• Mythologie Maya - Le Popol Vuh

     

     

    Trois mille ans de civilisation maya et, pour l'appréhender, les archéologues disposent seulement de villes en ruines et de quelques livres : trois étranges codex aux feuillets peints et des textes rédigés après la conquête, au XVIè siècle. C'est bien peu pour cerner les subtilités d'une culture aussi longue et riche.

    Si l'histoire des Mayas se déchiffre peu à peu sur les murs stuqués de leurs cités-Etats, celle du monde telle qu'ils se l'imaginaient provient quasiment d'une seule source, tardive : le Popol Vuh, ou livre du conseil, écrit en maya Quiché et retrouvé au XVIIIè siècle. 

    Ce livre majeur conserve la trace de récits anciens. C'est le cas des passages concernant les deux générations de héros jumeaux et l'inframonde, ce monde souterrain qui met quotidiennement en péril le Soleil et le monde. On a dans ces partie du Popol Vuh quelque chose de profond et qui relève le mythe de création, notamment de l'ordre, où les forces du jour vont vaincre les forces de la nuit. En l’occurrence les jumeaux Hunahpu et Xbalanque, capable de ressusciter et de vaincre par la magie et la malice les seigneurs de la nuit et autres créatures monstrueuses de l'Inframonde.

    Impossible, toutefois, aujourd'hui de savoir vraiment à quoi ressemblaient les mythes aux périodes Préclassique et Classique. 
    Il n'y a alors pas de panthéon mais plutôt des forces incarnées par des rois locaux, et des entités sans doute à l'origine des personnages historiques mythisés et représentant de grand éléments du Cosmos.

    Extrait du Popol Vuh

    "Ceci est le premier récit, la première histoire. Il n'y avait alors ni hommes ni animaux, oiseaux,  poissons, crabes, arbres, pierres, ravins, herbes ou forêts ; il n'y avait que le ciel.
    La surface de la Terre n'était pas encore apparue. Il n'y avait que la mer calme et la grande étendue du ciel.
    Rien n'était assemblé, rien n'avait été doté d'existence. Rien qui puisse faire du bruit, ni rien qui puisse bouger ou trembler ou faire du bruit dans le ciel.

    Rien ne se dressait, seule était l'eau calme, la mer paisible, seule et tranquille. Rien n'existait.
    Il n'y avait qu'immobilité et silence dans la ténèbre, dans la nuit.
    Seul le Créateur, le Modeleur, Tepeu, Gucumatz, les Aïeuls, étaient dans l'eau, cernés de lumière. Ils étaient cachés sous des plumes vertes et bleues et étaient de ce fait appelés Gucurmatz.
    Par nature. Ils étaient de grand sages et de grands penseurs...

    Puis vint le verbe, Tepeu et Gucurmatz vinrent ensemble dans la ténèbres, dans la nuit, et Tepeu et Gurcumatz marchèrent ensemble.
    Alors ils parlèrent, discutèrent, et délibérèrent ; ils s'accordèrent, ils unifièrent leurs paroles et leurs pensées. 
    Et pendant qu'ils parlaient, il leur apparut clairement que lorsque l'aurore se ferait, l'homme devrait paraître.
    Alors, ils organisèrent la création, et la croissance des arbres et des fourrés, et de la naissance de la vie et la création de l'homme.
    Tout fut arrangé dans la ténèbres et dans la nuit, depuis le coeur du Ciel appelé Huracan...

    Alors la Terre fut créée par eux. C'est ainsi en vérité, qu'ils créèrent la Terre, Terre !
    Dirent-ils, et instantanément elle fut faite.
    Comme le brouillard, comme un nuage, et comme un nuage de poussière fut la création, quand les montagnes apparurent de la mer ; et instantanément les montagnes grandirent.
    Seulement par un prodige, par un art magique furent formées par les montagnes et les vallées ; et aussitôt les bois de cyprès et de pins se mirent à pousser ensemble sur la surface de la Terre. "

    **********

    Les dieux créèrent les hommes pour qu'ils parlent et prient. Ils font une première tentative en utilisant la glaise, mais elle fond rapidement dans l'eau. La seconde , employant du bois, est tout aussi infructueuse tant
    "il n'y avait rien dans leur cœur et rien dans leur esprit" ; les simili hommes sont détruits violemment. Pour leur troisième essai, les diaux emploient de la farine de maïs : cette fois, les homes sont parfaits, mais trop intelligents... Leurs yeux seront donc voilés, afin de limiter leur compréhension du monde.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :