• La Cité des dieux

    En 1550, tandis que l'assujettissement de l'Amérique centrale par les conquistadors  espagnols bats son plein, le missionnaire et ethnologue Bernardino de Sahagùn écrit : " De Tamoachan, les nouveaux colons aztèques allaient faire des sacrifices au lieu appelé Teotihuacan où ils élevèrent deux monticules en l'honneur du soleil et de la lune. Ils sont pareils à des montagnes élevées à mains d'hommes. On les dirait naturels quoiqu'ils ne le soient pas. " Bien que la description des événements soit juste, des sacrifices avaient bien lieu sur le site, Sahagùn se trompe lourdement au niveau du contexte. 

    En effet, nous savons aujourd'hui que, loin d'avoir construit quoi que ce soit, les Aztèques ne firent que découvrir la "métropole" au XIIIe siècle alors qu'elle avait été abandonnée à la nature depuis très longtemps, avec ses temples et pyramides recouverts d'une végétation dense. Il s'agissait, selon la légende locale, de l'œuvre des géants. Etranges. Les visiteurs la baptisèrent Teotihuacan, dont l'étymologie diffère légèrement selon les sources. Mondialement connue sous le nom de " Cité des Dieux ", certains exégètes en proposent des variantes comme le "lieu de naissance des dieux", - "l'endroit où les hommes devenaient des dieux", - "La place divine", le lieu des adorations" ou encore selon la traduction de l'éminente linguiste américaine Thelma Dorfman Sullivan, "la ville de ceux qui contrôle la route qui conduit au ciel". Tout un programme...

    Dans la mythologie aztèque, les dieux se rassemblèrent jadis à Teotihuacan où se trouvait la "butte primordiale", l'origine du monde dans toutes les anciennes civilisation du globe, à la suite d'une longue période pendant laquelle la lumière du soleil avait disparu du ciel pour laisser place aux ténèbres. S'agit-il du souvenir embrumé d'un quelconque cataclysme, voire du fameux... Déluge ?    

    La Cité des Dieux

    Située à l'extrémité nord de l'Allée des Morts, devant une vaste place, la pyramide de la Lune - nom attribué par Bernardino de Sahagùn - mesure 46 mètres de haut. Semblable à une ziggourat mésopotamienne comportant quatre degrés et un escalier à pente raide dont certaines marches font moins de 10 centimètres de largeur, son cœur est constitué de briques d'adobe recouvert de pierres et de stuc.

    Résultat de la superposition de plusieurs monuments, ce qui était monnaie courante chez les peuples précolombiens, des fouilles menées en 1998 ont mis au jour un tunnel au bout duquel se trouvait une tombe  contenant le corps d'un individu ainsi que des offrandes constituées d'objets en jade, en pyrite et en obsidienne. Une découverte qui ne fait que conforter l'obsolescence d'une idée tenace jusqu'au début des années 1950 d'un passage souterrain découvert accidentellement en 1971 à partir d'une grotte naturelle.

    Exploré à l'époque d'une manière approfondie, entièrement creusé par l'homme, il est haut de 6 mètres et cours vers l'est sur plus de 300 mètres jusqu'à une zone située à l'aplomb exact du centre géométrique de la pyramide. Ici, le boyau débouche sur une autre grotte qui a été artificiellement élargie et sculptée à mêle la roche en forme de trèfle à quatre feuilles, "feuilles" qui sont en réalité des pièces d'environ  20 mètres de circonférence. S'agissaient-il de chambres funéraires ? La logique porterait à le croire.

    La Cité des Dieux

    Au sud de l'Allée des Morts, ultime pièce du puzzle Teohuacanos, l'immense complexe de 160 000 m² que les archéologues appellent  " la Citadelle " est sans conteste le point central de la métropole plusieurs fois millénaires. Enceinte gigantesque de 400 mètres de côté, elle abrite le temple de Quetzalcoati ainsi qu'une pyramide à sept degrés. Mais au fait, qui était Quetzalcoati ?

    Ce qui singularise le serpent par rapport aux autres animaux est la perte de sa peau, qui représente la transformation, le changement, la renaissance. Archaïque, sans pattes et au sang froid, il s'agit d'un symbole très ancien dans les différentes traditions religieuses du monde entier. Parfois associé au mal, la perte ou la mort dans sa version négative, il évoque le plus souvent la connaissance, la sagesse, la prudence et la vie dans son aspect positif. Au sein des mythes, la mission que confèrent les dieux à Quetzalcoati était d'ordre civilisatrice, moralisatrice, bienfaitrice, altruiste. Et son emblème était... le serpent. Mais s'agit-il vraiment de mythes ou de souvenirs d'un passé historique désormais lointain et révolu ? Au 16e siècle, au Mexique, le chroniqueur espagnol Juan de Torquemada recueillait par exemple une "légende" qui évoquait un homme blond au teint halé portant une longue barbe fleurie (Les amérindiens, l'instar de certains asiatiques, sont majoritairement imberbes, en particulier sur le visage). Ca ne s'invente pas. Une autre en parle comme d' "un mystérieux personnage, un homme blanc de robuste constitution, avec un front large, de grands yeux et une barbe qui lui tombait jusqu'au pieds. Il réprouvait les sacrifices, n'autorisant que les offrandes de fruits t de fleurs, et était tenu pur le dieu de la paix. Lorsqu'on lui parlais de la guerre, dit-on, il se bouchait les oreilles. " Ca ne s'invente pas non plus.        

    L'homme est souvent dépeint comme un sage qui arriva au Mexique après avoir traversé la mer à bord d'une embarcation qui avançait toute seule, sans l'aide de rames. Il avait la peau blanche, était de haute taille. Il apprit aux indigènes à se servir du feu pour cuire leurs aliments. Il construisit également des maisons et enseigna aux couples qu'ils pouvaient vivre ensemble comme mari et femme. Et, comme les hommes se querellaient souvent à cette époque, il leur apprit à vivre n paix. Ce qui avouons-le, n'est pas banal du tout. Selon un autre chroniqueur espagnol, le prêtre dominicain et missionnaire Bartholomé de Las Casas - devenu célèbre pour avoir dénoncé les pratiques hautement contestables des colons et avoir ardemment défendu les droits des Amérindiens entre 1512 et 1547 - , " les indigènes affirmaient que dans les temps anciens, vingt hommes étaient venus au Mexique. Leur chef s'appelait Quetzalcoatl. Ils portaient de longues robes flottantes, des sandales aux pieds et arboraient de longues barbes. Leur tête étaient nue. Quetzalcoatl enseigna au peuple les arts de la paix et fit construire de nombreux édifices."  

    La Cité des Dieux

    Comme les pyramides ? Il aurait également jeté les bases de l'agriculture et découvert le maïs. Médecin, connaissant les remèdes, il était le patron des guérisseurs et des devins. Il était vénéré comme législateur, protecteur des artisans et patrons de tous les arts. Un véritable dieu ! Mais qui était cet homme ? D'où venait-il ? Vraisemblablement d'un autre continent. En ce sens, le bassin méditerranéen ou l'Asir sont des candidats sérieux. Ce qui impliquerait une chose : des bateaux sillonnaient les océans bien avant Christophe Colomb, voire même les Viking. Bien entendu, les archéologues s'inscrivent en faux. Légende ! Affabulations ! Théories indéfendables ! Considéré comme l'un des principaux contributeurs aux avancées dans la connaissance de la civilisation précolombienne maya au début du XXe siècle, l'archéologue et épigraphiste américain Sylanus Griswold Morley affirmait pourtant que " le grand dieu Kukulkan, le Serpent à plumes, était l'équivalent maya du Quetzalcoatl aztèque, le dieu mexicain de la lumière et de la connaissance. Dans le panthéon maya, il était considéré comme le grand organisateur, le fondateur des cités, le créateur des lois et du calendrier. De fait, ses attributs, et l'histoire de sa vie, sont si humains qu'il n'est pas improbable qu'il se soit agit d'un personnage historique ayant véritablement existé, une sorte de grand législateur et organisateur dont on se rappela les bienfaits longtemps après sa mort, et dont la personnalité fut finalement divinisée. "

    Reste maintenant à trouver le lieu où il fut inhumé avec tous les honneurs qui conviennent, un lieu très certainement d'une importance capitale, centrale incontournable. Un lieu où " les hommes devenaient des dieux, Teotihuacan pourrait parfaitement convenir. 

    Octobre 2003, saison des pluies au Mexique. L'eau qui tombe sans discontinuer depuis des jours vient de révéler un vaste trou devant le temple de Quetzalcoatl. Chargé de la conservation de l'édifice, l'archéologue de l'institut national de d'anthropologie et d'histoire Sergio Gomez Chavez y pénètre avec prudence et découvre avec étonnement l'existence d'un tunnel à 14 mètre de profondeur. Le projet destiné à son exploration baptisé Tlalocan (chemin sous terre), a été initié en 2009 et continue encore à ce jour. Il se distingue par l'utilisation d'une technologie qui n'avait jamais encore été utilisée dans pareil cas, en l'occurrence un puissant scanner laser épaulé par deux petits robots mobile de haute technologie.

    La Cité des Dieux

     L'exploration archéologique de ce tunnel a montré qu'il mesurait 103 mètre, passait sous la pyramide du dieu et débouchait sur une grotte artificielle s'ouvrant sur 3 chambres. Condamné depuis au moins 1 700 ans selon Gomez Chavez et son équipe d'experts, les parois de ce tunnel sont imprégnées de pyrite, un minerai métallique qui réfléchit la lumière et, dans ce cas précis, servait à représenter la voûte étoilée, le monde des cieux. Une grande première... Tout comme l'excavation de plus de mille tonnes de pierres et de terre ainsi que la découverte de plus de 100 000 objets (jades, turquoise, caoutchouc, coquillages, statuettes d'hommes et de femmes...) qui seront une aide précieuse pour mieux comprendre la vision du monde et la religion des anciens peuples mésoaméricain. Fabuleux. 

    Gomez Chavez : " Mon hypothèse de départ était que nous allions trouver une tombe de quelqu'un de très important, en raison de la signification du lieu et des offrandes spectaculaires. " Ce qui n'a pas été le cas. Mais l'archéologue a des preuves qu'il en existait au moins une et qu'elle a été enlevée avant que le tunnel ne soit définitivement condamné par la construction des murs épais de l'intérieur vers l'extérieur. La dépouille sacrée de Quetzalcoatl aurait-elle, un temps séjourné ici - juste en dessous de la pyramide qui porte son nom et son symbole - avant d'être mise à l'abri quelque part ailleurs pour l'éternité. Si la réponse est oui, force est de reconnaitre qu'il s'en sera extrait sans bruit, discrètement, subtilement. Comme un serpent.  

      

        

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Nous sommes le 11 novembre 1979 à bord de la Supercaravelle immatriculée TAE 297 qui effectue la liaison Salzbourg-Las Palmas (Canaries). Il est 23 heures, 109 personnes sont à bord. tandis que l'avion commercial survole la mer Méditerranée, l'équipage remarque soudain, droit devant, une série de lumières rougeâtres qui se rapprochent à vive allure. Ni une ni deux, le commandant Francisco Lerdo de Tejada sollicite le centre de contrôle de Barcelone qui constate sur son scope radar qu'il n'y a pas d'autres avons aux alentours, mais note la présence de trois cibles inconnues mouvantes d'environ 200 mètres de diamètre (Plusieurs témoins basés sur le sol les aperçoivent également). Ne répondant pas aux injonctions d'identification, elles violent les règles élémentaires de sécurité aérienne... Situation critique. De Tejada prend alors immédiatement la décision de changer d'altitude. Les ovnis lui collent au train. Pas d'autre option que de procéder à un atterrissage d'urgence sur la piste de Manises, près de Valence

    Il est 22h45, tout le monde est sauf. L'un des "intrus" qui avait pris en chasse la Supercaravelle au cours de sa descente, survole la zone un instant puis disparait dans la nuit. Il vient en réalité de rejoindre sa formation qui croise maintenant au large des côtes de Sagonte. Terrifiant. Au vu de la situation - s'agit-il dune attaque ? -, un puissant Mirage F-1 décolle en trombe à 00h40 de la base militaire de Los Llanos pour atteindre la vitesse de mach 1,4 (environ 1 800 km/h). En quelques minutes, le pilote du jet acquiert un visuel... et perd l'usage de ses instruments de bord. 

    Dans une interview récente, Fernando Camara raconte avec force détail le déroulement des événements survenus à l'automne 1979. Pilote chevronné à seulement à seulement 33 ans, de nombreuses heures de vol à son actif, sa mission était d'identifier la nature des mystérieuses lueurs rouges. Camara : " Lorsque vous êtes en état d'alerte, votre seul objectif est de décoller immédiatement. Après avoir atteint la verticale de Valence, j'étais à 23 000 pieds lorsque j'ai distingué de vives lumières fantomatiques. Puis il y a eu d'énormes interférences électromagnétiques au niveau de mes instruments et du système d'armement. Comme j'avais l'expérience du vol de nuit en solo, j'ai commuté sur "off" tout le matériel non nécessaire dans l'immédiat ainsi que la caméra infrarouge. Naviguant à vue, j'ai vite remarqué la présence de plusieurs objets vraiment bizarres qui n'avaient absolument rien à faire là. J'ignore ce que c'était... Certainement pas un phénomène naturel ou quelque chose de prosaïque. J'ai tenté de les poursuivre pendant un bon moment, puis j'ai dû abandonner car il était impossible de les approcher à moins d'une certaine distance. Ils prenaient la fuite et revenaient. J'étais impuissant ! Aujourd'hui avec la technologie moderne, il serait éventuellement possible d'en savoir plus car de tels phénomènes sont beaucoup plus fréquents qu'on ne le pense. C'est épisode restera gravé dans ma mémoire pour toujours et je sais que les pilotes de chasse ou de ligne qui ont eu la "chance" de le vivre, car il y en a, ressentent tous la même chose, un sentiment de crainte et d'excitation à la fois. J'ai entendu certains individus prétendre que je n'ai rien vu ou que j'ai halluciné, affabulé. mais laissez-moi juste vous dire qu'ils n'étaient pas dans le siège du Mirage ce soi-là. C'est assez énervant... Qu'ils se taisent ! "      

             

     

     


    1 commentaire
  • L’évangile de Barnabé

    Origine de la polémique : deux manuscrits distincts au contenu à peu près similaire âgés d'environ 1 500 ans, l'un italien et l'autre espagnol, connus sous le dénominatif d' " Evangile de Barnabé " (à ne pas confondre avec Épître de Barnabé, omposé à la fin du 1er siècle par un compagnon de l'apôtre Paul de Tarse). Si le premier a été malheureusement perdu, le second aurait fait surface au XVIIe siècle après avoir été exhumé par l'érudit Johann Friedrich Cramer, consul du roi prussien Frédéric 1er.

    D'après l'écrivaine et conférencière Nathalie Trouiller, ancienne responsable de la communication du diocèse de Lyon, cet évangile se présente : " comme une vie de Jésus islamique correcte : il prie aux heures de prières musulmanes, interdit la consommation du porc, prône la circoncision, réfute absolument l'idée qu'il puise être Dieu et annonce la venue du prophète Mahomet. Pour les chercheurs occidentaux , chrétiens ou non, qui ont travaillé sur ce texte depuis son apparition, il est clair qu'il s'agit d'un apocryphe tardif qui ne peut avoir été écrit avant le XIIe siècle. " Pourquoi ? Parce qu’il précise ceci : " L'année du jubilé qui revient aujourd'hui tous les cents ans, reviendra caque année et en tout lieu, à cause du Messie. " Sauf que selon la loi juive, le jubilé est célébré tous les 50 ans et ce n'est qu'en 1 300 qu'il le sera tous les cents ans. Un bon point pour la " fraude pieuse " tardive et pseu-dépigraphique destinée à valoriser ou légitimer l'Islam. Mais admettons plutôt qu'il s'agisse simplement d'une erreur (de retranscription par exemple). Là ou le bât blesse, c'est que l’Évangile de Barnabé, précisément au chapitre 216, soutient que Jésus aurait échappé à la crucifixion. Blasphème ! Horreurs ! Hérésie !  Mensonges ! Rien ne va plus lorsqu'on touche à l'un des plus grands symboles du catholicisme que les puristes portent autour du cou ! Sauf dans le cas où un exégète de premier plan, dont les recherches s'étalent sur plus de dix ans, alimente cette version "alternative" de l'histoire religieuse avec des données factuelles.       

    Docteur en théologie à l'université de Göteborg spécialisé dans l'étude du Nouveau Testament, Gunnar Samuelsson affirme qu'il n'existerait aucune preuve que les Romains pratiquaient effectivement la crucifixion à l'époque du Christ. Autrement dit, la "légende" de son exécution serait fondée sur les traditions de l'Eglise chrétienne et les illustrations artistiques plutôt que sur des textes antiques. Attention, le chercheur ne réfute pas l'existence d'un homme nommé Jésus, c'est même plutôt l'inverse : " C'est un fait bien documenté qui a laissé une assez bonne empreinte dans la littérature de l'époque. Il a fait des déclarations audacieuses, réalisé certaines choses étranges (miracles), dispensé un enseignement et attiré des disciples qui le considéraient comme un être sage et divin. Malgré ce que les médias le laissaient entendre, je ne suis pas un païen dont l'objectif est de saper la foi chrétienne ! Je crois au contraire que Jésus a marché sur cette planète, qu'il est retourné vers Dieu et reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts. " Ceci étant, Samuelsson suggère qu'il faut appréhender les sources anciennes ad literam et non chercher à les interpréter ou les orienter selon ses propres convictions. En raisonnant de cette manière, dit-il, on a tôt fait de s'apercevoir que la Bible ne fait jamais directement référence à une crucifixion et encore moins à l'utilisation de clous. Lu tel quel, le texte mentionne seulement que Jésus portait un staurus vers le Calvaire. En d'autres termes un... poteau. Samuelsson d'ajouter : " Si vous chercher des textes qui dépeignent l'acte de clouer sur une croix, de fixer quelqu'un dessus, vous ne trouverez rien du côté des Évangiles. En réalité, comme j'essaie de le démontrer dans ma thèse, les verbes utilisés ont un sens beaucoup plus large qui se réfère à la notion de "suspendre". C'est le cœur du problème. Les Romains "suspendaient" les criminels mais n'employaient pas une méthodologie stricte et systématique appelée "crucifixion". Les textes saints qui décrivent la Passion ne sont pas aussi riches d'informations que nous le voudrions. C'est dommage mais c'est ainsi. "   

     


    1 commentaire
  • Ovnis de l'USS Nimitz

    Les hommes en noir, ou Man in Black, constituent une facette incontournable du phénomène ovni que même les sceptiques purs et durs n'oserait contester. Dans son ouvrage Les MIB, preuves, cas célèbres et histoires vraies, l'ufologue britannique Nick Redfern résume la situation de belle manière : " Ce qui, pour beaucoup, relevait encore il y a peu du domaine classique d'actions conduites par des agents secrets liés au FBI ou au Pentagone, n'est en fait rien de tel. Oui, dans certains cas, d'énigmatiques personnages qui se cachent derrière un paravent gouvernemental font tout ce qui est en leur pouvoir pour nous garder dans l'ignorance . Bien sur, il y a des erreurs, des canulars... Mais le vrai phénomène des Hommes en noir est beaucoup plus étrange et terrifiant que de "simple" agents dont la mission serait de faire taire les témoins à propos de ce qu'ils ont vu dans le ciel. Pourquoi ? Simplement parce que leur emprise psychique va au-delà du rationnel. Si la théorie du chercheur Joshua P. Warren est exacte, si ces être viennent de notre avenir lointain, alors nous devons reconsidérer nos croyances et notre science, admettre que nous sommes manipulés de façon subtile depuis longtemps - et pour encore longtemps; " Redfern de donner un conseil : ne jamais ouvrir la porte aux Visiteurs ! Un conseil qu'il n'est pas facile de suivre, d'autant plus que lorsqu'on est rompu aux ordres de supérieurs eux-même visiblement dominés par une instance... omnisciente.

    Technicien radar, le quartier-maître Gary Voohis se trouvait en novembre 2004 dans la salle de commandement du croiseur USS Princeton au cours de l' "incident" entre ovnis et chasseurs F/A-18 F Super Hornet.  S'il a eu de la chance , via son écran, de voir en direct les évolutions extraordinaires de ces objets, autant dire qu'il n'a pas manqué de les enregistrer. En février 2020, il nous fait part d'un élément nouveau. Le voici : " Toutes les cassettes qui contenaient les données récoltées par les capteurs des différents navires constituant la flotte du porte-avions USS Nimitz ont été saisies. En ce qui me concerne, peu de temps après les faits, deux gars habillés en costumes civil sont venus me voir pour me confisquer les disques durs de a console informatique. Ils ne se sont pas présenté, je ne sais pas qui ils étaient ni d'où ils venaient... Mais j'au dû obtempérer. C'était les ordres. "

    Kévin Day est un collègue de l'époque dont nous parlons, et il nous donne son témoignage. Kévin Day n'a pas rencontré d'homme en noir, mais la finalité reste la même. Diplômé de la célèbre Navy Fighter Weapons School, plus connue sous le nom de " Top Gun ", premier maître principal expert du système radar SPY-1, Day est le contrôleur NavyAir qui demanda directement aux pilotes de chasse de modifier leur cap initial pour se diriger vers les ovnis. Créateur du groupe UAP Expedition, il confie : " En tant que professionnel de l'interception, je m'inquiète que des objets inconnus à la technologie plus avancée que la nôtre puisse impunément venir nous narguer dans l'espace aérien. Ces appareils qui maîtrisent visiblement l'antigravité sont capables de véritables prouesses comme des accélérations soudaines, une disparition subite, se muer à des vitesses hypersoniques sans technosignature et une faible observabilité. En fait, ces ovnis se sont comportés comme s'ils étaient vivants, conscients et doués d'une sorte de prémonition... je n'ai jamais rien vu de tel de toute ma carrière ! Quelques jours après les faits, j'étais bien déterminé à rédiger un rapport et le présenter aux pontes du haut-commandement pour qu'ils le valident. Je me suis donc rendu au centre d'information de combat bien déterminé à revoir les enregistrements et réécouter les communications entre les pilotes et les navires de la flotte. Las ! j'ai constaté que certains disques durs manquaient ou qu'ils ne contenaient plus aucune donnée... Je n'ai jamais vu ça. C'est un véritable mystère.

    De son côté, Patrick "PJ" Hugues a servi dans la Marine de 2003 à 2010 en tant que technicien en électronique (radar APS-145) et armement à bord de l'avion de surveillance aérienne Grumman E-2 Hawkeye. En novembre 2004 Hugues faisait partie d'un escadron embarqué sur le Nimitz où il a pu suivre les événements de très près : " En me basant sur mon expérience et mes connaissances, j'estime à 60 % les chances qu'il puisse s'agir d'une technologie terrestre sans être capable d'en définir la nature. Les vidéos prisent pour l'occasion sont réelles mais j'aurais aimé que les versions originales soient accessibles au public, ce qui 'est pas le cas. En ce qui concernent les enregistrements de ces ovnis, je puis seulement vous dire que deux officiers de l'US Air Force sont montés à bord du porte-avions et qu'ils ont pris les enregistrements du vol du Hawkeye qui conceraient les interceptions. "  On veut bien. Mais que viendraient faire des officiers de l'armée de l'Air dans une situation qui regarde exclusivement la Marine ? Quelle était leur légitimité pour qu'ils se permettent ainsi de confisquer des pièces à conviction d'un autre corps d'arme ? Appartenaient-ils vraiment à la force aérienne ou s'agit-il d'un habile subterfuge ? On ne le saura probablement jamais. Le fait est que personne ne les empêcha d'accomplir leur besogne. Une bien sombre besgne. Presque...noire.  

         

     


    1 commentaire
  •  

    Connu sous le nom de mngwa (bête étrange), l'animal aurait l'allure d'un félin aussi grand qu'un âne adulte, serait doté d'oreilles minuscules, d'une longue et large queue et d'un pelage ras. Tacheté au niveau du dos et de la tête, rayé de noir sur les flancs et les pattes, on dit qu'il "ronronnerait" pendant ses repas... Bizarre. Les mâles mesureraient plus d'1,70 mètre de long avec une queue d'environ 90 centimètres (pour un poids de 120 kg). Bien que nettement plus grandes, ses empreintes sont semblables à celles du léopard. D'après les traces répertoriées justement, ainsi que les touffes de poils récoltées sur les cadavres de ses victimes, nous serions en présence d'un chat tabby ("tigré") que feu le zoologue belge Bernard Heuvelmans rapprochait d'une forme gigantesque de chat doré africain. Une certitude : l'animal est très dangereux pour l'homme. 

    Historiquement, le mngwa fait partie du folklore local de l'Ouganda, l'Ethiopie et Madagascar . Ses "exploits" sont chantés par la littérature swahilie depuis plus de 900 ans, depuis que les chasseurs sont entrés en concurrences avec les grands carnivores pour s'attribuer les herbivores. C'est en 1922 qu'il va vraiment se faire connaître au Tanganyika, la Tanzanie moderne lorsque les autochtones vont rapporter l'enlèvement de femmes, d'enfants et même de valeureux guerriers. Le scénario est toujours le même : tombée de la nuit, rugissement lugubres proches des villages et à l'aube, constatations de traces de lutte avec la découverte de corps déchiquetés tenant parfois dans leurs mains des touffes de poils gris ne correspondant pas à ceux d'un quelconque lion. Le premier européen qui récolta des indices probants sur l'existence de la bête est le naturaliste britannique Franck W; Lane. Il écrit : " Une série d'événements survenus dans certains villages de pêcheurs sur la côte de Tanganyika eurent pour effet de transférer le mngwa du royaume de la fantaisie indigène à celui des rapports gouvernementaux. " Bernard Heuvelmans nous a transmis les rapports de William Hitchens, attaché aux Services administratifs de renseignement du Kenya. Au début de son enquête, Hitchens pensa que les attaques étaient dues à des lions malades ou trop âgés pour chasser leurs proies favorites. Mais les indigènes savaient faire la différence entre un lion et un Mngwa...Dans les villages où il séjourna un temps, on lui fit le récit d'attaques nocturnes. Le Liwali (homme vénérable cultivé) du petit bourg de Lindi lui assura que l'animal chassait en meute, qu'il ne s'agissait pas d'un lion mais plutôt d'un énorme chat au pelage tigré. Hitchens rapporte également qu'il vit un habitant du village Mchinga sur une civière, affreusement blessé. il s'agissait d'un pisteur, chasseur de léopards et de lions. C'était bien le Mngwa qui l'avait attaqué, il en était certain et n'aurait jamais confondu les espèces entre-elles.

    En 1938, une discussion concernant l'identité de la bête anima les colonnes du très sérieux British Scientific Journal Discovery. Quelques part, ses méfaits étaient à rapprocher furieusement de ceux commis dans le Gévaudan en France, de 1764 à 1767, car on assistait à une incapacité totale des populations à réagir efficacement face aux carnages à répétition... L'armée intervint à plusieurs reprises car des villages étaient clairement menacés. Et il fallait absolument trouver un coupable. mais rien n'en ressortit si ce n'est les conclusions du chasseur professionnel Patrick Bowen : un gros lion semblait être le coupable idéal bien que des empreinte bien dessinées découvertes dans un sol dur et sablonneux ne ressemblèrent à rien de connu. Un léopard, peut-être, mais alors d'une taille résolument monstrueuse... Et au très mauvais caractère. 

    Au regard du caractère étrangement insaisissable du Mngwa, certains observateurs n'ont pas tardé à incriminer les sanguinaires agissements des " hommes-léopards " ou secte de l'Aniota, une société secrète qui a semé la terreur en Afrique de l'Ouest au cours des années 1940. Revêtus de peaux de léopards, ou d'un costume singeant la robe du fauve, ses membres imaginaient en acquérir la puissance et attaquaient puis lacéraient les villageois à l'aide de griffes en métal qui occasionnaient d'atroces blessures. Le plus souvent, ils mangeaient la poitrine de leur victimes... A l'époque, bon nombre de ces attaques furent mises sur le compte d'un être surnaturel mi-homme mi-léopard, si ce n'est du Mngwa en personne. Si des chercheurs comme l'ornithologue français Jean-Jacques Barloy penche pour l'hypothèse de la secte, on ne peut être d'accord étant donné que l'examen des victimes montre des traces de dents et de déchirures que seul un animal carnassier est capable d'occasionner au niveau corporel.

    Maintenant le Mngwa est-il réellement un léopard ? En fait très peu de ces félins sont anthropophages et il ne semble pas exister de spécimens qui arborent un pelage gris, à moins qu'il ne s'agisse de cas modérés de mélanisme (mutation génétique qui apporte un surplus de pigments et rend la peau ou la fourrure d'un animal noire). Une panthère ? Comme le souligne avec justesse le regretté cryptozoologue Bertrand Cèbe, " les ravages du Mngwa ne s'observent que sur la côte tanzanienne. Pour quelle raison ou déraison les panthères seraient-elles devenues mangeuses d'hommes là et pas ailleurs ? Et selon quelle variation ou mutation obscures atteindraient-elles la taille d'un lion ? " Ni lion, ni léopard , ni panthère donc... Cèbe d'ajouter néanmoins : "Oserai-je pour mon compte avancer une timide suggestion ? La bête étrange pourrait être une forme africaine et géante de la panthère nébuleuse de Malaisie. " C'est une possibilité. 

    Nous l'avons vu, Heuvelmans identifiait le Mngwa à un colossal chat doré africain. Cet élégant félin, qui fait normalement deux fois la taille d'un chat domestique adulte est d'une coloration variable qui peut, chez certains spécimens, être entièrement mélanique. C'est un premier trait commun avec notre "monstre". On observe également que sa robe possède des touffes de poils sur le dos du cou et l'avant des épaules. Seconde concordance. Le chat doré africain est extrêmement vigoureux, ses pattes sont puissantes et agiles. Il est en outre solitaire et s'active la nuit, à l'aube ou au crépuscule. Comme le Mngwa. Cinquième et dernière similarité, il vit dans la forêt humide. Par contre, la distribution géographique de ce félin est propre à l'Afrique de l'ouest... Alors ? Une forme de caracal géant pourrait éventuellement convenir. Espèce distincte qui mène une existence solitaire, de mœurs nocturnes et très discrète dans ses déplacements, il possède le corps du puma et les pattes du guépard. Las ! Sa robe de texture rude, n'est jamais tachetée ou rayée. Bien entendu, nous pourrions passer en revue tous les félins qui vivent en Afrique, leur attribuer une taille démesurée  et en faire des Mngwa. Pourquoi ne pas imaginer dans ce cas qu'il puisse s'agir d'un serval habitant typique des forêts montagneuses, agile sauteur, bon coureur et remarquable grimpeur ? Lui aussi, dont la distribution géographique sur le continent est immense, chasse de préférence à l’aube ou au crépuscule en prenant ses proies en embuscade. Un serval d'une taille exceptionnelle ? Non, le mngwa est un cas unique, peut-être un félin unique, pourquoi pas un gigantesque hybride distinct du lion et du léopard ? Car les habitants de l'est africain n'affirmeraient jamais que ce sot des animaux qu'ils connaissent parfaitement qui les terrorisent à ce point. On peut leur faire confiance à ce point. On peut leur faire confiance : il n'y a absolument aucune confusion dans leur esprit.               

       


    1 commentaire