• Ces incectes qui nous dépassent

     

    Ces incectes qui nous dépassent

     

    Plus nous les étudions, plus les insectes nous paraissent énigmatiques. Ils ont presques tout inventé avant nous et à moindre frais.
    Ces incectes qui nous dépassent
    Premier grand mystère : celui de leurs forteresses en tout genre. On connait les plus spectaculaires fourmilières qui abritent des milliers d'individus, termitières géantes d'Afrique ou châteaux d'alvéoles édifié avec soin par les abeilles.

    L'organisation elle même est stupéfiante : non seulement tout le monde est à l'oeuvre mais encore chacun a fini par se spécialiser dans une fonction précise. On aperçoit des soldats, défenseurs casqués aux lourds mandibules. Il y a les ouvrières qui s'activent auprès de leurs futurs frères et sœurs. Personnes ne donne d'ordre. Il n'y a pas de véritable hiérarchie, mais une stricte division du travail. Pas de gréve non plus ni de vacances. La solidarité absolue. Elle va si loin chez les hyménoptères sociaux ( guêpes, abeilles, fourmis) que les ouvrières qui sont toutes de sexes femelle, ne se reproduisent pas. Elles travaillent, non pour elle même, mais pour leurs frères et soeurs en formation dans les œufs pondus par la reine.
    Cet "altruisme biologie" est un des principaux mystère de l'entomologie, en même temps qu'une sorte de défi aux lois de l'évolution.
     Ces incectes qui nous dépassent
    Depuis Darwin, en effet, on sait que la sélection naturelle élimine impitoyablement les individus qui ne font pas le nécessaire pour survivre ou pour procréer au maximum. Que dire, alors, de ceux qui se sacrifient au profit des autres ? En toute logique, leurs gènes devraient obligatoirement être éliminés au cours des temps. L'altruisme ne devrait pas exister dans la nature. Or, il existe bel et bien.

    Dans la nature chacun chacun défend son intérêt par tout les moyen.
    Si les mâles ont pour but de répandre généreusement leurs spermatozoïdes et pour intérêt de favoriser leur semence au détriment de celle des autres, les femelles ont pour but et intérêt de recevoir le plus d'hommages possibles.
    De nombreux insectes femelles ont la capacité de garder ce sperme en réserve. Pour le mâle c'est un problème : lors de l'éjaculation ne va t-il pas pousser le sperme de son prédécesseur au lieu de favoriser le sien ?
    Ces incectes qui nous dépassent
    Le mâle d'une espèce de libellule a résolu le problème. Sous prétexte de danse nuptiale, il introduit en cadence son pénis dans la cavité génitale de la femelle. Ce n'est pas pour le plaisir, ni pour y déposer son sperme ! C'est pour "laver" le vagin de sa partenaire. Une fois celui-ci nettoyé, il éjacule tranquillement. Il n'aura pas travaillé pour son prédécesseur.
      
    En matière de sexualité, les punaises battent tout les records. Surtout de bizarreries.
    Chez les humains on appellerai cela du sado- masochisme ! beaucoup de punaises pratiquent en effet, l'insémination traumatique. Dans ce cas le mâle n'introduit pas son pénis en douceur, mais brutalement, à travers l'organisme. Injectés comme par une piqûre, les spermatozoïdes vont se mêler à la circulation sanguine, qui leur fait gagner les voies génitales de la femelle. Suivant les cas, le mâle perce le vagin, le dos ou le ventre.

    Les punaises Xylocoris vont encore plus loin et pratiquent une sorte de curieuse homosexualité soda-masochiste. On pourrait presque parler d'orgie. Les mâles, qui n'ont plus besoin d'aucun vagin pour s'introduire, se piquent entre eux sur le dos.On voit alors de véritables "sandwiches" : un mâle en pique un autre, qui pique lui-même une femelle.
    Il semble d'ailleurs que, dans l'organisme du mâle intermédiaire, les spermatozoïdes du mâle supérieur circulent normalement et peuvent rejoindre ceux de l'intermédiaire pour finir par inséminer la femelle. Cette forme d'insémination, à la fois traumatique et complexe, est d'autant plus surprenante que plusieurs des espèces qui la pratiquent pourraient copuler de façon normale et indolore.
    Pourquoi, dans ce cas, les punaises agissent-elles ainsi ?
      
    Les Hylobittacus apicalis - mouches-scorpions qui ressemblent à des moustiques - ont ainsi d'étranges habitudes matrimoniales : sexe et festin vont de paire, chez eux ! Avant de s'accoupler, le mâle doit capturer une proie. Il n'en mange qu'une partie. L'autre sert de cadeau à la femelle à conquérir.
    Suspendu à une brindille ou à une feuille, le mâle attend que sa partenaire l'approche, lui tend l'offrande et, pendant qu'elle la consomme, en profite pour s'accoupler.
    Pourtant l'acceptation de la femelle est largement conditionnée par la qualité du cadeau. S'il s'agit d'un animal inconsommable, comme certaines coccinelles toxiques, la femme, dédaigneuse, refuse l'accouplement.
    En plus de son exigeante femelle, le pauvre mâle, qui s'est donné le mal de capturer une proie, doit encore faire face à certains de ses congénères indélicats. Certains de ceux-ci se font passer pour des femelles, se laissent courtiser et tendent de s'emparer de la proie Ces "tricheurs" ont été façonnés par la sélection naturelle, qui est efficace, mais peu morale...
    Alors que nos sociétés hyperscientifiques s’efforcent de trouver le moyen de choisir le sexe des enfants à naître, certains insectes ont déjà résolu le problème. Les guêpe Nasonia Vitripennis maîtrisent parfaitement cette technique.
     
    Pour choisir le sexe de leurs rejetons, les guêpes "Nasonia Vitripennis" emploie une technique étonnante. Ces insectes parasites injectent leurs œufs dans le ventre de certaines mouches. Les larves qui naissent dévorent progressivement les entrailles de leurs hôtes. Curieusement, les larves des futurs mâles survivent mieux que celle des femelles.
    Cette inégalité larvaire pose un problème : en effet, si les mâles peuvent s'accoupler avec plusieurs femelle, chaque femelle ne peut s'accoupler qu'une fois. La pénurie en femelle pourrait donc menacer.

    Pour y parer, les "Nasonia Vitripennis" pondent deux fois à l'intérieur de leurs mouches réservoirs à nourriture. La première ponte va produire surtout des mâles. La seconde, en compensation, produit une grande majorité de femelles.
    Le procédé est original. Plusieurs mystères subsistent pourtant : comment les femelles pondeuses font-elles pour produire, presque à la demande, une écrasante majorité de sexes femelles ? Nul ne le sait encore.
     
    Autre énigme du monde des insectes : l'orientation.
    Beaucoup d'espèce migrent, les une sur de courtes distances, les autres sur des milliers de km. Les voyageurs les plus extraordinaire paraissent bien être les "papillons monarques".
    A la fin de l'été, ces papillons d'Amérique du Nord quitte la région des Grands Lacs américains pour se diriger vers le golfe du Mexique et le Texas, après un voyage de deux ou trois mille kilomètres.
    Dès le mois de mars, avec leur femelles fécondées, les monarques reprennent lentement la route du nord. Aucun d'eux n'atteindra la région des Grands Lacs : les plus vaillants ne dépasseront pas un millier de km. Par contre, sur le trajet, ils auront pondu de nombreux œufs, qui donneront naissance à de nouveaux papillons. Et l'éternelle course migratoire se poursuivra de génération en génération.

    Comme beaucoup d'insectes, les papillons se laissent guider par les conditions climatiques. Mais on ignore encore comment les monarques réussissent à s'orienter, surtout dans le cas des papillons nouveau-nés qui retrouvent spontanément la route du nord.

    Il est possible que la direction du vent joue un rôle ainsi que la position des étoiles ou peut-être le champ magnétique.
    Une piste de recherche très inintéressante étudie la présence dans le système nerveux central des animaux migrateurs, de ferromagnétiques, qui joueraient le rôle de boussole interne.
    De même, il apparaît clair que la plupart des insectes possèdent une connaissance très étendu des règles générales de la navigation aérienne.
    Les insectes sont également victimes de la course aux armements. Sélection naturelle oblige, chaque espèce tend, au cours de l'évolution, à développer des armes défensives et offensives de plus en plus efficaces.
    Ces incectes qui nous dépassent
    Redoutable guerriers, les termites ont mis au point des armes chimiques complexes. Pour eux, c'est une nécessité. Pour faire face aux raids meurtriers, des fourmis guerrières, les termites disposent d'armes blanches offensives (mandibules), défensive (cuirasse) mais aussi chimiques !
    Ces incectes qui nous dépassent
    Les termites Schedorhinotermes possèdent deux catégories de défenseurs : le grand et le soldat. Ce dernier manipule avec efficacité l'arme chimique : il se contente de frotter sa tête contre le corps de la fourmi assaillante sans chercher à la saisir, ce dont il serait d'ailleurs incapable. On voit alors la fourmi reculer, se traîner sur le sol et mourir. Le produit n'est toxique, bien entendu, que pour la fourmi...
    Ces incectes qui nous dépassent
    Plus extraordinaire encore : les termites trinervotermes sont capables de tuer à distance ! Ils envoient directement sur leur adversaires une sorte de glu paralysante et meurtrière. Un genre d'insecticide, inventé avant le développement de la chimie par l'homme.

    Non content de faire la guerre, certains insectes ont mis au point l'esclavage. Comme les sociétés humaines, les fourmis pratiquent aussi bien l'agriculture que l'élevage. Certaines espèces cultivent des champignons. D'autres vivent en bonne entente avec divers insectes, tels les pucerons, dont elles recueillent avec gourmandise la liquide sucré qui leur sort du ventre.
    Ces incectes qui nous dépassent
    Les fourmis esclavagistes, elles, organisent des raids contre les fourmilières voisines. Elles s'emparent alors des œufs, qu'elles ramènent chez elles. Ces œufs donneront naissance à des larves, qui deviendront des ouvrières et travailleront en bonne ouvrières bien programmées, pour les fourmis esclavagistes. Déchargées de leurs besognes quotidiennes, les ouvrières de l'espèces esclavagiste auront alors tout le loisir de se consacrer à leur activité guerrières !
      
    Prédateurs redoutables, les fourmis ont aussi leurs adversaires. Le plus terrible est une mouche microscopique parasite, qui profite du moindre moment d'inattention des fourmis pour leur pondre dans le ventre. Les œufs de ces mouches, devenus larves, grandiront en dévorant les entrailles de la fourmi qui les a portés.
    Ces incectes qui nous dépassent
    Contre cet "ennemi intérieur", les fourmis à parasol ont mis au point un système de surveillance assez spécialisé. Tandis que les ouvrières cueillent et transportent de gros morceaux de feuilles pour en garnir le nid, une fourmi naine du même groupe monte la garde, juchées sur le tas de feuilles. Ordinairement, ces fourmis naines sont affectées à la culture des champignons microscopiques.
      
    Dès que les mouches se préparent à fondre sur les ouvrières, les fourmis naines se regroupent et font face à l'attaque aérienne. A tout moment, surveillant en permanence l' "espace aérien", elles peuvent repousser l'ennemi venu du ciel...
      
    Les insectes on l'a vu, ont quasiment tout inventé. Par instinct, ils connaissent les trajectoires à emprunter au moment de leurs migrations. Ils savent comment tuer et transporter leurs proies. Ils parviennent à détecter une femelle à plusieurs kilomètres de distance. Ils ont trouvé le moyen de prévoir les attaques des plus terribles et des plus fourbes prédateurs. Ce ne sont là que des réponses stéréotypées à des situations déterminées.

    Ils savent aussi, et c'est le plus étonnant, distinguer le parent de l'étranger. Même sans l'avoir jamais vu. Cette connaissance des relations de parenté est aujourd'hui le problème qui intrigue le plus les biologistes : Ils en ont des preuves, ils s'en servent pour interpréter certains aspects de l'évolution des espèces, mais ils sont encore incapables d'en donner une explication satisfaisante.
     Comment les animaux font-ils pour déterminer la carte génétique de leurs congénères, alors que nous commençons à peine à savoir décortiquer le nôtre ? Peut-être le langage des odeurs joue-t-il, ici encore, un grand rôle. Chez les abeilles, on vient de constater que les individus savent reconnaître leurs liens de parenté grâce à ces phéromones. Même mort, l'insecte garderait une sorte d'effluve de sa carte génétique...
      
    Le monde fascinant des insectes est très loin d'avoir livré tous ses secrets ; ils en savent au moins autant que nous.
     
     
                                                                                                                            Extrait de " Inexpliqué 1981"  
     
     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :