•  

    C'est un fait : il y a des individus qui ont une mémoire plus ou moins bonne. Beaucoup en possèdent une excellente, sans qu'on puisse taxer de pathologique. Ainsi Racine, qui, dit-on, pouvait déclamer des tragédies entières après les avoir lues une ou deux fois seulement. Auguste Comte trouvait plus simple, et surtout plus rapide, de composer "de tête" ses ouvrages avant de les coucher par écrit, d'où l'absence de ratures dans ses manuscrits.

    Robert Tocquet rapporte que " le docteur Fred Braum avait appris deux cent milliers de date de L'Histoire universelle et pouvait faire ses conférences en quinze langues différentes "... Soit ! Mais quelle part faire à la légende lorsqu'il affirme que " le cardinal Giuseppa Gasparo Mezzofanti, qui fut l'un des plus grands génies linguistiques de tout les temps, apprit cent quatorze langues et soixante-douze dialectes " ? Et lorsqu'il ajoute : " Dans cinquante-quatre langues au moins ", le même cardinal " pouvait se faire passer pour un autochtone " ?

    Si la chose parait improbable, c'est que,comme l'écrit Michel Tournier dans Le Vent Paraclet, à la différence de toutes les autres formes de connaissance dont l'assimilation " est affaire purement technique, l'assimilation véritable d'une langue exige nécessairement une immersion prolongée dans le milieu où elle est parlée. Là, le facteur temps intervient de façon irréductible. "

    En fait, il importe de distinguer, dans tous les phénomènes relatifs à la mémoire, les expériences truquées, dites " de mnémotechnie transcendante ", de celles qui n'ont pas cette prétention. Des exemples ? D'une part, le truc de Bottin, tour facile à réaliser, et, d'autre part, la présentation scénique de Rogello, homme de music-hall, certes, mais dont le numéro représente un exploit peu susceptible d'imitations...

    Dans le premier cas, l'illusionniste affirme connaitre par cœur le Bottin tout entier et demande à l'un des spectateurs de lui en faire, au hasard, réciter une double page, ou de lui poser toutes les questions qu'il voudra sur son contenu. Opération réussie à coup sûr : le Bottin en question est composé d'autant de feuillets qu'il faut pour avoir l'épaisseur requise, mais ces feuillets, hormis la numérotation des pages, qui contribue à créer l'illusion, reproduisent tous la même double page, au contenu en tous points identique...

     La prestation de Rogello, en revanche, ne repose sur aucun stratagème, aucune tricherie. Les ouvrages utilisés en la circonstance (les cinq volumes de l'histoire de France de Guizot et le Petit Larousse illustré) sont conformes à tous les autres exemplaires existants. Et Rogello, qui a appris par cœur, d'une part l'ouvrage de Guizot en son entier, de l'autre, les faits historiques correspondants renfermés dans la partie encyclopédique du Petit Larousse, connait également l'endroit exact où ces faits se situent dans l'un comme dans l'autre de ces ouvrages.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :