au cercle de Castelerigg au Cromlech d'Avebury et, dans un moindre degré, autour de pierre "sarsen" semblable à celles qui avaient servi à la construction du cercle extérieur de Stonehenge . Aux lieux du contrôle, rien ne se passa. Mais c'est à Rollright que s'effectuèrent la plupart des recherches. Parfois, le détecteur restait silencieux. A d'autres moments, l'aiguille se mettait à bouger très visiblement. C'est avant l'aube que l'appareil réagissait, le plus souvent dix ou trente minutes avant le lever du soleil selon les cas. Et cela durait pendant une heure ou deux. Pendant la journée, l'aiguille restait en général immobile. Quant aux quelques réponses enregistrées pendant la nuit, elles semblent dues au hasard. Il est à remarquer que les équinoxes sont plus "productifs" que les solstices. Si l'on en croit les résultats des premiers travaux, il semblerait que ces émissions d'ultrasons soient liées aux phases de la Lune ainsi qu'aux cycle des taches solaires.

    L'origine de ces ultrasons, si vraiment ils existent, est un sujet qui passionne les chercheurs. Le docteur G.V. Robins, qui est aussi un expert de ce que l'on pourrait appeler les "états d'énergie" de la pierre, a avancé une hypothèse curieuse mais très intéressante : se pourrait-il que l'énergie sous forme de micro-ondes provenant du Soleil excite ls électrons dans la structure grillagée des pierres provoquant une transduction d'énergie, laquelle se manifesterait par une onde de pression, c'est-à-dire un ultrason? En théorie, c'est possible. Malheureusement, les chercheurs du projet Dragon ne disposent pas encore d'un équipement de détection assez sensible pour vérifier cette hypothèse.

    En 1980 et 1981, trois autres types de détecteurs d'ultrasons furent mis à l'essai. Deux d'entre eux enregistrèrent, semble-t-il, des signaux. Bien entendu, la précision des résultats de l'expérience dépend de la sensibilité du transducteur ainsi que de la fréquence à laquelle l'appareil est réglé. Il doit donc être calibré correctement.          

       L'hypothèse des émissions ultrasoniques des mégalithes, si elle se vérifiait, expliquerait peut-être leur origine. Se pourrait-il, en effet, que le but des structures mégalithiques et des alignements soit d'intensifier cet effet ultrasonique naturel ? Mais à quoi pouvaient bien servir ces ultrasons ? Il nous est, bien sur, difficile de répondre à cette question. Rappelons toutefois qu'il a été démontré que les ultrasons pouvaient accélérer la guérison des tissus humains ainsi que la germination des graines. N'est-ce pas là le fondement de la croyance aux pouvoir de guérison et de fécondité des pierres ?

    Mais les recherches menées dans le cadre du projet Dragon ne se bornèrent pas aux ultrasons. Les chercheurs travaillèrent aussi beaucoup avec les compteurs Geiger. Tout commença encore une fois par hasard. Keith Critchlow, géomètre passionné d'architecture, se trouvait sur le Moel Ty Uchaf quelques jours après les événements de 1974. Il discutait avec deux scientifiques qui cherchaient des traces d'un impact météorique lorsqu'il remarqua que l'aiguille de son compteur Geiger s'affolait. Ce qui fut interprété comme une erreur de fonctionnement de l'appareil.  

    Toutefois, quand les membres du projets Dragon entendirent parler de cet incident, ils décidèrent de se servir de compteurs Geiger. Ils firent de nombreux essais autour des pierre Rollright, dans d'autres sites et dans des dizaines de lieux de contrôle non mégalithiques afin de définir une norme et de préciser à partir de quel moment on s'écartait de cette norme. Des expériences furent conduites dès 1980, mais les résultats ne furent analysés qu'en 1981. 

    Ces conclusions ne manquent pas d'intérêt. Le compteur Geiger enregistra des anomalies à Rollright, au Moel Ty Uchaf et dans d'autres sites mégalithiques situés près de la Boyne et des montagnes Loughcrew, en Irlande. Rien, dans l'ensemble, de très anormal à Rollright. A noter toutefois qu'à un certains moment l'aiguille s'est affolée pour des raisons qui restent obscures. Par exemple, un jours d'août 1981, un des "points chauds" situé à l'extérieur du cercle de Rollright provoqua plus de réactions par minutes que lorsque le compteur Geiger est placé à moins de 1 m d'un isotope radioactif.

    Il est intéressant de noter que ces réactions exceptionnelles n'eurent lieu qu'autour ou près des mégalithes. Aucune anomalies ne fut enregistrée sur les lieux de contrôle. Or lorsqu'on sait qu'il existe de l'uranium au-dessous des sites sacrés indiens d'Amérique du Nord ainsi que sous les lieux sacrés des aborigènes d'Australie, on peut se demander si cela ne serait pas aussi le cas en Grande-Bretagne. 

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Avril à 15:15

    Migration vers mon nouveau site

    Merci à tous de m'avoir suivi sur ce site.

    Un nouveau site est dorénavant à votre disposition "L'Antre de la curiosité" dans lequel vous pourrez suivre toutes les publications de ce blog ainsi que de nombreuse autres à venir. Il vous suffira d'aller dans "Errance mystérieuse" pour tout ce qui concerne le mystère. Pour les amateurs de littératures, je vous propose "Errance littéraire" avec déjà plusieurs centaines de critiques. Je n'oublie pas les amateurs de musique avec "Errance musical" actuellement en préparation. Comme je suis curieux de tout, je vous livre également mes coups de cœur dans "Vagabondage". N'hésitez pas a vous y abonné et d'en parler autour de vous. Une nouvelle aventure commence. Je vous y attend avec impatience 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :