• Les esprits frappeurs sont parmi nous

     

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    Pour connaitre l'origine de l'énergie mystérieuse qui déclenche les spectaculaires manifestations de psychokinésie spontanée
    récurrente (PKSR), on a cessé de se pencher sur les esprits ou sur le démon pour étudier avec attention les réactions des " victimes ".

    Souvent, on le sait, ces PKSR sont liées à des états émotionnels particuliers, généralement causés par de violentes tensions sexuelles. Cette explication n'est pourtant jamais entièrement satisfaisante.
    Les cas de PKSR ne seraient-ils pas, tout simplement, d'origine physique ?

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    On a pu observé une série de réactions psychiques à des poltergeists.
    Première constatation : une perte de poids assez nette a été enregistrée. Cette " dépense " correspond d'ailleurs aux dires de plusieurs médiums, véritablement épuisés par des séances de psychokinésie.
    Eusapio Palladino, un voyant de la fin du XIXè siècle, perdait jusqu'à 9 kg par séance !

    Il y a plus curieux : les objets eux mêmes perdent du poids !
    En Irlande, au cours d'une expérience, une table s'allégea de 8 kg...
    La précision de ces mesures est pourtant rarissime : les poltergeists ne préviennent pas et n'indiquent pas à l'avance aux chercheurs quels objets ils vont faire " voler ".

    Deuxième constatation : les pièces où se déroulent des phénomènes de PKSR subissent une baisse brutale de température. Des enregistrements très précis font état d'une chute de 5° C en 10 secondes. Cette perte soudaine de chaleur pourrait expliquer l'accumulation d'énergie constatée dans les pièces où ont lieu des PKSR ainsi que le règlement fréquent des appareillages électriques de la pièce. Les spectacles de téléviseurs mis en marche sans intervention humaine, de cuisinières déclenchées comme par une télécommande ou d'éclairage devenus fous sont fréquents. Détails gênant pour les chercheurs : cette énergie vagabonde tend à perturber les appareils d'enregistrement, notamment les magnétophones ou certaines caméras vidéo. 

    Troisième constatation : on assiste parfois à la création de charges électriques particulièrement condensées. Cette énergie peut développer, en quelques instants, une puissance considérable et engendrer les bruits les plus divers.

    Quatrième constatation : un lieu a pu être établi entre PKSR et hyperventilation pulmonaire. L'hyperventilation consiste à respirer profondément et rapidement pour enrichir l'oxygène du sang. Les médium ont d'ailleurs de plus en plus recours à ce procédé pour se mettre en état de transe.

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    Les cause et les effets, psychologiques des poltergeists sont beaucoup moins faciles à étudier, même si la plupart des victimes présentent les mêmes symptômes et vivent la même expérience. Il arrive ainsi que les manifestations de PKSR provoquent des apparitions du trouble intérieur suscité par la poltergeist ou s'il s'agit d'autre chose.

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    La névrose semble être une autre condition de psychologique associée aux PKSR. Le somnambulisme également.
    Une série de test pratiqués dans un laboratoire sur une ménagère soviétique, Nina Kuligana, ont montré qu'il existait une relation étroite entre les facteurs physiques et psychologiques pour déclencher des psychokinésie. Nina Kuligana était un sujet particulièrement doué : elle pouvait séparer à volonté et reméler le blanc et le jaune d’œuf sans le toucher. Elle pouvait également arrêter le cœur d'une grenouille en supprimant un courant électrique : on ne lui avait pas dit que les électrodes étaient reliées à une créature vivante.

    Dans d'autres test, on a surveillé l'activité électrique de son crâne, son rythme cardiaque et sa tension au niveau des poignets. On a pu constater que l'activité électrique de son cerveau augmentait et atteignait un seuil très élevé.

    Le champ magnétique augmentait également autour de la ménagère russe. Quand toute les forces électriques et électromagnétique de son corps étaient à leur paroxysme, elles paraissaient se fonder en un seul rythme... A ce moment-là, elle pouvait faire se déplacer les objets à distance, sans jamais les toucher. Nina Kuligana perdait 1,8 kg par séance !

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    La surveillance permanente de sa forme physique devait monter qu'elle était dans un état anormal de tension nerveuse. Au cours d'une expérience, il est arrivé qu'elle souffre de petits malaises. La teneur en sucre de son sang était modifiée. Son pouls devenait irrégulier. Tous ces symptômes peuvent évoquer une sorte de crise d'épilepsie légère.
    Un autre phénomène a été constater par les chercheurs soviétiques :
    de telles expériences trop répétées, détraquaient le métabolisme de Nina Kuligana. Elle en perdait le sommeil et ses membres devenaient douloureux et sans force. Plus tard, on devait également diagnostiquer chez elle un grave déséquilibre hormonal.

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    Il se pourrait donc que les phénomènes de psychokinésie aient une origine psychologiques, relayée et rendue manifeste par une série de symptômes physiologique.

    Selon William Roll, un chercheur qui se consacre à ces problèmes, les zones affectées par des phénomènes de poltergeists peuvent être clairement définies : " Si une perturbation s'est produite dans une zone donnée, une autre perturbation s'y produira vraisemblablement. " Il existerait ainsi des zones véritablement prédestinées...

    Cette apparente autonomie de certains phénomène de PKSR signifie-t-elle qu'il existe une " force cosmique " canalisée par quelques personnes, qui pourraient la concrétiser et l'orienter vers un endroit précis ?

    Les esprits frappeurs sont parmi nous

    Cette idée d'esprit ou de force cosmique a, au moins, quatre siècles.
    Paracelse l'avait proposée dès le XVIè siècle, Mesmer devait la reprendre et en faire la base de ses fameuses théories. Seulement, elle n'est plus acceptée aujourd'hui par les parapsychologues.

    Selon eux, les poltergeists seraient une forme de la " force de pensée ", d'origine aussi bien naturelle que surnaturelle.

    Selon Scott Rogo, un des principaux parapsychologues britanniques, " la psychokinésie est un phénomène extrêmement contradictoire. Il semble correspondre à la fois à une force physique et a une force mentale qui se produiraient au même moment. "
    Actuellement, l'explication définitive de ces PKSR dépasse nos limites scientifiques : tout va dépendre des recherches en cours, dans les laboratoires officiels comme dans les commissions parapsychologiques privées. Une chose est certaine : le phénomène est bien réel...

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :