• OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

     

    OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

    Connu surtout pour avoir été présentateur du journal télévisé pendant de longues années, Jean-Claude Bourret est l'un des plus célèbre spécialiste des ovnis.


    Écoutons le :

    D'où vient cet intérêt pour les ovnis ?

    Travaillant à France Inter je reçois le 13 novembre 1973 une dépêche de l'Agence France-Presse. Elle raconte une affaire qui me semble incroyable. A Turin, en Italie, un ovni est détecté par le radar de l'aéroport. Des avions qui attendent pour atterrir le voient pendant de longues minutes. Un pilote tente vainement de le poursuivre. Au sol il est photographié par un journaliste. Tous les éléments d'un fait exceptionnels sont réunis. Le reporter envoyé sur place confirme l'affaire. Le fait reste inexplicable aujourd'hui.

    Avant cette affaire j'aurai certainement souri en disant : " les ovnis sont comme le monstre du Loch Ness, des contes et des légendes."

    OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

    Quels sont les éléments qui ont modifiés votre attitude ?

    J'ai eu la  chance extraordinaire de tomber sur un cas solide dès la première fois. Sur 100 cas 92 sont parfaitement explicables. Il reste 8 à 10 cas pour lesquels il ne se trouve pas d'explication rationnelle. J'ai eu de la chance.

    Pouvez-vous nous raconter une affaire ?

    Au début des années 1980, en Dordogne, vers minuit, une jeune fille rentre chez elle. Elle a le sentiment d'être suivie par une boule lumineuse. Elle n'y attache pas beaucoup d'importance, sans doute un reflet du pare-brise. Mais subitement elle constate que le reflet passe à droite, puis la dépasse : une boule lumineuse apparaît dans la voiture. La jeune fille veut en avoir le cœur net. Elle arrête son véhicule, descend. La boule accélère, ralentit, semble se rapprocher d'elle. La conductrice remonte dans sa voiture et tente de revenir au village. A ce moment-là, une sorte de rayon sort de la soucoupe volante et frappe l'automobile. La jeune fille ressent des picotements dans tout le corps.


    Folle de terreur, elle cherche refuge chez ses parents. La boule la suit toujours. Lorsque la famille sort pour la secourir, elle ne voit plus que la luminosité du phénomène. En partant, celui-ci lance encore un rayon qui matérialise une sorte d'auréole.
    Pour ce cas il y a deux hypothèses : soit la jeune fille dit la vérité, en ce cas ce qu'elle a vu est complètement inexpliqué ; soit elle a racontée une histoire inventée de toute pièces.

    OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

    Quels sont les cas les plus extraordinaires qui ont eu lieu à l'étranger ?

    Deux affaire américaines présente le plus grand intérêt. Dans les deux cas il s'agit de fuite du Pentagone. Ce qui prouve que lorsque un événement extraordinaire se produit, le secret ne tient pas, fût-il militaire.

    En 1975, sur des bases stratégiques américaines, des pilotes qui atterrissent se plaignent que des avions décollent n'importe comment. " Ce ne sont pas des avions", répond la tour de contrôle. L'alerte générale est donnée. Les jeeps des commandos avec leurs chiens de guère arrivent. Ils sont là pour défendre les silos où sont entreposées les bombes atomiques. Ils voient tourner autour d'eux des boules lumineuses, silencieuses. Les chiens sont affolé. Quelques minutes plus tard, les boules lumineuses partent à grandes vitesse sous les yeux des témoins.

    L'année suivante, en Iran, deux Phantom reçoivent l'ordre d'intercepter un ovni immobile. Ils le trouvent à 10 500 m d'altitude. Ils reçoivent alors l'ordre de tirer un missile air-air. Le pilote vise l'immense engin en forme de cigare qui fait 100 à 150 m de long. Immédiatement, tous ses systèmes électroniques sont neutralisés. Il ne peuvent rien faire d'autre que piloter. De l'arrière du cigare sort une sorte de petit ovni qui descend vers une colline, semble lâcher quelque chose, remonte dans le vaisseau-mère, et le tout disparaît. Les avions retrouvent alors tout leur potentiel.
    Nous avons le nom des protagonistes. Ce ne sont pas des affabulateurs.

    OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

    Les deux affaires que vous venez de citer sont hors du commun, par la qualité des témoins, ainsi que par le repérage radar. En général, les radars ne peuvent signaler les ovnis.

    Ce n'est pas exact. Il y a un certain nombre de cas où les radars ont signalé les ovnis. Le faible taux de réussite s'explique fort bien. Un radar ne peut pas capter n'importe quoi. Chaque modèle a une portée différente, des vitesses de rotation qui varient. L'immense majorité des radars civils et militaires sont capables d'intercepter des objets dont la vitesse se situe entre 100 et 2 000 km/h.
    Si un objet arrive hors de cette fourchette, compte tenu des capacités techniques du radar, il ne pourra pas être détecté dans des conditions satisfaisantes.

    OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

    Il est donc possible qu'un ovni ne puisse être détecté ?

    Nous venons de parler de la vitesse. Mais il y a aussi une autre hypothèse. On constate que les soucoupes volantes sont entourées par des sortes de halos lumineux qui pourraient être des ondes électromagnétiques. Ce qui produirait une masse d'air ionisé absorbant les ondes radar.

    Le mot de la fin ?

    Pour l'instant, je suis convaincu qu'il s'agit du plus grand problème scientifique et philosophique de notre temps. Dans ce domaine, la coopération de toute la communauté scientifique est indispensable. Chaque fois qu'un scientifique s'est donné la peine d'étudier le sujet sans idées préconçues, il est devenu convaincu qu'il y a quelque chose.
    J'en tire, aujourd'hui comme hier, trois conclusions.

    OVNI : Entretien avec Jean-Claude Bourret

    Cela existe véritablement.
    C'est la manifestation d'une intelligence.
    Cette intelligence n'est pas humaine.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :