• Sodome et Gomorrhe - La destruction

     

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Il faut attendre le début de notre siècle pour que l'on s’intéresse à nouveau à Sodome et Gomorrhe, grâce à des fouilles entreprises en Palestine. Une nouvelle génération de chercheurs se mit alors en quête de ces deux villes, qui devaient être situées dans la " vallée de Siddim ".
    A l'extrême pointe sud-est de la mer Morte, on retrouva les restes d'un établissement humain d'une certaines importance, qui s'appelait encore Zoar.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Grande était la satisfaction des archéologues, car une des cinq riches cités qui avaient refusé de payer le tribut à Kedor-Laomor s'appelait ainsi. Il faut tout de suite avouer que les fouilles entreprises ne donnèrent rien de positif, les ruine en question se révélant celles d'une ville qui avait existé là durant le haut du Moyen-Age.

    S'il existe aujourd'hui une certitude, c'est que toutes les recherches pour retrouver Sodome et Gomorrhe resteront vaine, car on a désormais percé le mystère de leur disparition.

    Mais reprenons depuis le début et transportons nous d'abord sur la côte orientale de la mer Morte, près d'une presqu'île nommée el-Lissan, mot arabe qui veut dire " la langue ".

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Un rapport romain raconte, au sujet de cette presqu'île, une histoire à laquelle personne n'a jamais voulu croire : deux déserteurs de l'armée romaine s'étaient cachés là, et les légionnaires lancés à leur poursuite eurent beau fouiller les lieux tant et plus, ils ne purent rien trouver.
    Soudain, ils les virent, mais trop tard : les deux hommes escaladaient les rochers de la rive d'en face ! Ils avaient traversé la mer à pied !

    L'explication de cet étrange phénomène est bien plus simple qu'on ne l'imagine : à cet endroit précis, le fond de la mer Morte se relève en une sorte de pli qui la divise en deux. A droite de la presqu'île existent des profondeurs voisines de 400 m. A gauche, il y a des hauts-fonds.
    On sait, depuis de récents sondages, que les profondeurs n'excèdent pas 15 à 20 m.

    Autre constatation aussi importante : quand on se dirige en barque vers la pointe méridionale de cette mer de sel, on peut, si le soleil est dans une position favorable, faire une découverte absolument ahurissante : à quelque distance de la rive, des forêts que le sel a conservées se profilent nettement sous l'eau. Cette vision quasi hallucinante, qui eût fait la joie de Jules Verne, s'offrit sans cérémonie aux yeux des géologues. Des troncs et les restes d'arbres semblaient fort anciens.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    On put en déduire que les troupeaux de Loth se réfugiaient à l'ombre de cette forêt quand elle était encore verte et vivante : Cette partie étonnamment plate de la mer Morte, qui va de la presqu'île el-Lissan jusqu'à l'extrémité méridionale, était autrefois la vallée de Siddim, qui accueillit la tribut de Loth.

    On peut dire que c'est à des géologues que revient l'honneur d'avoir apporté la preuve définitive des causes et du déroulement de la fin de Sodome et Gomorrhe. On se rappelle que l'expédition Lynch avait mis en relief, pour la première fois en 1845, l'importance de la chute du Jourdain entre le lac de Tibériade et la mer Morte, donc sur un trajet assez court.

    Or, il s'agit là d'un phénomène géologique qu'on peut considérer comme vraiment unique en son genre. Cette thèse fut confirmée par d'autres recherches. Mais d'abord, donnons-nous quelques repères géologiques.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    La vallée du Jourdain est partie intégrante d'une gigantesque crevasse de la croûte terrestre. En plus d'un endroit de cette crevasse, on peut déceler des traces d'activités volcaniques. Dans les montagnes de Galilée, en Jordanie orientale, pus précisément sur les rives d'un affluent du Jourdain appelé Jabbock, e dans le golfe d'Aqaba, on rencontre du basalte et des traînées de lave.

    Sur le fond de cette crevasse, la vallée de Siddim ( y compris Sodome et Gomorrhe ) fut un jour précipitée vers les profondeurs de la terre. La géologie a permis de dater cet événement avec une relative précision : cela devait se passer peu après l'an 2000 avant J-C.

    Or, en 1951, le savant américain Jack Finegan écrivait :

    " Il semble que c'est vers 1900 avant J-C que ce produisit le cataclysme qui détruisit Sodome et Gomorrhe. Une étude de tous les témoignages littéraires, géologiques et archéologiques permet de conclure que ces villes de la plaine étaient située dans une région à présent recouverte par des eaux qui envahirent lentement la partie méridionale de la mer Morte, et que leur destruction résulta d'un tremblement de terre, sans doute accompagné d'explosions, d'éclairs, de dégagement de gaz naturel et d'un incendie généralisé. "

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Dans les profondeurs, tout au long de la crevasse, dormaient des forces volcaniques que libéra l'affaissement de terrain.

    Dans la haute vallée du Jourdain, près de Bashan, on trouve encore des cratères de volcans éteints. Depuis des temps immémoriaux, ces régions sont fréquemment secouées par des séismes : on a même retrouvé un écrit Phénicien confirmant l'explication géologique de la destruction de Sodome et Gomorrhe.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    En voici le contenu :

    " La vallée de Siddim sombra et devint un lac dégageant sans cesse des vapeurs et dépourvu de poissons, exemple de vengeance et de mort pour le sacrilège. "

    Plus on se rapproche de l'extrémité sud de la mer Morte et plus la région devient inhospitalière, sauvage, désertique et lugubre. Un silence éternel règne, sans partage, sur les montagnes dont les flancs rocheux tombent presque verticalement dans la mer, où elles deviennent d'un blanc cristallin.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    On peut compter sur les doigts d'une main les groupes de nomades qui, chaque année, empruntent l'une des vallées. La contrée a gardé dans son atmosphère la mémoire de la catastrophe d'une manière absolument indélébile. A l'extrême sud des mares d'eau huileuses, les rochers s'interrompent subitement pour faire place à une dépression marécageuse salée.

    Une quantité innombrable de petits ruisseaux strie le terrain rougeâtre : celui-ci devient alors dangereux, sinon mortel pour qui n'est pas sur ses gardes. Les marais se prolongent jusqu'à la vallée désertique d'Aqaba, qui finit à la mer Rouge.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Une crête de 45 m s'étend, à l'ouest de la rive méridionale, vers le Negeb, en direction nord-sud, sur 15 km.

    Cette petite chaîne de montagnes est constituée presque exclusivement de cristaux de sel, et ce phénomène naturel lui donne, au soleil, autant de brillant qu'un diamant.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Cette chaîne, les Arabes l'appellent Djebel Ousdoum, un très vieux nom où s'est conservé le radical du mot Sodome. Ebranlés par les eaux de pluie, des rochers sont tombés au pied de la montagne. Ils ont des formes très curieuses : certains sont dressés comme des statues et leurs contours évoques à peu près celui du corps humain. On pense alors à la légende de la femme de Loth transformée en colonne de sel. Les montagnes salines sont situées non loin de l'emplacement de la vallée de Siddim.

    Ces nombreux éléments nous apportent une foule de détails sur le caractère particulièrement atroce du cataclysme qui s'est abattu sur les habitants de la vallée. Ceux qui purent s'éloigner de centre de la catastrophe risquaient encore l'empoisonnement par les gaz, et tout ce qui se  au voisinage de la mer de sel se recouvrit en très peu de temps d'une croûte caractéristique.

    Sodome et Gomorrhe - La destruction

    Il est donc bien évident qu'on ne retrouvera pas Sodome et Gomorrhe. La mer Morte les garde en son sein et ne les rendra jamais. Légende ou réalité ? Non loin de la vallée, à 3 km au nord d'Hébron, les Arabes vénèrent un sanctuaire, qu'ils appellent sanctuaire de " la colline de l'ami de Dieu ". Une légende, donc, assez réaliste !

      

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :