• Culte funéraire asiatique

    Culte funéraire asiatique

    Expulser les esprits dangereux ou entrer en leur possession relève de rituels magico-religieux complexes, dont le caractère ésotérique renforce l'efficacité. Ainsi, les diagrammes et écritures magiques, dont les significations ne sont connues que des spécialistes, jouent un rôle de protection contre les entités invisibles. Selon un principe d'opposition symbolique, les objets associés à la pureté et à l'ordre universel sont de nature à chasser les esprits néfastes. Cependant, le moyen le plus efficace de chasser les fantômes et de convertir les défunts en figures protectrices reste le rituel et le culte funéraires.

    L'exorciste taoïste maîtrise les esprits malveillants qui non pas reçu de rituel funéraire. A l'aide de talismans et d'objets magiques, il cherches d'abord à les identifier, avant de les combattre en invoquant des généraux célestes, chasseurs de démons. Les souffles spirituels et corporels qui animent la personne se dispersent après la mort. Les premiers (shen) rejoignent le ciel, où ils peuvent être divinisés, alors que les seconds (guaï) rejoignent la terre. Si les guaï ne sont pas nourris par le culte des ancêtres, ils engendrent de dangereux fantômes affamés ou des démons.

    Culte funéraire asiatique

      Certaines formes de théâtre, de danse ou de processions masquées ont une fonction rituelle de protection d'un lieu. Dans le sud de la Chine, les théâtres populaires dixi et nuoxi, interprété en plein air, convoquent des divinités exorcistes pour chasser les mauvais esprits. Au Japon, le lion mythique est un gardien dont la danse permet d'expulser les entités néfastes au début du printemps. La parade de Phi Ta Khon de Thaillande représente quant à elle la venue des esprits du sol pour qu'ils apportent pluie et fertilité. 

    Les amulettes thaïes concentrent le pouvoir du moine qui les crée à partir de formules et de matériaux tenus secrets. Elles prennent une multitude de formes : cachets bouddhiques en terre cuite, effigies d'animaux mythiques, diagrammes magiques gravés sur feuilles d'or. Amulettes, poupées et couteaux magiques, ou encore tissus de protection...

    La mort ne suffit pas pour produire des ancêtres. Ce sont les rituels qui permettent de convertir les défuns en entités bénéfiques. D'ailleurs les manquements aux cérémonies funéraires sont souvent en cause dans l'apparition de fantômes affamés et autres spectres maléfiques. Le fantôme et l'ancêtre sont des figures opposées. Le premier erre entre deux mondes, sans lieu propre, et souffre de ne pas pouvoir rejoindre un lignage. Le second protège une famille et son inscription sur un territoire. L'ancêtre incarne le sang et le sol, c'est-à-dire le maintien d'un groupa de filiation dans le temps et dans l'espace. La peur des fantômes est peut-être à la mesure de l'importance qu'une société accorde au culte de ses ancêtres.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :