• Croquemitaines

     

     

    Croquemitaines

    Le mot croquemitaine date de 1820 ; il est forgé sur le verbe " croquer " et le substantif  " mitaine ", qui dérive de l'ancien français mite, qui veut dire " chat ". Cette catégorie d'ogres " mange-chat " semble avoir pour fonction unique d'épouvanter les enfants. Fort différents les uns les autres selon les régions, ils vont même jusqu'à enlever, voire dévorer leurs petites victimes, mais la plupart du temps ils leur font plus de peur que de mal. De même, les croquemitaines n'en ont qu'après les enfants jeunes ; les adultes n'ont en principe rien à craindre.

    Croquemitaines.

    Au commencement du premier livre de sa République, Platon parle d'une croquemitaine redoutée des Grecs, nommée Mormo.
    A Lesbos, son rôle était tenu par Gello , la voleuse d'enfants.
    A Rome, le brigand Cacus, tué par Hercule, fut considéré comme un croquemitaine avec lequel on effrayait les enfants.
    En Flandre, on craint Per Jan Claes.

    Croquemitaines
    En Alsace, il s'agit de Hans Trapp, qui terrorise les enfants depuis bien des générations. Cet ogre effroyable s'inspire d'un personnage historique, un certain Jean de Trapp, seigneur du XVè siècle qui s'était retiré dans son repaire au sommet du Geisberg, où il se nourrissait de chair humaine, jusqu'à ce qu'il finisse lui-même coupé en menu morceau sous les coups d'épée d'un jeune et courageux pâtre âgé d'à peine dix ans.
    En Wallonie, on redoute l'Homme au Crochet et la Grand-Mé aux Rouges Dés ( la grand-mère aux rouges dents )
    En Irlande, le croquemitaine se nomme Alploochra.
    En Angleterre, c'est le Bogeyman, en Allemagne le Boggelman et en Espagne El Coco. En Provence, le croquemitaine a pour nom Babau.
    Collin de Plancy précise que cet ogre n'avait pas pour seule fonction de fouetter les enfants méchants, mais également de les manger en salade.

    Croquemitaines

    Pour mieux effrayer les enfants, les croquemitaines se déguise souvent en soldats, armés d'un grand sabre destiné à trancher la langue des menteurs ou la tête des fainéants. Ils brandissent un fouet, des verges ou un martinet, et dissimulent derrière leur dos un grand sac de jute dans lequel ils emportent les enfants désobéissants pour les conduire en enfer.
    C'est le cas notamment de Pierre le Noir, du Père Fouettard, du Père Lustucru ou du valet Ruprecht. D'autres fois, pour mieux endormir la vigilance de leurs jeunes victimes, les coquins s'affublent de houppelandes rouges dont ils remplissent les poches de bonbon, chocolats, caramels, bâtons de réglisse et roudoudous. Certains vont même jusqu'à se déguiser en Père Noël...

    Croquemitaines

    L'homme aux dents rouges est un croquemitaine qui sévit au bord de la Meuse. Il est parfois remplacé par sa commère, la " Grand-Mère aux dents rouges. Aux alentours de Mâcon, on redoute la Mère-en-Gueule, croquemitaine femelle qui hante les bords de l'eau et les endroits dangereux. Ailleurs, c'est l'Ome pelut, ou l'homme velu, croquemitaine poilu des bords de l'eau qui enlève les petits enfants pour les vendre comme esclaves, la mère Lapiarde, tapie au fond d'un puits, sans compter Nanon Grandes-Jambes dans la régions de Metz, le bonhomme, Misère en Anjou , le craqueuhle et le peu'homme en Lorraine, la vieille Chabine en Berry, la Chabinelle en Poitou ou bien encore, uniquement en Dauphiné, l'Homme Noir, l'Homme du Bois, l'Homme de la Barbe, Grand Papa Janvier, le Père Babaloum, la Mère de l'Eau, la Mère de la Nuit et la Mère Foutarde.

    Croquemitaines

    Si les croquemitaines font peut aux enfants, ils veillent paradoxalement sur eux en les décourageant de s'approcher des lieux dangereux où résident ces monstres, puits et rivières profonds, plaines enneigées et autres endroits périlleux. Ils exercent également une fonction morale en menaçant les enfants désobéissants des pires sévices.

     

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :