• Découverte impossible - Le dé à coudre du Crétacé

     

    Découverte impossible - Dé à coudre et C°

    ‎1880, un éleveur du Texas s'en alla chercher du charbon dans une mine qui s'ouvrait dans le flanc du'une colline. Le chargement qu'il ramena avait été extrait à environ 45 m de l’entrée de la mine et 90 m sous la surface.  De retour chez lui, l'éleveur constata que les blocs de charbon étaient trop gros pour entrer dans son fourneau Il en cassa donc quelque-uns... et de l'un de ces blocs tomba un dé à coudre en fer.

    Du moins, cela ressemblait-il à un dé à coudre... le "dé à coudre d’Ève"... tel fut le nom donné à l'objet dans la localité, où il devint très célèbre.


    Il présentait des dentelures, comme les dés à coudre modernes, et un léger renflement a le base. Le métal s'émietta facilement et s'écailla après des manipulations répétées de la part des voisins curieux. Finalement, il fut perdu. L'auteur qui l'a décrit dans The American Antiquarian, en 1883, pose les questions suivantes :  D’où venait ce dé à coudre ? Comment était-il arrivé là ? L'une des tribus vivant dans l'Ouest possédait-elle un tel objet avant la venue de l'homme blanc ?

    Néanmoins, même si les indiens d'Amérique se servaient de dé en fer identique dans les siècles passés, le mystère n'est pas dissipé pour autant.  Car le charbon d’où provenait l'objet s'était formé entre le crétacé et le tertiaire, il y a environ 70 millions d'années ! Et conformément aux idées admises, l'humanité n'existait pas encore à cette époque : les créatures ressemblant le plus à des êtres humains étaient de touts petits mammifères, proches des lémures, vivant dans les arbres. L'intelligence humaine n'était pas apparue. Encore moins une technologie humaine capable de travailler le fer !

    Pourtant le dé à coudre était parfaitement encastré dans une cavité du bloc de houille. Que se passait-il donc sur la Terre, il y a 70 millions d'années, époque à laquelle cet objet fut apparemment fabriqué... et perdu ?

    Un autre objet en fer, apparemment " déplacé ", a fait l'objet d'une enquête attentive en 1844 : un bloc de pierre de 60 cm de long, provenant de la carrière de Kingoodie près de Dundee, en Ecosse. Alors qu'on le nettoyait pour le débarrasser de la couche d'argile  qui y adhérait, un clou en fer rouillé apparut au contact de la pierre et de l'argile. La pointe du clou était fichée dans l'argile sur 1,2 cm.

    Il était impossible de savoir de quelle partie de la carrière provenait le bloc, mais on estima que le rocher contenant le clou s'était formé 60 millions d'années plus tôt !

    Découverte impossible - Dé à coudre et C°

    De temps à autre, on trouve des objets d'art enchâssés dans un bloc de charbon ou de roche. En 1852, des rochers furent dynamités à Dorchester, Massachusetts, dans l'est des Etats-Unis. Parmi les fragments de roche, les ouvriers trouvèrent deux fragments d'un objet en métal.
    Lorsqu'ils furent assemblés,ils formèrent une sorte de cloche, haute de 11 cm et 16 cm à la base. Elle semblait faite d'un alliage contenant de l'argent.

    Sur les côtés il y avait, selon une description de l'époque, parue dans Scientific American : " Six formes de fleurs, ou un bouquet, magnifiquement incrustées d'argent pur. Tout autour de la partie inférieure court une vigne, ou une guirlande, également incrustée d'argent. La ciselure, la sculpture et l'incrustation ont été réalisées d'une façon exquise, par la main d'un artisan très adroit. Cet objet étrange de pierre massif, situé à 4,50 m de profondeur... " 

    L'écrivain René Noorbergen signale des cas d'objets en or qui ont été retrouvé dans des endroits '' impossibles ". Mrs S.W. Culp, dans l'Illinois, ramassait du charbon à la pelle lorsqu'un morceau, s'étant cassée, libéra une chaîne en or, logée dans une cavité en forme de boucle. Cela se passait en 1891. Environ un demi-siècle plus tôt, dans une carrière anglaise, des travailleurs, en faisant sauter des rochers, découvrirent un filet d'or, par la suite jugé artificiel, enchâssé dans le granite, à 2,50 m de profondeur. Le granite s'était formé plusieurs millions d'années auparavant !

    L'un des plus célèbres objets déplacés est connu sous le nom
    de " cube de Salzbourg ". En 1885, dans une fonderie en Autriche, un ouvrier était en train de casser des morceaux de charbon provenant de Wolfsegg lorsqu'il aperçut une forme de fer grossièrement cubique, dont Noorbergen a donné la description suivante :

    Découverte impossible - Dé à coudre et C°

    " Les arêtes de ce cube étrange étaient parfaitement droites et aiguës ; quatre de ses côtés étaient plats, tandis que les deux autres  étaient convexes. Une rainure plutôt profonde avait été tracée tout autour du cube à peu près à mi-hauteur de ses côtés... Malheureusement, le cube a disparu du musée de Salzbourg en 1910... "

    En fait, le " cube " n'a probablement jamais été à Salzbourg : après être resté quelque temps dans un musée de Linz, il se trouve aujourd'hui dans un musée local proche de la fonderie où il fut découvert. Il est très loin d'avoir une forme cubique ; sa seule surface plate résulte du fait que l'on a prélevé une lamelle à des fins d'analyse chimique.  Cette analyse a montré que le métal ne contenait pas de nickel, de chrome ou de cobalt. Par conséquent, il ne pouvait s'agir d'une météorite, l'une des premières hypothèses avancées sur son origine. Il semblait être un genre de fer forgé.

    Il n'est guère surprenant que l'on ait trouvé un objet en fer forgé... sur le sol d'une fonderie, même si sa fonction nous est inconnue. La question cruciale est de savoir s'il provenait véritablement de l'intérieur d'un morceau de charbon. Le savant qui examina le premier cube et suggéra qu'il s'agissait d'une météorite n'a apparemment pas tenté de retrouver le morceau de charbon qui contenait le cube. Ainsi un indice capital n'a pas été conservé.

    Cette affaire est une excellente illustration de l'importance de la déposition originelle du témoin oculaire et d'une étude immédiate sur le terrain. Les traces physiques qui demeurent sont cruellement ambiguës. Les chercheurs qui s'intéressent au monstre du Loch Ness se sont heurtés aux mêmes difficultés. 

    Il existe de  nombreux autres récits faisant état d'objets découverts dans des endroits inattendus. En 1967, on signala que des ossements humains et une tête de flèche en cuivre, longue de 10 cm, avaient été trouvés dans un filon d'argent, dans une mine du Colorado. Ce filon d'argent était vieux de plusieurs millions d'années et beaucoup plus ancien que l'humanité.

    A moins que nous n'ayons à réviser nos idées reçues ! Ainsi les hommes préhistoriques se tiraient-ils dessus avec des armes à feu ? Mais cela est une autre histoire ! Un crâne le laisse supposer...

                                                                                                Extrait de " Inexpliqué " 1981
     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    sandokan
    Samedi 1er Juin 2013 à 12:18

    dites, vous n'aurez pas d'autres sources concernant ce fameux silex pygméen? ce magazine me semble un peu léger je trouve !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :