• Les cheveux

     

    Les cheveux

      

    Dans les croyances populaires, les cheveux renferment la force vitale de l'homme et continuent à pousser après sa mort ; la force du héros biblique Samson était ainsi rassemblée dans ses cheveux.

    Les hommes qui avaient fait en Israël le vœux de nazireat, ne laissaient aucun rasoir passer sur leur tête et ne buvaient jamais de vin à la fois pour protester contre les mœurs des tribus sédentaires et pour montrer leur désir de retrouver la pureté de leurs ancêtres nomades.

    Les pénitents et les prophètes vivant en dehors du monde civilisé laissaient également pousser leurs cheveux, comme par exemple saint Jean-Baptiste ou encore les moines retirés dans le désert égyptien.

    Des cheveux très long permettaient à une pénitente de renoncer aux ornements vestimentaires tout en continuant à dissimuler son corps.

     

    Les cheveux

     

    Au Moyen Age, il étaient au contraire un symbole de débauche et de luxure et l'attribut des sirènes séductrices.

    C'était également le symbole d'Absalon l'émeutier dont les cheveux restèrent accrochés à la branche d'un arbre, ce qui permis à ses ennemis de le tuer. Pour le christianisme, Absalon est devenu l'incarnation d juif qui reste accroché dans les longues branches de l'erreur.

     

    Les cheveux

     

    Comme les cheveux longs étaient dans les territoires germains la marque des hommes libres, les esclaves et les condamnés étaient rasés. La tonsure des moines marquent de même leur renoncement aux libertés des citoyens.

    Dans de nombreuses civilisations, il était d'usage de sacrifier sa chevelure en signe de deuil.
    Les tresses coupées marquaient l'entrée des femmes au couvent, peut-être en souvenir de la façon dont les femmes de Babylone sacrifiaient leur chevelure sur l'autel de la déesse de l'amour Ishtar dans un rite de substitution à la prostitution sacrée. Le fait de se couper les cheveux symboliserait alors pour les moniales chrétiennes leur noce avec leur divin époux ou le sacrifice de leur éros au nom de l'amour du Christ.

    Dans les civilisations antiques, les différents modes de vie ou métiers étaient souvent caractérisés par une coiffure bien précise. En coupant ainsi les cheveux des enfants à Rome lorsque ceux-ci avaient dépassé le stade de la petite enfance et, dans d'autres pays, au moment de la puberté.

    Les cheveux

    Les êtres surnaturels et démoniaques sont souvent représentés avec des serpents à la place des cheveux ( les furies - le dieu étrusque du monde souterrain Charun - Méduse )
    tandis que les cheveux rouges sont la marque du Diable.

     

    Les cheveux

     

    Pour certains membres de la contre-culture moderne, avoir les cheveux longs témoignait d'un désir d'indépendance ou s'exprimait une protestation par rapport aux normes bourgeoises de notre civilisation.

    La chevelure, lorsqu'elle est longue et flottante a traditionnellement été associée à une féminité d'essence aquatique. Plus généralement, la chevelure ainsi décrite dans ses ondoiements et ses vagues, renvoie au pouvoir de déduction de la femme. Ce qui explique, par exemple que, durant des siècles, les femmes n'avaient le droit d'entrer dans les églises que la tête couverte d'une coiffe, afin de " ne pas tenter les anges ".

    Dans l'inversion du symbole, certaines mystiques, et en particulier Marie Madeleine, apparaissent souvent les cheveux libres et flottants pour marquer leur amour sans réserve de Dieu.

     

    Les cheveux

     

    En Inde, les cheveux sont surtout reliés à Shiva, soit qu'ils soient tissés pour former la trame de l'univers, soit que le Gange, le grand fleuve sacré, y prenne sa source.

    Les cheveux interviennent fréquemment dans les rites magiques : certains sorciers font ainsi un nœud avec les cheveux des personnes qu'ils veulent atteindre afin de faire naître l'amour en elles.

     

    Les cheveux

     

    Au XIXe siècle, il était d'usage de porter un médaillon des boucles de cheveux de la personne aimée.

    Les cheveux

    Quelques expressions :

    - Avoir les cheveux dressés sur sa tête

    - Ne pas se faire de cheveux blanc

    - Tirer par les cheveux

    - A un cheveu près

    - Arriver comme un cheveu sur la soupe

                                                                  Extrait de " Encyclopédie des symboles "


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :