• Dames blanches

    Dames blanches

    Ces dames toujours vêtues de blanc sont tantôt considérées comme des fées bienfaisantes et espiègles, tantôt comme les fantômes de nobles châtelaines mortes en de tragiques circonstances, qui reviennent sur les lieux où elles vécurent pour protéger leurs descendants ou les prévenir de leur trépas futur, comme les banshies d'Irlande et d'Ecosse.

    En Allemagne, dame Bertha était une Dame blanche qui apparaissait à la naissance des héritiers des maisons princières. Elle annonçait également le décès des souverains, et aurait été vue au donjon de plusieurs châteaux d'Allemagne et de Bohême. Selon Erasme, une Dame blanche se fait voir en Allemagne quand la mort doit frapper un prince ou un seigneur : " Ce spectre est apparu, en effet, dès les premiers temps de l'histoire des nobles maisons Neuhaus et de Rosenberg, et il s'y montre encore aujourd'hui ".
    Ces Dames blanches existent aussi en France, où elles ont donné leur nom à de nombreux lieux-dits, comme la Combe aux Dames, le Pré aux Dames, la Cour des Dames ou le Banc des Dames.

    Malesherbes raconte que, le jour précédant la condamnation de Louis XVI, ce dernier lui demanda s'il avait vu la Dame blanche qui traditionnellement apparaissait autour du palais des Bourbons pour annoncer la mort d'un prince. De même, une Dame blanche balayait les salles du château lorsqu'un malheur allait s'abattre sur la famille des Hohenzollern.

    La Dame blanche des Hasbourg vivait habituellement dans la Hofburg, et apparaissait à chaque fois qu'un membre de la famille impériale allait mourir. On l'aperçut également à Yute, dans le monastère espagnol où agonisait Charles Quint, ainsi qu'à Mayerling, le veille du drame.

    Généralement bienveillantes, ces Dames blanches se tiennent souvent près des calvaires. Elles remettent les voyageurs égarés sur le bon chemin, apportent à manger aux bergers esseulés ou viennent tenir compagnie aux enfants perdus dans les bois. Une Dame blanche résidait ainsi près d'un ruisseau, dans les environs d'Anvers : " C'était une personne fort bienfaisante, elle consolait les enfants et leur donnait les moyens de secourir leur parents. "

    Elle peuvent aussi apparaître dans les écuries. Elles tiennent dans leurs mains des chandelles allumées dont elles laissent tomber la cire sur le crin des chevaux, avant de les peigner et les tresser. D'autres fois, ces Dames blanches se plaisent à conduire les passant au bord des précipices, où elles les poussent sans ménagement.

    Plus récemment, les Dames blanches ont pris l'apparence d'auto-stoppeuses fantômes se montrant aux automobilistes au bord des routes, généralement à l'endroit où un accident mortel s'est produit. De nombreux témoignages receuillis un peu partout depuis une vingtaine d'années semblent accréditer la permanence de ce spectre, considéré par ceux qui l'on croisé comme une divinité protectrice.

               Extrait de " La petite Encyclopédie du Merveilleux " d' Edouard Brassey


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :