• Les saturnales

    Les saturnales

     

    L'origine des saturnales est sans aucun doute à chercher dans la volonté de célébrer le solstice d'hiver qui, correspondait à la période la plus sombre de l'année. Les réjouissances étaient jadis associées à l'ouverture des réserves encore intactes et prometteuse d'une abondance inépuisable et synonyme d'un âge d'or sur lequel régnait Saturne. Ces fêtes semblent remonter à la fondation de Rome, mais elles auraient été mise en sommeil sous le règne de Tarquin le Superbe, septième et dernier roi de Rome qui régna de 534 à 509 av. J.-C. C'est durant la deuxième guerre punique, s'étendant des années 218 à 201 av. J.-C., qu'elles furent en quelques sorte dépoussiérées : on passe alors d'une vieille fête paysanne à une grande fête populaire scellant l'union de toute la cité.

    Se trouve alors réunies trois dimensions. Les saturnales gardaient indéniablement le caractère agricole de leur origine, puisque Saturne est le dieu qui favorise la germination, propre à apporter à la fois futures récoltes et donc richesse aux hommes. Cela explique que l'on offrait aussi à cette occasion des pièces de monnaies. 

    La deuxième dimension, tout aussi notable, est le passage de la vie sauvage à la vie civilisée. Selon Macrobe, c'est Saturne qui, détrôné, aurait trouvé refuge dan le latium où il aurait alors réuni les hommes éparpillés dans les montagnes et leur aurait donné des lois. Ce passage est étrangement marqué par un retour à l'état antérieur, que caractérisent tous les débordements qui pouvaient être constatés mais aussi du "monde à l'envers". Certains chercheurs, tel Mircea Eliade, y voient même une répétition de la cosmogonie qui a succédé au chaos et que les peuples auraient de cette manière manifestée à chaque solstice d'hiver. Toute nouvelle année serait donc une reprise du temps à son commencement et témoignerait d'un besoin de régénération.    

    Les saturnales

    Enfin, les saturnales remplissaient un rôle sociale. C'est la raison pour laquelle elles furent remises à l'honneur durant la crise que constitue la deuxième guerre punique. Au moment des saturnales, la société se retrouvait réunie dans toutes ses composantes et communiait dans un même élan, puisque nombre de frontières se trouvaient abolies pour l'occasion, renforçant du même coup la communauté. 

    Les saturnales n'étaient pas seulement une fête religieuse mais de véritables réjouissances publique. A l'origine, il s'agissait d'une cérémonie qui se tenait le 17 décembre dans le temple dédié au dieu, mais la durée des célébrations finit par s'étendre : trois jours après la réforme du calendrier julien, quatre sous Auguste, cinq sous Caligula, et enfin une semaine complète sous Dioclétien, jusqu'au 24. Pour l'occasion, la statue de Saturne était libérée des bandelettes et liens qui l'entravaient le reste de l'année. D'autres dieux aussi étaient honoré à l'image de la déesse Angerona, le 21 décembre. Celle-ci avait comme particularité de faire traverser les jours courts et les périodes angoissantes. 

    Pendant ces fêtes, le temps était comme suspendu : les tribunaux et les écoles étaient en vacances et tous les habitants de la ville cessaient leurs travaux. Il n'était pas non plus permis d'entreprendre une guerre, ni d'exécuter un criminel. La foule se portait en masse vers le mont Aventin, comme pour y retrouver la période qui avait précédé la fondation de l'urbs et une ambiance plus bucolique. Se succédait sept jours de festins, d'abord en public puis dans toutes les maisons où l'on s'invitait entre amis. Les jeux de hasard étaient aussi permis. L'ambiance était propice à tous à tous les débordements. La foule exubérante envahissait les rues, de nuits comme de jour, aux cris de "Io Saturnalia !  Io bona Saturnalia !" Les beuveries étaient nombreuses et dégénéraient parfois en orgies. C'était aussi le moment du "monde à l'envers", où l'ordre hiérarchique des hommes et la logique des choses étaient inversés de façon parodique et provisoire : les esclaves commandaient à leur maître et ceux-ci les servaient à table ; certains empereurs auraient ainsi admis des esclaves à leur table. On ne revêtait plus la toge, mais tout le monde portait la tunique, vêtement des pauvres et des esclaves ainsi que le bonnet de la liberté, coiffure des esclaves affranchis.   

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :