• Michael Kane, un physicien américain, invente un transmetteur de matière. Mais l'appareil se dérègle... Il est projeté sur la planète Mars où héros et barbares s'affrontent en des combats terribles ! L'épée de Kane trace un chemin sanglant ! Géants bleus, monstres voraces, princes pervers des cités décadentes, rien ni personne ne peut l'arrêter car il est à la recherche de sa bien-aimée, la princesse de Varnal, la belle Shizala !

    **********

    En introduction de ce cycle, Moorcock explique qu'il a appris le métier en se mettant dans les pas de Burroughs, le créateur de Tarzan et du "Guerrier de Mars", dont il est redevable pour la simplicité et l'efficacité de sa technique d'écriture.

    Les deux premiers romans du cycle "La Cité de la bête" et "Le Seigneur des araignées" racontent plus ou moins la même histoire ; il sauve la princesse à mainte reprise dans La Cité de la bête et, de retour sur Terre, il construit un nouveau transmetteur et traverse le temps et l'espace afin de rejoindre Shizala sur la planète Mars. Dans "Les Maîtres de la fosse", dernier volet de la trilogie, et le plus originale et le meilleur des trois, nous le retrouvons marié et devenu prince de Varnal. Il doit chercher un remède à une épidémie qui décime son peuple d'adoption.

    Au fil du cycle, les obstacles et les dangers vont crescendo. Géants bleus, monstres aux pieds velus, princes vicieux de cités pourries par la luxure, animaux trangéniques, guerriers fous, conquérants démoniaques, tous les ingrédients de l'héroic fantasy sont bel et bien présent.

    De l'aveu de l'auteur, il ne faut pas chercher autre chose dans ces trois romans que l'évasion, le délassement. Il est vrai que tout concourt  une lecture facile et rapide.      

     


    votre commentaire
  •  

    Les enfants rois du récit de Bernard Lenteric sont les sept enfants les plus intelligents du monde, rien que ça. Ils ont réussi avec brio les épreuves conduites par Jimbo Farrar dans le plus grand secret depuis plusieurs années, et seul celui-ci peut concevoir l’importance de ses résultats. Jimbo Farrar, lui-même désigné comme un homme d’une très grande intelligence, se prendra de pitié pour ces sept petits génies qu’il sait inévitablement condamnés à la solitude parce qu’ils ne peuvent supporter les esprits limités de ceux qui les entourent. C’est pourquoi, toutes les années, il fera une brève apparition dans leur vie pour leur rappeler qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils seront bientôt réunis pour former l’entité la plus intelligente de ce monde. Ceci se produira avec l’ouverture d’une école qui, au terme du programme, regroupera quelques centaines d’enfants parmi ceux ayant obtenus les meilleurs scores aux épreuves.

    Le viol et le passage à tabac de l'un d'entre eux va mettre le feu aux poudres. A partir de ce moment-là, la belle mécanique imaginée par Jimbo Farrar se détraque et les sept petits génies, une fois regroupés, deviennent aussi hargneux et crétins qu'une bande de hyènes décidées à tout décimer sur leur passage, à la différence près que leur meilleure arme sera leur intelligence hors du commun.

    **********

    Ce livre nous plonge dans l'univers extraordinaire des surdoués. Bien que l'on sache que les sept ne sont pas fréquentables, ils restent néanmoins attachants. L'histoire est captivante avec beaucoup de suspense et l'humour n'y est pas absent.

    La nuit des enfants rois est aussi un roman sur l'adolescence et ses conséquences sur le passage à l'âge adulte. Ils sont au cœur d'une violence générée par leur changement caractérisé par le passage de l'adolescence. Cette période sera marquée par une haine destructrice qui va les mener jusqu'au meurtre. Ce passage, considéré généralement comme difficile, est ici amplifié jusqu'à être complètement destructeur. Ce traumatisme généré par une nuit de violet d passage à tabac déclenche ce processus de destruction. Mais bien qu'ils tuent froidement, ils restent humains. Cela peut paraître paradoxale mais c'est ainsi.

    La narration nous permet de suivre l'évolution de ces enfants, comprendre ce qui fait qu'ils deviennent ce qu'ils deviennent. Nous suivons dans des chapitres court mais prenant, leurs plans ainsi que leurs raisonnements malins et intelligents. Une constatation s'impose : ils sont intelligents, cruels, et impitoyablement logique dans leurs raisonnement. 

    Un message effrayant, une enquête terrifiante, un grand suspense et un bon moment de lecture. 


    votre commentaire
  • Albert Jons Morrison est un neurophysicien américain rejeté par ses collègues qui n'acceptent pas ses théories et le prennent pour un fou. Mais les russes le considèrent comme l'homme de la situation pour les aider à mener à bien un projet menacé d'être supprimé par le gouvernement soviétique en l'absence de résultats immédiats. Or Chapirov, le neurophysicien russe à l'origine de cette recherche, se trouve dans le coma.

    Devant le refus de A. J. Morrison de coopérer avec eux, les russes l'enlèvent et l'emmènent en URSS. Leur but : demander à celui-ci d'aller récupérer les pensées de Chapirov à l'intérieur du cerveau de celui-ci. A contrecœur Morrison sera membre d'une équipe d'expédition russe qui sera miniaturisée avec un sous marin, puis introduite dans les cellules nerveuses en question...

    **********

    Isaac Asimov n'aimait pas trop le "Voyage fantastique" qu'il avait écrit sur commande sur base du script du film. En 1987, il a donc décidé de faire son propre voyage dans le corps humain : Destination cerveau

    Le film "Le Voyage fantastique" remporta l'Oscar des Meilleurs effets spéciaux visuels et celui des Meilleurs décors. Il fut également nominé pour la Meilleure photo, Meilleurs effets spéciaux sonores et meilleur montage. Il fut aussi nominé au pris Hugo de science-fiction. Mais parlons du livre...

    D'emblée, Destination cerveau se distingue par sa taille : là où l’original faisait environ 250 pages, le remake en fait 500. Il est plus fouillé, plus exacte scientifiquement et les personnages sont plus travaillé. La progression est lente du à un bavardage propre à Asimov. Ce roman peut être qualifier de hard-science, mais le grand talent d'Asimov est de rendre particulièrement digeste tout ses écrits et "Destination cerveau" ne fait pas exception à la règle. La majeure partie des descriptions et explications données par Asimov servent parfaitement le récit du voyage, passant au crible, toutes les interrogations et incohérences qui pourraient amener la technologie de la miniaturisation.

    L'idée est géniale, le texte a été créé en 1986, et est quasi visionnaire : la justesse dans la description des neurone, de la liaison synaptique, la reconnaissance électromagnétique des structures moléculaires... pensons que tout cela se passe à chaque seconde en chacune de nos cellules et qui nous permet d'être en vie.  

     


    votre commentaire
  • Le récit s'ouvre sur un vieil homme dans une pièce close à la fenêtre condamnée. M. Blank, ainsi que le nomme le narrateur, n'a plus de souvenirs. Il ne sait pas pourquoi il est dans cette chambre, qui il est, qui sont les personnes sur les photographies empilées sur le bureau. Ce qu'il sait, c'est que son cœur est empli d'un implacable sentiment de culpabilité. En même temps, il ne peut se défendre de l'impression qu'il est victime d'une injustice terrible.

    A mesure que la journée se déroule, Mr Blank rencontre différentes personnes et apprend ou réapprend l'existence d'individus qu'il aurait envoyés en mission. Pour faire quoi ? Il ne s'en souvient pas, mais ces personnes nourrissent à son égard un profond ressentiment. Sur le bureau, il y a le manuscrit d'un certain Sigmund Graf : ce narrateur raconte une histoire dans un univers inconnu. Mais l'histoire n'est qu'une ébauche et c'est à M. Blank de combler les blancs...

    **********

    Tout le récit va se dérouler entre ces murs avec ce vieil homme que nous appellerons Mr Blank, muré dans une cellule blanche et habillé de la tête au pieds en blanc par une garde malade amoureuse et totalement dévouée.

    Sommes-nous dans le monde réel ou dans l'imaginaire de ce malade ? Ce livre flirte avec la fiction et la réalité.  Pourquoi donc lui fait-on prendre des cachets qui lui font perdre la mémoires et l'équilibre ? Pourquoi ressent-il ce terrible sentiment de culpabilité ? Qui sont ces fantômes qui le hantent sitôt qu'il ferme les yeux et qui semblent réclamer justice ?  

     Nous ne sommes pas très loin de Kafka tant les situations sont absurdes et les personnages incompréhensible.

    Il est très difficile de résumer un livre sans en dire trop. Sachez simplement que ce livre est d'une rare intelligence, un de ces bouquins qui marquent à jamais et que tout jeune écrivain devrait lire.


    votre commentaire
  • L'agent Peter Grant ne croyait pas aux fantômes, jusqu'au jour où un étrange personnage lui affirme avoir assisté, au meurtre sur lequel il enquête. Un témoin providentiel... s'il n’était mort depuis plus d'un siècle ! Et Peter n'est pas au bout de ses surprises : recruté par l'énigmatique inspecteur Nightingale, il intègre l'unité de la police londonienne chargée des affaires surnaturelles. Au programme, traquer vampire, sorcières et autres créatures de la nuit ; faire respecter les divers accords passés entre les forces occultes de Londres ; réconcilier les divinités qui se partagent la Tamise....

    Peter doit en passer par là, s'il veut un jour devenir à son tour le dernier sorcier de Londres.

    **********

    Bourré de bonnes idées, de références culturelles anglaises ou Gek et d'humour du même tonneau, Les Rivières de Londres débute une série qui plaira énormément aux amateurs de Doctor Who, Harry Potter, Torchwood et autres... dans un Londres magique et inquiétant. Rien d'étonnant lorsqu'on sait que Ben Aaronovitch a été l'un des scénaristes de la série Doctor Who. 

    Le mélange entre fantasy et policier fait merveille. L'imaginaire est à chaque page. Un constat s'impose d'entrée ; la magie existe. Elle est puissante et tire sa grande puissance de la même source que le célèbre fog londonien : la Tamise, domicile de dieux et déesses. L'auteur aborde le panthéon de divinités fluviales "mondiales" avec bonheur.

    Fan de thriller, de roman policier, de fantastique ou de fantasy, ce roman est pour vous.  

     


    votre commentaire