• Invitation au château de l'Etrange - Claude Seignolle

     Cet ouvrage de Claude Seignolle paraît dans une nouvelle version revue et corrigée. Véritable livre culte, cet « étrange objet » (épuisé et recherché par les amateurs de peurs insolites et de fantastique urbain) s’adresse à tous ceux que fascinent les aventures inexpliquées.

    Spectres, apparitions, dames blanches, présences sournoises ou maléfiques, envoûtements et conversations avec l’au-delà, sont quelques uns des thèmes effrayants abordés. Pourtant, ici, point de fiction ni de sensationnalisme convenu. Claude Seignolle se contente seulement de recueillir des témoignages qu’il met en scène jusqu’à la grande peur finale. « Scribe des miracles et des peurs ancestrales », il archive, éclaire, recense, sans jamais juger. Le résultat est fascinant, obsédant, dérangeant.

    Et s’il existait « autre chose » à côtes de nos certitudes ? En chasseur de fantômes avant l’heure, Claude Seignolle nous invite au cœur des mystères : lieux étranges et maudits, voyage dans le temps, prémonitions, présences invisibles, personnages insolites et monstrueux, magie et sorcellerie. Oui, la peur rôde au cœur de ces pages… Voilà le lecteur prévenu.


    votre commentaire
  • Arthur Machen

    Ce fils de prêtre anglican nait en 1863 dans les marches du pays de Galles, dans un village qui passe pour avoir été une des capitales du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde. Son enfance solitaire lui permettra donc de courir dans les landes imprégnées d'histoire que - peut-être - hante encore les anciens dieux.
    Il commence très jeune comme journaliste et enfin, écrivain. L'écriture est pour lui une passion plus qu'un métier : il se coupe d'un monde qui lui déplaît autant qu'il déplaira à Lovecraft et se forge une volonté de "Robinson Crusoé de l'âme".

    Ses premiers récits fantastiques sont étonnants par l'originalité de leurs thèmes : si on découvre une certaine obsession de la dégradation de la matière et de l'homme (Le Grand Dieu Pan) qui se rencontrait déjà chez Edgar Poe, on y découvre la certitude que le monde n'est qu'un pâle et rassurant reflet d'une réalité "innimable" qui le double et que Machen va nous révéler.

    Arthur Machen



    "Cette réalité parallèle grouille de "choses" que je n'oserais pas chuchoter à la plus noirs des nuits, dans la plus vaste des solitudes", écrit-il à l'un de ses amis.

    Pour Arthur Machen, le Mal n'est pas l'absence du Bien. C'est un des principes constitutifs de la vie. Il a sa grandeur et ses grands serviteurs : certains "pécheurs" peuvent être aussi "saint", à leur manière, que ceux dont les noms forment les colonnes du calendrier.

    Habité par cet étrange monde intérieur, sans doute hérité de l'imaginaire celte qui ne cessera de l'inspirer, Arthur Machen trouve sur son chemin la Golden Dawn, la fameuse société secrète de l'Angleterre fin de siècle.

    Malgré la célébrité que lui valut l'affaire des archers de Mons, son oeuvres est encore méconnue en France. Il ne reste qu'une certitude : son fantastique n'était pas ordinaire. Il était inspiré par des émotions aussi vraies que mystérieuses. Sans artifices littéraires, Arthur Machen a su nous dévoiler un monde entier fait d'élans mystiques et teinté de paganisme sombre.

     


    votre commentaire
  • Le grand serpent de mer

    Ce livre raconte l'histoire de la plus embarrassante des énigmes zoologique et, du même coup, celle de tout les animaux marins inconnus.
    L'épopée du monstre fabuleux qui tient autant du roman policier que du récit d'aventure, est une succession d'incidents dramatiques ou burlesques, de controverses passionnées, de coup de théâtres sans cesse renouvelés. Elle entraîne des fjord de Norvège aux îles enchanteresses de  Polynésie, en passant par des sites aussi divers que les stations balnéaires huppées de Californie et l'envoûtante baie d'Along hantée par un dragon légendaire.
    Celui qu'on a surnommé le "Sherlock Holmes de la zoologie", s'est efforcé ici de dénoué patiemment un nœud gordien qu'aucun avis n'était parvenu à couper.
    Son enquête qui lui a pris une dizaine d'années, se solde, grâce à une méthode révolutionnaire en matière de l'histoire naturelle, par la solution inattendue d'un mystère dont on ne soupçonnait même pas la complexité.


    votre commentaire
  • La mystérieuse science des pharaons - L'Abbé Moreux

    Dans cet ouvrage abondamment documenté, l'auteur nous donne une vision originale de l'Egypte antique.
    Il nous révèle notamment le secret du Sphinx et celui de la construction des différentes pyramides, sans se limiter comme bien des auteurs à celle de la Grande Pyramide de Giseh. Il nous développe également les grandes traditions philosophiques et historiques tout en les analysant minutieusement


    votre commentaire
  • La race future - Edward Bulwer-Lytton

    Cette race habite les entrailles de la terre, elle a ses lois, ses
    coutumes, ses machines — une civilisation que les hommes qui vivent sous le soleil ne pourraient ni connaitre ni comprendre. C'est une race totalement étrangère, totalement étrange. Une jour, elle quittera les ténèbres pour envahir notre globe et nous exterminer... Et ceci lui sera d'autant plus facile qu'elle possède une arme redoutable, le « vril », à coté de laquelle notre bombe nucléaire n'est qu'un pétard de carnaval....

    Le mythe d'Agartha, de la Terre creuse, a souvent été attribué à Louis Jacolliot, à Saint Yves d'Alveydre, et plus tard, à Ferdynand Ossendowski, Willis Emerson et à René Guénon, mais c'est bien Edward Bulwer-Lytton qui, le premier l'a initié, puisqu'il a écrit en 1871 ce roman qui est aussi l'ancêtre des romans de science-fiction, mais moins connu du public que son célèbre "Les derniers jours de Pompéi "


    "La Race à venir" est-il un livre dangereux? C'est du moins ce
    qu'affirment Louis Pauwels et Jacques Bergier qui, dans le célébrissime "Le Matin des magiciens", soutiennent que son auteur Edward Bulwer-Lytton « inspirât en Allemagne un groupe mystique pré-nazi, la 'Loge lumineuse' ou 'Société du vril'. Dans des livres comme La Race à venir, il entendait mettre l'accent sur des réalités du monde spirituel, et plus spécialement du monde infernal. Il se considérait comme un initié. [...] Il exprimait la certitude qu'il existe des êtres doués de pouvoirs surhumains. Ces êtres nous supplanteront et ils conduiront les élus de la race humaine vers une formidable mutation."
    Cette mise en garde est-elle justifiée? Quelle est l'importance de ce livre dans l'histoire des idées politiques et ésotériques? Quel rôle joua réellement son auteur dans la mouvance occultiste? Pour répondre à ces questions et à bien d'autres, il n y a qu'une seule solution : lire "La Race à venir" et décider par soi-même si sa réputation sulfureuse est ou non légitime!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique