• Issac Asimov - Cailloux dans le ciel

    Issac Asimov - Cailloux dans le ciel

    A Chicago, peu après la seconde guerre mondiale, Scwartz, un retraité tout ce qu'il y de plus banal, se retrouve projeté dans le futur. La Terre, devenue radioactive, est considérée par toutes les planètes de l'empire avec mépris et ses habitants sont considérés comme des pestiférés. Une secte de fanatiques terriens ont mis au point une arme terrible pour renverser l'empire, exterminer des milliards d'humains et retrouver la splendeur passée de la Terre. Que pourront faire Schwartz, l'homme venu du passé, Bel Arvardan, archéologue de l'empire et le professeur Schekt, concepteur d'une machine décuplant les facultés télépathiques pour empêcher ce massacre ?

    *****

     Paru pour la première fois en 1950, Un caillou dans le ciel, n'a pas pris une ride. Abordant des thèmes comme le racisme ou le danger atomique, l'auteur nous fait vivre une histoire touchante et haletante jusqu’aux dernières pages.

     Isaac Asimov produit un roman à la fois divertissant et une jolie réflexion sur les rapports humains. Le roman met en scène en effet une humanité parvenue au moment où elle a oublié son origine. L'idée d'une origine terrestre des hommes n'est plus qu'une légende terrienne, défendue par quelques extrémistes.

    Cailloux dans le ciel est un livre qui traite de la différence et du racisme car, en 827 E.G., les Terriens sont des pestiférés en quelque sorte. Le thème général du roman est donc un thème sensible qu’il est impossible d’ignorer.

    Une histoire agréable à lire et une réflexion sur notre monde.

    *****

    Extraits

    " Arvardan faisait d'emblée sienne une hypothèse jadis avancée par certains groupes mystiques plus préoccupés de métaphysique que d'archéologie, à savoir que l'humanité était né sur une planète unique et avait progressivement rayonné dans toute la galaxie."

    ***

    Dr Shekt : Pour le reste de la galaxie, pour autant qu'elle se soucie de nous, la Terre n'est rien de plus qu'un caillou dans le ciel.

    ***

    Bel Arvardan : Quand je vois ce qui peut habiter l'esprit des hommes, je désespère parfois de l'intelligence humaine.

    ***

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :