• Le Tableau ( 2011 ) - Jean-François Laguionie

    Le Tableau ( 2011 ) - Animation -

     

    Un château, des jardins fleuris, une forêt menaçante, voilà ce qu’un Peintre, pour des raisons mystérieuses, a laissé inachevé. Dans ce tableau vivent trois sortes de
    personnages : les Toupins qui sont entièrement peints, les Pafinis auxquels il manque quelques couleurs et les Reufs qui ne sont que des esquisses. S'estimant supérieurs, les Toupins prennent le pouvoir, chassent les Pafinis du château et asservissent les Reufs. Persuadés que seul le Peintre peut ramener l’harmonie en finissant le tableau, Ramo, Lola et 
    Plume décident de partir à sa recherche. Au fil de l’aventure, les questions vont se succéder : qu'est devenu le Peintre ? Pourquoi les a t-il abandonnés ?
    Pourquoi a-t-il commencé à détruire certaines de ses toiles ! 
    Connaîtront-ils un jour le secret du Peintre ?

    **********

    Jean-François Laguionie, nous fait voyager dans le monde de l'art, au sein d'une peinture inachevée où règne une drôle de lutte des classes entre des personnages plus ou moins terminés. 
    Quittant leur « cadre », certains d'entre eux partent en quête de leur créateur, le peintre...

    C’est le discours du « grand chandelier », le chef des Toupins.
    A travers lui, on voulait évoquer les grands « parleurs » de toutes les dictatures… il est vraiment ridicule, absurde !
     Le grand Chandelier est coloré, assez séduisant. Sa corpulence apporte une sorte de réconfort, comme certains hommes politiques … 
    Il flatte ses auditeurs, il leur dit qu’ils sont les plus beaux du tableau. 
    Et les Toupins se font avoir.

     Dans cet extrait, les militaires ignorent qu’ils sont dans un tableau. Ils se croient enfermés dans une situation réelle. Finalement, ça nous ressemble assez : on a tendance à mettre un cadre, à se fabriquer des prisons mentales, alors que bien souvent, on peut en sortir, il suffit d’essayer, de se dire que c’est possible.

    Les trois tableaux que l’on découvre dans cette séquence, Garance, l’autoportrait et le petit Arlequin, ont tous été peints à Venise, qu’on voit un peu plus tard dans le film. C’est une période de la vie du peintre. Il « habitent » maintenant son atelier. Et, contrairement  aux héros de l’histoire, ils le connaissent. Ils nous apprennent quelque chose sur lui, le grand absent du récit. Mais chacun des trois a sa 
    version, un point de vue très différent !

    La peinture de la grande femme est très sensuelle, très amoureuse. Tandis que l’autoportrait a été  fait beaucoup plus tard, peut-être après  une rupture. A ce moment-là, le peintre était d’une humeur tellement épouvantable qu’il s’est représenté de cette manière ! 
    Tout cela permet des dialogues rigolos, et des peintures à l’ambiance très différente. L’une est aussi chaleureuse que l’autre est froide !

    **********

     

    Le Tableau ( 2011 ) - Animation - Jean-François Laguionie

     

    Ce film d'animation est un petit bijou de poésie et visuellement splendide. Le travail sur les personnages est impressionnant tant ceux-ci sont nombreux. Il ne manque aucun détail aux toupins, ils sont vêtus  de façon prétentieuse dans un style "haute couture", manifestement le peintre s’est moqué d’eux mais ils ne le savent pas! Le peintre ne les ayant pas terminés, les pafinis semblent avoir plus de liberté et de 
    spontanéité, il leur manque un pan de costume ou la couleur de la peau.
    Les reufs sont des personnages fragiles, simplement esquissés, mais dont le dessin du visage peut être aussi expressif que celui des autres acteurs du tableau. 
     

    Le Tableau est un bel hommage au dessin, à la peinture et 
    aux artistes en général.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :