• Toussaint - Halloween

     

    Toussaint - Halloween

    La Toussaint ( fixée au 1er novembre  vers l'an 800 ) qu fête tous les saints, est pratiquement confondue avec le jours des morts ( 2 novembre ), consacré aux défunts.

    Les Grecs fêtaient leurs morts au printemps, les Romains lors des parentales en février, les anciens Germains dans le cycle de Youl ( notre Noël ), les anciens Slaves le samedi avant la Pentecôte, les Celtes célébraient, la nuit du 1er novembre qui correspondait au premier jours de l'année, la fête de Samain. Cette nuit-là le monde des vivants communiquait avec celui des morts...

    Dans les pays anglo-saxon, c'est le 31 octobre, à Halloween, que les esprits des morts et des forces surnaturelles peuvent sortir une dernière fois avant l'hiver. Les feux que l'on allumaient, notamment dans les îles Britannique, étaient censés les combattre ou les exorciser. A cette date, considérée très importante dans le calendrier de la sorcellerie, se tient un des plus grand sabbats.

    Toussaint - Halloween

    Toutefois, en Ecosse, on prétendait que sorcières, diables et lutins, la nuit précédant la Toussaint " parcouraient librement les airs, c'est-à-dire qu'alors il s'établit une sorte de trêve entre les esprits et les hommes "

    En Irlande, celui qui entend des pas derrière lui ne doit pas se retourner sous peine de succomber : c'est un mort qui le suit.

    Dans la tradition américaine toutefois, la fête d'Halloween, caractérisée par la citrouille évidée et illuminée, est très populaire : on se masque ou on se déguise, les enfants font des quête de friandises. Ce qui n'empêche pas certains d'évoquer le caractère diabolique de cette fête.

    Toussaint - Halloween

    Signalons encore que la nuit de Halloween est, aussi bien outre-Manche qu'outre-Atlantique très propice à la divination même pour " l'intelligence la plus vulgaire ". En Angleterre, les jeunes filles consultent un chou : selon que le premier chou rencontré dans le potager est plus ou moins gros, tordu ou non, etc..., le futur époux sera beau, laid, grand, bossu...
    Au Etats-Unis, celles qui regardent de l'eau du'une source ont toutes chances d'y voir l'image de leur futur mari.

    La nuit de la Toussaint appartient aux trépassés : les morts sortent de leur tombe et vont parfois prier dans les églises, toutes les âmes se réunissent, défilent en processions sur les routes, se dirigent vers les lieux qu'ils ont habités et réclament des prières aux vivants. Un Bretagne, au sujet de la veille du jour des Morts, on dit qu " il y a plus d'âmes dans chaque maison que de grains de sable dans la mer et sur le rivage "

    Toussaint - Halloween

    Qui sort le soir de la Toussaint risque de ne pouvoir " mettre un pied devant l'autre sans marcher sur les morts, tant leurs rangs sont pressés ".
    Dans les Vosges, on signalait l'apparition d'une boule de feu roulant toute seule, considérée comme une âme demandant des prières : " Malheur au passant qui, rencontré par elle ne comprendrait pas son muet langage, car il ne pourrait rentrer chez lui sans peur et sans mal, et surtout sans sentir effroyablement le roussi "

    En Fanche-Comté, on entendait les cris des chiens, les galops des cheveux et le cor du " chasseur maudit ", condamné à errer sans fin dans les airs.

    En Bretagne, en Normandie et en Lauraguais, un char funèbre parcouraient les rues. Au moment où il passait s'élevaient les voix de ceux qui étaient morts pendant l'année. Qui voyait cette apparition succombait.

    Sur le littoral normand, lorsque les prières de la Toussaint avaient été insuffisantes pour procurer la paix aux âmes des naufragés, une tempête s'élevait en mer vers le milieu de la nuit et un bateau s'avançait avec une grande rapidité vers la jetée : ce navire, avec ses agrès brisés, ses voiles déchirées et son mât chancelant, était un de ceux qui avaient coulé. On l'amarrai puis, lorsqu'une heure sonnait, " un léger brouillard flottait sur la vague, l'équipage et le navire avaient disparu ! "

    Toussaint - Halloween

    Pour connaître ceux qui allaient mourir dans l'année, il suffisait de se rendre à l'église ou au cimetière : les morts assemblés près du reliquaire ou l'ossuaire donnaient la liste fatale.

    A Aurillac, " dans la nuit du 2 novembre, au moment ou minuit sonnait, les spectres de ceux des habitants de la ville qui devaient trépasser dans l'année traversaient un à un le proche abbatial de Saint-Géraud. Ils marchaient lentement et se dirigeait vers le cimetière. Là le squelette de la Mort les prenait par la main et chacun à leur tour les conduisaient en dansant au cercueil où ils seraient ensevelis "

    Dans la tradition anglo-saxonne, les silhouettes des futurs défunts entraient dans les églises à la Toussaint, aux douze coups de minuit.
    En Ecosse, celui qui s'était posté sous le porche pouvait conjurer le destin en jetant à chaque silhouette un de ses vêtements.

    Toussaint - Halloween

    La nuit de la Toussaint on sonnait les cloches pour les âmes en peine. La veille des Morts se caractérisait surtout par des usages domestiques destinées à satisfaire les trépassés : on consacrait le souper de la Toussaint à parler des parents défunts, à boire à leur santé, à prier pour eux. On leur laissait le couvert dressé et les restes du repas pour leur permettre de se restaurer. Du lait caillé et des crêpes étaient disposés sur la table à leur intention, ou encore un vase rempli d'eau à la porte d'entrée.
    Les familles laissaient également une chandelle allumée ou du feu pour chauffer les morts : les Bretons entretenaient le feu avec une bûche appelée " bûche des défunts ".

    Dans les Vosges, on découvrait les lits, on ouvrait les fenêtres " afin de permettre sans doute aux trépassés de reprendre dans les maisons la place qui lui était chère autrefois. Dans quelques localités alsaciennes, on laissait même une corbeille de noisettes près de la cheminée pour amuser les morts.

    Des coutumes similaires existaient dans toute l'Europe : beaucoup d'Italiens ne se couchaient pas dans leur lit ou le laissaient défait " pour que les âmes des parents qui viendraient cette nuit-là à leur ancien logis puissent y reposer ". Les Irlandais disposaient à leur intention des sièges et de la lumière. Les autrichiens laissaient allumée près de l'âtre
    la " chandelle des âmes ", croyant que les âmes du purgatoire en prendraient la graisse pour soulager leurs brûlures.

    Il faut savoir encore que si l'on ne va pas à la messe le jour des Morts, disent les Bretons, ces derniers viendront faire du bruit dans la maison.

    Toussaint - Halloween

    La Toussaint est un des jours favorable des sorciers pour faire leurs maléfices. " L'Ange Gabriel soulève alors, pour douze heure, le pied sous lequel il retient le démon captif, et rend à cet infernal ennemi des hommes, le pouvoir momentané de les faire souffrir ".

    L'enfant né la nuit ou le jour des Morts aura des dons surnaturels.

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :