• Camille Flammarion - La fin du monde

    Camille Flammarion - La fin du monde

    Au 25e siècle l’'humanité devra faire face à un danger sans précédent. Une comète, bien plus grande que la Terre, risque d’'entrer en collision avec notre chère petite planète bleue. La fin de l’'humanité est inévitable ; mais a-t-elle été un jour évitable. L'’homme ne vivra pas éternellement de toute façon. Tout ceci entraînera un large débat sur la fin du monde : quelles conséquences aura cette comète et si la catastrophe est évitée, qu'’est-ce qui attend l’'humanité. Même les astronomes de la ville équatoriale de Mars préviennent les Terriens du danger imminent en envoyant un message sous forme d'’image.

    **********

    La fin du monde est l’un des thèmes majeurs de la science fiction.

    Camille Flammarion, astronome et vulgarisateur scientifique, évoque dans La Fin du monde d’un moyen de détruire la Terre qui connaît une fortune jamais démentie : une immense comète risque d’entrer en collision avec notre planète. La Fin du monde a des aspects apocalytptiques mais c’est aussi une anticipation car l’action se situe au XXVe siècle puis dans dix millions d’années. Flammarion décrit une société apaisée et guidée par la science mais il ne s’agit pas d’une pure utopie, on y trouve aussi la critique d’un monde devenu entièrement marchand, où même la presse est au service de l’argent avant de connaître l’apogée grâce à la science.

    Sous couvert de fiction, Camille Flammarion fait œuvre de vulgarisateur scientifique. Les discussions que mènent les plus doctes hommes au sujet de la comète est l’occasion de parler la mécanique céleste, la composition des comètes et l’histoire de leurs rencontres avec la Terre. Une évidence s'impose : « les mondes ne meurent pas d’accidents mais de vieillesse. » ce qui repousse à des millions d’années la fin de la Terre. L’auteur présente ensuite les débats théologiques qui naissent et la fin du monde à travers les âges.

    Pourtant la Terre n’est pas détruite et la seconde partie nous emmène loin dans l’avenir après le passage de la comète. L’aspect romanesque est plus marqué et ce sont dix millions d’années d’histoire de la terre que nous conte Camille Flammarion.

    Cet ouvrage est à la frontière du roman, de l'essai philosophique, et du documentaire scientifiquo-historique.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :