• La nuit

     

    La nuit

    La nuit n'est pas la simple absence de la lumière du Soleil, elle est apparentée aussi symboliquement à l'obscurité pleine de mystères, et au sein maternel protecteur.

    La nuit représente, dans la mythologie grecque, un concept équivoque où elle était représentée par la grande déesse Nyx, qui portait un vêtement noir orné d'étoile. Selon la théologie, Nyx était la descendante du Chaos et la mère d'Ouranos ainsi que de Gaia .

    Dans la mythologie classique, Nyx se retirait durant la journée dans une caverne qui se situait dans l'ouest lointain, dont elle sortait tous les soirs pour parcourir le ciel dans un char tiré par des chevaux noirs ; parfois, elle avait elle-même des ailes noires.

    Une image poétique d'Eschyle compare la lune à l'œil de la nuit obscure.
    La nuit qui dispense le sommeil et permet d'oublier ses peines portait également le nom d'Euphrosine ou Euphrone. Elle avait pour fils Hypnos, le Rêve. Nyx était donc la mère du sommeil, du rêve et du plaisir amoureux, mais aussi de la mort. En raison  de son aspect inquiétant, on la considérait parfois comme la mère de Moros ( la corruption ), de Némésis ( la vengeance ), et des Moires qui tissent les fils du destin.

    La nuit

    La déesse nocturne des Romains, Nox, était d'après un mythe très proche de la Théogonie d'Hésiode une créature issue du Chaos, avec Erèbe (l'obscurité), Gé (la Terre), Eros et Tartare. Ce n'est que lorsque le jour rentrait dans sa demeure que Nox pouvait entamer son voyage quotidien autour du monde.

    Les rites Chtoniens consacrés à la Terre et aux morts étaient célébrés la nuit ; de même dans le christianisme primitif, du fait de la nature secrète de cette religion. Les réunions des fidèles et les enterrements avaient lieu la nuit. Plus tard, on a attribué aux sorcières la célébration d'orgie nocturnes comme " la nuit de Walpurgis ".

    Pour les chrétiens, la fête de Pâques, au cours de laquelle on allume un feu grâce auquel  la nuit est censée se résorber est le pivot de l'année religieuse.

    Certaines légendes des pays alpins parlent d'un peuple spectral qui rôde la nuit et effraie les hommes qui ne sont pas encore rentré chez eux.

    La nuit

    L'image de la nuit traduit aussi l'étape de privations et d'épreuves par laquelle doit passer l'âme en quête de l'union avec Dieu.

    S'il y a une nuit obscure, c'est qu'il existe pourtant une nuit lumineuse ; c'est cette nuit que découvre le pèlerin de l'âme dans la gnose musulmane quand il parvient à l'Orient de la géographie spirituelle et que se découvre le " soleil de minuit ".

    Au delà de cette nuit lumineuse, peut encore exister, toutefois, une nouvelle nuit noire, une ténèbres sans fond, qui est corrélative à la vérité la plus cachée de Dieu : la Lumière des lumières et la ténèbres s'esquivaient.

    On voit donc dans la nuit noire de la même façon que l'aveugle est la figure même du voyant, et parfois du visionnaire, et la nuit peur aller jusqu'à devenir cette ténèbres si ténébreuse qu'elle est un pur éclat et qu'on ne peut l'exprimer que par d'incessants paradoxes qui renversent chaque terme dans son exacte opposé : " C'est dans le silence qu'on apprend les secrets de cette ténèbres divine qui brille de la plus éclatante des lumières au sein de la plus noire obscurité et qui, tout en demeurant elle-même parfaitement intangible et parfaitement invisible, emplit de splendeurs plus belles que la beauté les intelligences qui savent fermer les yeux.

    La nuit

    Il est à noter enfin que c'est au sein de la nuit, dans le " nuit du destin ", que se produit dans l'islam la révélation coranique.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :